Tous les articles par Giulia Ventrella-Proust

Giulia Ventrella-Proust est chargée de la gestion du projet de recherche international EDITEF, coordonné par Chiara Lastraioli et portant sur « Le livre italien dans l’espace francophone à la première modernité » (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance). Elle s’occupe du suivi et de la coordination du projet, ainsi que de la recherche scientifique et de sa valorisation auprès de la communauté scientifique et du grand public.

Pépites de la base EDITEF [4]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur le fonds ancien en langue italienne de la Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

« Les Archives diplomatiques constituent le plus ancien service d’Archives constituées de France. Si elles sont ouvertes à la recherche depuis 1830, elles trouvent leur origine au XVIIe siècle et ont poursuivi leur mission à travers les aléas de l’histoire, en s’adaptant aux défis de leur époque.

Le secrétariat d’État aux Affaires étrangères est créé en 1589, avec pour premier titulaire Louis de Revol. En 1680, Charles Colbert de Croissy, secrétaire d’État de 1680 à 1696, rassemble ses papiers ainsi que ceux de ses prédécesseurs, Hugues de Lionne et Arnaud de Pomponne. Il les fait relier de maroquin rouge du Levant, portant les armes de sa famille, la couleuvre. En 1716, les armes du roi remplacent celles des Colbert. Par ordonnance royale, les fonds s’enrichissent au cours du XVIIIe siècle des papiers d’État de Richelieu, Mazarin, Saint-Simon et de nombreuses correspondances d’ambassadeurs. En 1761, Choiseul fait édifier à Versailles un dépôt modèle, conçu pour la conservation des archives, devenu depuis l’actuelle bibliothèque municipale. Lors de la Révolution, le gouvernement regagne Paris. Par le décret du 7 septembre 1790, les Archives nationales sont instituées. Cependant, les archives des Affaires étrangères demeurent gérées de façon autonome. Elles sont alors à la disposition exclusive des diplomates. A partir de 1830, sous la direction d’Auguste Mignet, directeur des Archives et historien célèbre, elles s’ouvrent à la recherche historique. A la construction du Palais des Affaires étrangères, à partir de 1845, les archives y trouvent naturellement leur place. En 1874, la IIIe République confie à un groupe de diplomates, d’historiens et de journalistes la tâche de réfléchir à la communication et la mise en valeur des archives. Ce groupe donnera naissance à la commission des Archives diplomatiques qui existe encore aujourd’hui. Épargnées par la guerre de 1914-1918, les archives des Affaires étrangères sont gravement endommagées lors de la seconde guerre mondiale, malgré les mesures prises pour leur préservation. Les archives courantes politiques et économiques ainsi que les dossiers des étrangers en France sont détruits le 16 mai 1940, à l’approche des Allemands. Durant l’occupation, certains documents sont envoyés en Allemagne et ne seront pas récupérés. Au cours des combats pour la libération de Paris, l’incendie de « l’aile des Archives » du Ministère entraîne la perte d’une partie des archives quand les dépôts sont endommagés. De gros travaux de reconstruction sont engagés après la guerre. Le dépôt est réaménagé selon les normes de conservation de l’époque. Parallèlement, la direction des Archives met en place une politique cohérente de contrôle des archives courantes. Le principe de l’ouverture des fonds après un délai de 30 ans est acquis en 1970 sous l’impulsion de Jean Laloy. La direction étend son implantation, jusqu’alors exclusivement parisienne, à Nantes (archives rapatriées des ambassades, consulats et services culturels et des Protectorats Tunisie et Maroc et du Mandat Syrie-Liban) et à Colmar (archives des services d’occupation française en Allemagne et en Autriche). En 2009, à l’étroit dans les locaux du quai d’Orsay, la direction des Archives transfère les collections parisiennes ainsi que celles de Colmar dans un bâtiment neuf à La Courneuve. » (source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/a-propos-des-archives-diplomatiques/cinq-siecles-d-histoire/article/les-origines)

La Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères possède une petite vingtaine d’exemplaires en langue italienne (imprimés entre 1450 et 1630).

Parmi les possesseurs de ces exemplaires, l’un d’entre-eux est particulièrement intéressant :

Casimir Pignatelli, comte d’Egmont

« Fils de Procope Marie Antoine, duc de Bisaccia, et d’Henriette Julie de Durfort de Duras, Casimir de Pignatelli, comte d’Egmont, naît à Paris le 6 novembre 1727. Il commence sa carrière en 1742 dans les mousquetaires avant de devenir, en 1744, mestre-de-camp de cavalerie du régiment d’Egmont . Brigadier en 1748, il est  fait maréchal de camp la même année puis lieutenant-général en 1762 . Il lui est confié, en 1781, le gouvernement de l’Anjou et du Saumurois. À la veille de la Révolution, il est chef de division en Champagne. Le 18 mars 1789, il est élu député de la noblesse du bailliage du Soissonnais aux Etats généraux. Il rejoint ensuite l’Assemblée nationale. S’il figure parmi les partisans de l’Ancien Régime, il consent, lors de la nuit du 4 août, à l’égale répartition des impôts. En 1790, il proteste contre l’abolition de la noblesse. Il émigre au commencement de l’année 1792, et, malade, accepte un commandement en second dans l’armée des Princes où on lui confie les corps d’émigrés du pays de Liège, Brabant, Hainaut et Flandre autrichienne. En cette qualité, il fait la campagne de 1792 dans les rangs de l’armée de Bourbon. Il s’installe à Brunswick où il meurt le 1er déc. 1801… » (Auteur : Lionel Chénedé : https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/le_coin_du_bibliophile_egmont_cle8af3c9.pdf)

Il a possédé les éditions suivantes :

Libro del principe, Machiavelli, Niccolò – 1550

Historie fiorentine… al sanctissimo et beatissimo padre signore nostro Clemente VII pont. Massimo, Machiavelli, Niccolò – 1550

Discorsi sopra la prima deca di T. Livio a Zonobi Buondelmonti et Cosimo Rucellai, Machiavelli, Niccolò – 1500

Delle famiglie nobili napoletane di Scipione Ammirato parte prima, le quali per leuar’ogni gara di precedenza sono state poste in confuso, Ammirato, Scipione – 1580

⇒ conservées à la Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Description de sa marque de provenance :

« Les armoiries du comte d’Egmont, sous la forme d’un ex-libris, figurent au contreplat de ses livres. Écartelé, aux 1 et 4, chevronné d’or et de gueules de 10 pièces (Egmond) ; au 2, d’or, à 3 pots ou pignattes de sable, 2 et 1 (Pignatelli) ; au 3, d’argent, à 2 fasces bretessées et contre-bretessées de gueules (Argrel en Flandres). Sur le tout, de Gueldres et de Juliers. Il porte les insignes de tous ses titres : manteau de pair, collier de la Toison d’Or et couronne de comte du Saint-Empire. Il existe deux vignettes distinctes qui ne diffèrent que par la présence, ou non, du collier de la Toison d’Or. » (Auteur : Lionel Chénedé)

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rend également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Pépites de la base EDITEF [3]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur une profession largement représentée dans notre base de données :

Les traducteurs

Résultat de recherche d'images pour "san girolamo"

A ce jour, 280 traducteurs sont recensés dans la base EDITEF (cliquez sur un nom pour voir sa fiche) :


A.C.
A.D.P.
A.G.M.
A.L.D.L.P.M.D.C.E.S.
Adam Nathanaël
Allemandi Stefano
Alquié François-Savinien d’
Amboise François d’
Amboise Michel d’
Aquino Carlo, d’
Auge Daniel d’
Auvergne Gaspard d’
Avost Jérôme, d’
Baccellini Matteo
Bachet Claude-Gaspard
Baïf Jean-Antoine de
Balarin de Raconis Jean
Balbani Nicolò
Balinghem Antoine de
Ballino Giulio Cesare

Bandinelli Baccio
Bar Louis de
Barraud Jean de
Bassecourt Claude de
Beaufilz Jean
Belleforest François de
Bellère Jean
Belliard Guillaume
Benoist Louis
Béroalde de Verville François
Berson Jacques
Bérulle Pierre de
Binois Guillaume
Blancone Jean
Boaistuau Pierre
Bonfons Pierre
Bourgeois Jacques
Boyron Jean
Boyssières Jean de
Brach Pierre de

Brinon Yves de
Brisset Roland
Brucioli Antonio
Calandrini Scipione
Cambiago da Cremona (Evangelisto ?)
Cambis Aigremont Marguerite de
Cambis Marguerite de
Canisius Pierre
Cappel Guillaume
Carentenne Gaspard
Cattani Francesco
Champier Symphorien
Chaperon Jean
Chappuys Antoine
Chappuys Claude
Chappuys Gabriel
Chappuys Gabriel
Charrier Jean
Chauveton Urbain
Chomedey Jérôme de

Coecke d’Alost Pierre van Aelst
Coignac Joachim de
Colin Jacques
Commolet Jacques
Corbin Jacques
Corrozet Gilles
Cotteblanche Marie de
Coyssard Michel
Crampon Robert
Creil Loys de
Cuchermoys Jean de
Curia Adrianus
D.C.C.
Damalis Gilbert
Dany Nicolas
Dassy François
De Thou Jacques-Auguste
Del Bene Bernardo
Del Rosso Paolo
Delfino Giulio

Deroziers Claude
Dert Gilbert
Des Gouttes Jean
Des Gouttes Jérôme
Des Masures Louis
Des Roches Madeleine
Desportes Philippe
Diodati Giovanni
Dolet Etienne
Dorléans Louis
Du Caurel Charles
Du Haillan Bernard de Girard
Du Jardin Rolland
Du Lac Jean
Du Monin Jean-Edouard
Du Peyrat Guillaume
Du Peyrat Jean
Du Pinet Antoine
Du Pont Michel
Du Pré Barthélemy

Du Préau Gabriel
Du Redouer Mathurin
Du Sault Philibert
Du Thier Jean
Du Tronchet Estienne
Du Troncy Benoist
Du Vair Guillaume
Du Val Jean-Baptiste
Du Verdier Antoine
Du Vignau Jean
Durand Jacques
Durand Pierre
Esne Michel d’
Estienne Charles
Estienne Robert
F. M.
F.Q.D.B.
Fabre Jacques-Antoine
Farsetti Thomas Joseph
Faure Antithus

Ferris François de
Flory François
Fontaine Charles
Fonteny Jacques de
Fornier Jean
Fourquevaux Raymond de Rouer
Francini Antonio
Frizon Pierre
Fumée Gilles
Gallo Giulio Domenico
Garnier Charles
Gaulteron de Cenguoins Guillaume
Gaultier Jacques
Gazet Antoine
Geuffroy Antoine
Gilbert de La Brosse François
Girard Du Haillan Bernard de
Giudici Giovanni
Godard Jean
Gohory Jacques

Gosselin Guillaume
Goupyl Jacques
Grangier Balthazar
Gruget Claude
Guercin du Crest Antoine
Guesdon Julien
Guisone Ferrante
Guttery Gabriel de
Hélie Guillaume
Herberay des Essarts Nicolas
Héroet Antoine
I.B.
I.C.D.I.
J.F.G.
J.G.A.
Jamyn Amadis
Jonviller Charles de
Kerquefinen Claude de
L.C.
La Boétie Etienne de

La Borderie Arthur Le Moyne , de
La Coudraie François de
La Forest Jean
La Forge George de
La Jessée Jean de
La Place Pierre de
La Popelinière Henri Lancelot-Voisin de
La Roque Siméon-Guillaume de
La Taille Jean de
La Tayssonnière Guillaume de
La Tour d’Albenas François Béranger de
Lampson Dominique
Larivey Pierre de
Laval Antoine Mathé de
Lavardin Jacques de
Le Blond Jean
Le Fèvre de La Boderie Antoine
Le Fèvre de La Boderie Guy
Le Loyer Pierre
Le Maçon Antoine

Le Maistre Claude
Le Roy Loys
Lemaire de Belges Jean
Liébault Jean
Livre Nicolas de
Lourdereau Jean
Louveau Jean
Lucinge René de
M. F.A. de
M.A.V.
Maldeghem Philippe de
Malfillastre Jean de
Malherbe François de
Maraffi Bartolomeo
Maraffi Damiano
Marot Clément
Martin Jean
Martinengo Massimiliano Celso
Masi Teofilo Massimo
Masi Teofilo Massimo

Matthieu Pierre
Maugin Jean
Maximien
Maynier d’Oppède Jean
Mayssoni François
Mermet Claude
Mesme Jean-Pierre de
Meurier Gabriel
Montagnat Francisque de
Montlyard Jean de
Nardin Thomas
Negri Francesco
Nervèze Antoine de
Nury Jean de
Pallet Jean
Paradin Trajan
Pascale Giovanni Luigi
Pascali Giulio Cesare
Pasquali Carlo
Pasquier Etienne

Pellevé Philippe de
Perrot François
Philieul Vaisquin
Pinzio Paolo
Platin Claude
Poldo d’Albenas Jean
Pontoux Claude de
Port de Loup Pierre
Porto Francesco
Pouvillon Antoine de Aigremont
Quillery de Passebrève
R.M.R.I.
Rapin Nicolas
Requeleyne Hilaire-Bernard de
Ridolfi Luca Antonio
Rocard Claude
Rochemore Jacques de
Rohault B.
Romieu Marie de
Rouillé Guillaume

Roussin Pierre
Roziers Claudes des
Rubbi Andrea
Rustici Filippo
Ruyr Jean
S.A.D.C.
S.E.S.X.
Sailly Thomas
Saint-André Alix de
Saint-Gelais Mellin de
Saint-Julien Pierre de
Saint-Simon Gaspard de
Santeul Denis
Sauvage Denis
Scaligero Giulio Cesare
Scève Claudine
Sébillet Thomas
Sevin Adrien
Simeoni Gabriele
Solier François

Soulfour Nicolas de
Suarez J.
Taillemont Claude de
Tarin Jean
Temporal Jean
Testa Francesco
Toscano Gian Matteo
Tournes Jean de
Tours Guy de
Tyard Pontus de
Vauzelles Jean de
Vernassal François de
Vidal Pierre
Vigenère Blaise de
Villamont Jacques de
Villegagnon Nicolas Durand
Villers Jean de
Villiers Hubert Philippe de
Vincent Jacques
Volcyr de Sérouville Nicole

***

« Traduire est une besogne de plus grand travail que de louange. Car si vous rendez bien et fidèlement, si n’êtes-vous estimé sinon d’avoir retracé le premier portrait : et le plus de l’honneur en demeure à l’original. Si vous exprimez mal, le blâme en choit tout sur vous. Que si votre patron avait mal dit, encore êtes-vous réputé homme de mauvais jugement, pour n’avoir pas choisi bon exemplaire. Somme, un Traducteur n’a jamais le nom d’Auteur. »

Jacques Peletier, Art poétique, 1555

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Appel à contributions

Italia & Francia, Francia & Italia: Scambi culturali

RELIEF <https://www.revue-relief.org/> e INCONTRI <https://www.rivistaincontri. nl/>, due riviste internazionali e peer reviewed che si occupano rispettivamente di cultura francese e italiana, pubblicheranno giuntamente due numeri collegati dallo stesso tema: gli scambi culturali tra l’Italia e la Francia dal Medioevo fino ad oggi. La religione, la politica, le scienze e le arti hanno gettato le basi per una relazione proficua e molto stretta tra i due paesi. Ci sono stati dei periodi di intensificazione di tali rapporti transnazionali tra le due lingue e culture: si pensi all’influenza della lirica dei trovatori provenzali alla corte siciliana nel Duecento, o al traffico intenso messo in moto dai regnanti amanti dell’arte nelle città-stato italiane durante il Rinascimento invitando artisti e musicisti francesi alle loro corti. Altri esempi di questi incontri culturali sono il ‘grand tour’ che portò gli aristocrati francesi a visitare il Bel Paese nel Settecento, il cosmopolitismo dell’Ottocento, le avanguardie, tra cui quelle italiane, concentratesi nella Parigi dell’inizio del Novecento. Non si dimentichino poi le ondate di migrazioni politiche, economiche e culturali e la crescente globalizzazione dei rapporti culturali a partire dal 1950. La redazione di INCONTRI, invita gli autori interessati a contribuire al numero 2 del 2018 sugli scambi culturali tra la Francia e l’Italia con un saggio sull’argomento dal punto di vista degli studi italiani. Si accolgono articoli su persone o gruppi di persone, letterati, intellettuali, diplomati, esuli, migranti, viaggiatori solitari o avventurieri in cerca di fortuna nel paese vicino; su un determinato periodo, una corrente, un’arte o un genere (dalle arti figurative al fumetto, dal teatro all’opera lirica, dal cinema alla televisione), su singole opere artistiche, coproduzioni e traduzioni, su eventi storici che abbiano avuto un riscontro culturale (si pensi al tragico episodio dei valdesi); su qualunque fattore culturale o storico-sociale che abbia messo in contatto o in conflitto le due culture, sia coscientemente sia inconsciamente.

Gli articoli, di una lunghezza media tra 5000-8000 parole, dovranno essere scritti in italiano o in inglese e dovranno essere redatti secondo le direttive per gli autori che possono essere consultate sul sito (https://www.rivista-incontri.nl/about/submissions/). Nel caso di illustrazioni, dovranno essere rispettati i diritti d’autore. I contributi saranno sottomessi a una procedura di referaggio peer review, il cui processo è descritto sul sito (https://www.rivista-incontri.nl/about/editorialpolicies/#peer-review-process). Si prega gli autori interessati di mandare una proposta nella lingua dell’articolo di 300 parole all’incirca, accompagnata da una breve nota biobibliografica, a Emma Grootveld (incontri.segreteria@gmail.com<mailto:incontri.segreteria@gmail.com>), entro e non oltre il 7 gennaio 2018.

Gli autori selezionati dovranno far pervenire la prima versione dell’articolo completo entro il 30 aprile 2018.

Incontri. Rivista europea di studi italiani è la rivista del Werkgroep Italië Studies (WIS), gruppo di lavoro sugli studi italiani con riferimento alla comunità di ricerca accademica neerlandese e fiamminga. I membri della redazione e del comitato di lettura della rivista sono reclutati nel campo internazionale degli studi italiani per garantire una revisione paritaria di alto valore scientifico. La rivista ha una cadenza semestrale e ogni numero conta all’incirca 100-150 pagine comprendenti articoli, rubriche, recensioni e segnalazioni.

Source de l’information : http://www.sies-asso.org/appels/appels-a-contributions/2443-call-for-contributions-italia-francia-scambi-culturali

Vient de paraître

Rémi Jimenes
Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance
Préface de Roger Chartier

Coédition : Presses universitaires François-Rabelais / Presses universitaires de Rennes

Charlotte Guillard est une figure exceptionnelle de la Renaissance française. Originaire du Maine, elle mène à Paris une carrière brillante dans la typographie.
Veuve tour à tour des imprimeurs Berthold Rembolt et Claude Chevallon, elle administre en maîtresse femme l’atelier du Soleil d’Or pendant près de vingt ans, de 1537 à 1557. Sous sa direction, l’entreprise accapare le marché de l’édition juridique et des Pères de l’Église, publiant des éditions savantes préparées par quelques-uns des plus illustres humanistes parisiens (Antoine Macault, Jacques Toussain, Jean Du Tillet, Guillaume Postel…). Associant dans un même projet intellectuel les théologiens les plus conservateurs et les lettrés les plus épris de nouveauté, sa production témoigne de la vivacité des débats qui agitent les milieux intellectuels au siècle des Réformes.
Au-delà de la biographie, ce livre met en évidence les ressorts sociaux, économiques et techniques sur lesquels repose l’activité éditoriale d’une imprimerie parisienne. Il ouvre ainsi des perspectives nouvelles sur les conditions de production et de commercialisation des livres érudits en un siècle décisif pour
l’histoire des idées.Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Rennes : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4496

On parle de nous!

Compte rendu de Michaela Valente de l’ouvrage suivant

Nicole Bingen – Renaud Adam , Lectures italiennes dans les pays wallons à la première Modernité (1500-1630) , Turnhout, Brepols, 2015

paru dans Archivio Storico Italiano 2017/3 ~ a. 175 n. 653

« Questo studio di Bingen e Adam sulla diffusione del libro italiano si inserisce nell’ambito del progetto internazionale EDITEF ( L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité ), che si propone di esaminare la diffusione, presenza e con – servazione del libro italiano nelle aree f rancofone nella prima età moderna dal 1500 al 1630. Il progetto è coordinato da Chiara Lastraioli del Centre d’Études Supérieures de la Renaissance di Tours e coinvolge altri centri di ricerca europei e singoli studiosi di vari atenei. Con la stampa, il mercato editoriale italiano cono – sce una stagione di grande importanza sia per i commerci che si stabiliscono che per la cultura che si irradia in ambienti lontani. Una stagione che ha il suo apice e poi decresce anche per i f reni che vengono adottati dalla Chiesa e che condizio – nano anche gli Stati più audaci come la Repubblica di Venezia. Ad ogni modo, la stampa veneziana affascina e seduce se già nel 1474 lo stampatore Thierry Mar – tens, come raccogliesse una sfida, promette di portare l’eleganza dei caratteri veneziani nei Paesi Bassi. Bingen e Adam si concentrano sul libro italiano o sulla sua traduzione in f rancese, soffermandosi sulle opere a stampa (la production imprimée), gli inventari delle librerie e, infine, le biblioteche private. Dedicandosi a un’area considerata marginale, si ha però la possibilità di evidenziare la grande circolazione del libro italiano sia nelle biblioteche pubbliche che in quelle private. In quest’ultimo caso, si tratta soltanto di dodici biblioteche, un campione ridotto e suscettibile di significativi ampliamenti. Si è scelto di prendere in considerazio – ne i libri italiani, così un libro come l’ Alcorano di Macometto , pubblicato a Venezia nel 1547 è inserito nell’elenco, perché la lingua italiana diventa in questo caso intermediazione. Fondamentale per lo sviluppo della circolazione della cultura italiana sarebbe stata la fondazione nel 1559 dell’Università di Douai. Bingen e Adam tentano anche di proporre una interpretazione del senso di possedere i libri italiani, pur coscienti del fatto che molto dipenda dal possessore: così la biblioteca italiana del principe di Arenberg non si discosta dalle aspettative, men – tre quella dell’umanista François Modius testimonia un interesse per il teatro. Consapevoli di non aver potuto offrire un quadro esaustivo dal momento che 619 Notizie mancano i fondi conservati nelle biblioteche delle varie città, gli autori auspicano che altri studiosi raccolgano il testimone indagando e completando l’analisi delle fonti documentarie. Estremamente originale e rilevante il contributo che non si limita a offrire un repertorio di edizioni, ma indaga anche le ragioni di tale pre – senza, coniugando l’analisi quantitativa con quella qualitativa. »

Télécharger le compte-rendu

Journée d’étude

L’histoire des bibliothèques :état de la recherche (2)

Jeudi 14 décembre 2017, 09h30-18h00, François-Mitterrand – Petit auditorium 

« Où en est la recherche sur les bibliothèques » ?
La Bibliothèque nationale de France posait déjà cette question en 2010, dans le cadre du premier « atelier du livre » qu’elle consacrait au sujet. Sept ans après, en partenariat avec l’École des chartes et l’enssib, une nouvelle session est organisée qui se propose de faire un point d’étape et de donner à voir un « instantané » de la recherche sur l’histoire des bibliothèques au 14 décembre 2017.
En effet, dans un contexte marqué par le développement ininterrompu des nouvelles technologies, et notamment du numérique, il semble particulièrement pertinent de réfléchir à l’histoire de ces institutions millénaires et à leur continuité.
Sur un plan scientifique, l’histoire des bibliothèques peut être perçue comme une branche de l’histoire du livre, domaine pluridisciplinaire par excellence, qui évolue en élargissant sans cesse son périmètre de recherche vers d’autres thématiques. L’histoire des bibliothèques publiques et privées rencontre de plus en plus celle d’autres institutions comme les archives ou les musées. Elle étend son champ d’investigation à l’histoire de la lecture, aux transferts culturels, aux programmes architecturaux, aux pratiques professionnelles ou encore aux représentations hhsymboliques et imaginaires auxquelles ces institutions peuvent être associées dans la mémoire collective.
Tout au long de cette journée d’étude, des chercheurs, enseignants, doctorants, des historiens et des bibliothécaires présenteront de manière synthétique le dernier état de leurs travaux.
L’année 2017 ayant été riche d’expositions consacrées aux bibliothèques, des « focus » sur certaines d’entre elles permettront également de revenir sur les actions menées et d’en dresser le bilan.

En partenariat avec l’École des chartes et l’enssib.

9h30 Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
Yves Alix, directeur de l’enssib
Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École des chartes

10h-11h

Introduction à la recherche sur l’histoire des bibliothèques médiévales

Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes

Les bibliothèques privées en France et en Italie à la fin du Moyen Age (fin XVe-début XVIe)
Anne Tournieroux, chercheur associée au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris

Introduction à la recherche sur l’histoire des bibliothèques au XVIe siècle
Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École des chartes

Les livres scientifiques dans les bibliothèques parisiennes au XVIe siècle
Alissar Lévy, élève de 3e année à l’École des chartes

11h : Questions

11h20-12h10

Focus sur une exposition : « Une renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène »
(du 8 juillet au 22 octobre 2017, musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux, en partenariat avec la BnF)
Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF

Livre religieux et société au Mans, des Guerres de religion au XVIIIe siècle
Tiphaine Foucher, élève conservateur à l’enssib

12h10 : Questions

14h-15h30

Archives en bibliothèques: pratiques bibliothécaires et savantes aux XVIIe et  XVIIIe siècles
Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université

Une histoire des bibliothèques à travers leurs décors (1627-1851)
Frédéric Barbier,
directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Dernières nouvelles d’Antoine-Alexandre Barbier : recherches en cours sur les bibliothèques des palais de la Couronne au XIXe siècle (1800-1870)
Charles-Eloi Vial
, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF

15h30 : Questions

16h -18h

Focus sur une exposition : « De Genève à Reims, la collection Louis Dumur (1863-1933) »
(du 16 septembre 2017 au 6 janvier 2018, bibliothèque Carnegie de Reims)
Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, responsable de la bibliothèque Carnegie et des collections patrimoniales de la bibliothèque municipale de Reims (sous réserve)

16h50 : Questions

Conclusion de la journée
Frédéric Barbier
, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

En savoir plus.

Source de l’information : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.atelier_livre.html?seance=1223927837753

Pépites de la base EDITEF [2]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF.

Antoine-Augustin Renouard

En 1821, il s’installa à Paris (6 rue de Tournon), dans l’hôtel de Brancas, où il aménagea sa riche bibliothèque dans l’ancienne orangerie. Selon ses propres mots : ‘Ma bibliothèque fut commencée en 1778 avec le premier écu que me donna mon père et dont je fis usage pour acheter un Horace ; j’avais alors treize ans. […] C’étoit bien un peu de luxe, pour un jeune homme de dix-sept ans ; mais aussi toutes mes petites économies s’employoient à l’acquisition de livres. Parties de plaisir, recherches de toilette, tout étoit sacrifié à ma chère bibliothéque ; et d’ailleurs un commerce actif et brillant permettoient alors des dépenses que de bien rudes années ont depuis remplacées par de longues et pénibles privations. C’est dans ma première jeunesse que j’ai le plus facilement dépensé pour mes livres.’ (Catalogue de la bibliothèque d’un amateur, 1819)’ Un ‘Catalogue d’une précieuse collection de livres, manuscrits, autographes, dessins et gravures, composant la Bibliothèque de feu M. A. A. Renouard, dont la vente aura lieu 20 Novembre, etc.’ de 1854 atteste l’existence de sa collection.

Il a possédé l’édition suivante :

Petrarca, Francesco, Il Petrarcha con l’espositione d’Alessandro Vellutello e con piu utili cose in diuersi luoghi di quella nouissimamente da lui aggiunte, 1538 (Stampate in Vinegia : per Bartolomeo Zanetti Casterzagense : ad instantia di messer Alessandro Vellutello, e di messer Giouanni Giolitto da Trino, 1538).

⇒ conservée à la Bibliothèque de la Fondation Barbier-Mueller pour l’étude de la poésie italienne de la Renaissance (Genève, Suisse) (cote BENI 1)

Description de l’exemplaire :

Provenances : A.-A. Renouard (mention au crayon sur une garde volante) ; ex-libris Commendatore G. Fumach [non recensé par Gelli] ; M. L. Borromeo Arese [non recensé par Gelli, voir p. 74-75] ; M. Favia del Core [non recensé].

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Assemblée générale

Assemblée Générale 2017 – Programme de recherche « Bibliothèques Virtuelles Humanistes »
Jeudi 30 novembre 2017
CESR, Tours – salle Rapin

L’année 2017 aura été particulièrement marquée par la mise en œuvre de la campagne de numérisation à la Médiathèque Louis-Aragon du Mans dans le cadre du projet partenarial « Bibliothèques humanistes ligériennes » ainsi que par l’école d’été Bibliotheca Digitalis qui nous a permis de réunir 20 stagiaires internationaux et une vingtaine d’intervenants, tant chercheurs en SHS ou informatique que bibliothécaires et archivistes. Plusieurs publications significatives ont également ponctué l’année telles que l’édition numérique du manuscrit de la Servitude volontaire, ou encore de nouveaux chapitres de l’édition sonore des Essais de Montaigne. Cette assemblée générale sera ainsi l’occasion de vous présenter tant les avancées des projets en cours que les perspectives du programme de recherche BVH.
 
Ordre du jour

13 h 30  Accueil café – salle polyvalente

14 h      Bilan & perspectives du programme de recherche BVH

  • Gouvernance & financements
  • Coopération ; les BVH dans les réseaux de recherche
  • Bilan de production : Fac-similés, Epistemon
  • Communications scientifiques, valorisation, formation

14 h 30  Projets de recherche

  • Catalogues régionaux des Incunables des bibliothèques publiques de France : papier et informatisés
  • Epistemon & Corpus d’auteurs : Rabelais, Montaigne – Politique éditoriale, publications ; variation français / langues régionales (ARC Poitiers-Tours)
  • Projet « Bibliothèques Humanistes ligériennes » (BHLi, Biblissima) – Le Mans, Angers, La Flèche. Bilan & avancement de la campagne de numérisation 2017 au Mans ; poursuite à Angers en 2018. – Bilan de l’école d’été internationale Bibliotheca Digitalis, Le Mans, juillet 2017 (Dariah-EU/ Biblissima)

15 h 30  Pause

15 h 45  Projets de recherche – Suite

  • Projet « Bibliotheques françoises » (Biblissima) – Nouveautés de la base, interopérabilité avec Biblissima & poursuite de l’indexation.
  • Projet « Collation numérique » – Réseau Thématique de Recherche IMAGE, avec le LI-RFAI – Le prototype de l’outil « MicroEye »
  • Projet ECRISA : L’ECRIt/ure, ses Supports, ses Archives : une plateforme pour l’analyse et la gestion de l’écrit/ure et des archives – Corpus multilingues et outils de TAL

17 h      Évènements | Publications des projets partenaires

  • La base EDITEF : L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité
  • Le portail RENUMAR : REssources NUMériques pour l’édition des Archives de la Renaissance (en lien avec le programme Intelligence des Patrimoines) — De minute en minute 2.0

17 h 30  Discussions
18 h 00 Clôture de l’assemblée générale

En vue de vous accueillir dans les meilleures conditions, nous vous remercions de bien vouloir confirmer au préalable votre présence auprès de sandrine.breuil@univ-tours.fr

En savoir plus.

Source de l’information : https://bvh.hypotheses.org/3505

Pépites de la base EDITEF [1]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF.

Charles-Jean-François Hénault

Président au Parlement de Paris, surintendant de la maison de la reine, il fut notamment l’ami de Madame de Lambert, de Brancas, Du Deffand, de Fontenelle et de Voltaire, et le protecteur des gens de lettres qu’il recevait libéralement à sa table. Il était souvent surnommé « le président ». Lauréat des Jeux Floraux et de l’Académie française, il obtint aussi le prix d’éloquence en 1707 et un accessit en 1709. Remplaçant du cardinal Dubois le 30 septembre 1723, il fut reçu par le comte de Morville, pour lequel il écrivit lui-même le discours, le 23 décembre 1723. Il fut à la fois un admirateur et un disciple de Fontenelle. Hostile à la candidature de d’Alembert,il reçut cependant le président Bouhier, puis finit par faire partie de l’Académie des Inscriptions, de l’académie de Nancy et de plusieurs académies étrangères. Hénault fut l’objet de nombreuses discussions de la part de Voltaire, Collé, Grimm. Auteur de deux tragédies, sous les pseudonymes ‘Fuzelier’ et ‘Caux’, il a écrit aussi un Abrégé chronologique de l’histoire de France, des poésies légères et des chansons. M. Henri Lion a écrit le Président Hénault. Il fut le possesseur de l’exemplaire suivant, actuellement conservé à la Bibliothèque de l’Université de Mons-Hainaut (Cote : R9/H): – Petrarca, Francesco, Il Petrarcha con l’espositione d’Alessandro Vellutello e con piu utili cose in diuersi luoghi di quella nouissimamente da lui aggiunte, 1538 (Stampate in Vinegia : per Bartolomeo Zanetti Casterzagense : ad instantia di messer Alessandro Vellutello, e di messer Giouanni Giolitto da Trino, 1538).

Il a possédé l’édition suivante :

Petrarca, Francesco, Il Petrarcha con l’espositione d’Alessandro Vellutello e con piu utili cose in diuersi luoghi di quella nouissimamente da lui aggiunte, 1538 (Stampate in Vinegia : per Bartolomeo Zanetti Casterzagense : ad instantia di messer Alessandro Vellutello, e di messer Giouanni Giolitto da Trino, 1538).

⇒ conservée à la Bibliothèque de Mons (Belgique) (cote R9/H)

Description de l’exemplaire :

Très belle reliure (italienne ?) à ramages sur les deux plats et le dos. Au centre du plat supérieur figure Cupidon avec les yeux bandés et au verso l’allégorie de la Fortune. Sur le contreplat on trouve l’ex-libris imprimé de « Le p.dent Henault de l’Académie Française », avec une note ms. « vivant en 1770 ». Sur la page de titre, figurent plusieurs cotes anciennes et l’ex-libris ms. à l’encre de « Mattia Segacij » (XVIIe).

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

 

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Cycle de séminaires

Histoire des bibliothèques anciennes

Programme 2017-2018 : « Fragments et bibliothèques »

Le séminaire Histoire des bibliothèques anciennes (HBA) est ouvert à tous. Il a lieu le vendredi matin de 10 h à 13 h, à l’IRHT, 40 avenue d’Iéna, Paris 16e, salle Jeanne Vielliard.
Organisateur : Jérémy Delmulle

Programme 2017-2018:

  • 10 novembre 2017 — Séance inaugurale
    Thomas Falmagne (Bibliothèque nationale de Luxembourg) : Fragments et histoire des bibliothèques : status quaestionis et pistes de recherche

8 décembre 2017 — Autour du projet Fragmentarium

  • Pierre Chambert-Protat (École française de Rome) : Éparpillés façon puzzle : Baluze et les fragments de manuscrits lyonnais
  • Veronika Drescher (Université de Fribourg / EPHE) : Faire revivre la bibliothèque de Saint-Père-en-Vallée : les possibilités et les défis de la fragmentologie numérique

26 janvier 2018 — Reliures et fragments

  • Judith Kogel (IRHT) : Fragments d’histoire : de la bibliothèque médiévale des Juifs de Colmar aux fonds alsaciens du XIXe siècle
  • Anastasia Shapovalova et Élodie Lévêque (IRHT – National Library of Ireland) : Beurrière ou reliure ? Défets et réemplois dans les reliures de l’abbaye de Clairvaux

16 mars 2018 — Interpréter les fragments

  • Athanaric Huard (EPHE / BnF) : Fragments d’Asie centrale : le fonds du monastère bouddhiste de Duldur-Akhur
  • Naïm Vanthieghem (IRHT) : Les fragments papyrologiques arabes de livres et de bibliothèques égyptiennes

27 avril 2018 — Les recueils de fragments de la BnF

  • Francesco Siri et Laura Albiero (BnF) : Glaner dans le fonds latin de la BnF
  • Jérémy Delmulle (IRHT / BnF) : Dom Le Michel, dom d’Achery et les recueils de fragments des anciens fonds « Saint-Germain »

15 juin 2018 — Fragments et florilèges dans le cadre de la journée d’étude organisée par Pierre Chambert-Protat et Angela Cossu

En savoir plus.

Source de l’information : https://libraria.hypotheses.org/530

Appel à communications

The Economic History of the Book in the Early Modern Period

Antwerp University, 4–6 October 2018

Call for Papers

A singular carrier of ideas, information, knowledge, and culture, the book has always held a special place in society. Aspects of production, distribution and consumption have been the subject of thorough study, but analyses of the economics of the book trade remain rare, or less than comprehensive. The special status of the book, its importance for pre-industrial economy as a whole, and the limitations of the sources available seem to have prevented the undertaking of comparative, diachronic and synchronic surveys from the economics point of view. Recently, the topic of the economics of the book trade has come to the fore. Scholars acknowledge the importance of the price of books and its impact on society. Especially in the absence of a system of freely accessible libraries, the price of books imposed an important obstacle to access to information and knowledge circulating in print in the Early Modern Period. It is important, therefore, to study the business models for production, price formulation and market development, starting with information about sales of new and second-hand books sold in shops, at fairs, and at public auctions.

This conference invites papers dealing with any aspects related to the economics of book production, book distribution and book consumption in the Early Modern Period. Potential topics are the cost of book production, the price of unbound versus bound books, the impact of paper and parchment on production costs; analyses of retail versus wholesale transactions; distribution costs for books (packing, transportation, tolls, unpacking, and insurance issues); and purely monetary issues of the book trade related to payments made in different currencies, in cash or on account. In particular, we welcome papers which address the methodological problems of a historical economical approach to handpress books and the different types of payments and currencies involved, in addition to surveys addressing this issue from a comparative point of view (comparison between printing shops, on local, regional or transnational levels). We wish to programme papers going beyond isolated cases, and including, for instance, analyses of wider synchronic or diachronic data sets, which will help to clarify essential trends and factors in the economy of the book in Early Modern Europe.

Deadlines

Please submit proposals for papers (c. 400 words) to goran.proot@gmail.com by 31 January 2018.

You will receive an answer by 15 March 2018.

Academic committee

– Dr. Renaud Adam, Université de Liège, Marie Skłodowska-Curie Research Fellow – LE STUDIUM – Institute of Advanced Studies of Loire Valley / Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Tours)

– Prof. dr. Pierre Delsaerdt, History Department, Antwerp University/ku Leuven

– Prof. dr. Kees Schepers, Ruusbroec Institute, Antwerp University

– Prof. dr. Johan van Heesch, History Department, ku Leuven/Brussels, Royal Library

– Prof. Angela Nuovo, Unversità di Udine

– Prof. dr. Jeroen Puttevils, History Department, Antwerp University

– Prof. dr. Violet Soen, History Department, ku Leuven

– Prof. dr. Bert Demuynck, History Department, Antwerp University

In collaboration with Antwerp University, Antwerp University Library and the Ruusbroec Institute, the EmoBookTrade project (Università di Udine), Flanders Book Historical Society, Antwerp Bibliophile Society, Museum Plantin-Moretus & Antwerp Heritage Library Hendrik Conscience.

Offre de stage

Description de sources anciennes numérisées et enrichissement de données structurées

CESR, Tours

Le programme de recherche « Bibliothèques Virtuelles Humanistes » (BVH, resp. Chiara Lastraioli) du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR – UMR 7323, CNRS – Université François-Rabelais, Tours) propose un stage de 4 mois à temps plein, dont les missions visent à permettre l’exploitation et la diffusion de sources anciennes au travers des données numériques issues de deux projets complémentaires [1] : le projet Les « Bibliothèques françoises » de La Croix du Maine et d’Antoine du Verdier [2], et le projet Bibliothèques humanistes ligériennes (BHLi) [3].

Ce stage est proposé grâce à la participation du programme BVH au projet régional ÉCRISA  [4] – L’ÉCRIt/ure, ses Supports, ses Archives, porté par la MSH Val de Loire.

> Télécharger l’offre de stage (PDF)

Présentation du projet

Il s’agit pour le programme de recherche BVH de rendre ces documents anciens accessibles et interrogeables en ligne. Le travail du stagiaire consistera en :

  • Description et valorisation de documents anciens sélectionnés et numérisés chez les établissements partenaires dans le cadre de la campagne de numérisation « Bibliothèques humanistes ligériennes » (Le Mans, Angers, La Flèche)
  • Participation au projet de recherche sur Les « Bibliotheques françoises » de La Croix du Maine et de Du Verdier. Après une première phase de modélisation et de structuration en XML-TEI des données puis de la mise en ligne d’une version bêta de la base de données, il s’agit dans cette seconde phase d’affiner la structuration et l’indexation des données pour en permettre l’exploitation et de l’analyse scientifique. Aujourd’hui, l’ensemble des 2 149 notices prosopographiques de La Croix du Maine sont structurées ; les noms de personne sont indexés aussi bien les vedettes que ceux mentionnés dans le corps du texte. Pour les lettres A, B et C, les entités onomastiques et les références bibliographiques sont indexées et alignées avec des bases d’autorités en ligne (bases prosopographiques ou bibliographiques : VIAF, BnF, USTC, ISTC, etc.).
  • Établir les liens entre les numérisations du projet BHLi (BVH-fac-similés) et leur référence dans la base Les bibliothèques françaises.

Missions

Intégré à l’équipe BVH et encadré par ses membres, le stagiaire aura pour missions :

  • Suivre et participer à la numérisation, la structuration et l’enrichissement numérique de sources anciennes (imprimés anciens et manuscrits) en vue de leur mise en ligne sur le site BVH
    • Analyser et décrire les sources
    • Participer à l’élaboration de notices et de sommaires
    • Contrôler les numérisations et leur mise en ligne
  • Poursuivre l’indexation en XML-TEI des Bibliotheques françaises et établir les liens entre les sources citées et leur numérisation en ligne.
  • Mettre à jour la documentation du projet

Profil & compétences

  • Connaissance approfondie du livre ancien patrimonial
  • Connaissance approfondie du français pré-classique
  • Connaissances de base en latin
  • Maîtriser les méthodes de repérage des sources
  • Utiliser les outils et les logiciels courants de traitement de texte et image
  • Connaissances générales souhaitées des langages de catalogage : métadonnées XML-TEI, MARC-XML, EAD, Dublin-core
  • Connaissances générale des principaux instruments bibliographiques et des règles bibliographiques de base
  • Des connaissances basiques en HTML, CSS voire XSLT seraient un plus
  • Disposer d’un bon relationnel, d’un sens de l’organisation et du travail en équipe, être disponible et autonome.

Conditions de recrutement

  • Structure de recrutement : Maison des sciences de l’Homme Val-de-Loire / CESR (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Université François-Rabelais de Tours – CNRS, UMR 7323)
  • Gratification : en vigueur
  • Durée du stage : 4 mois, 35h/semaine
  • Prise de fonction : à partir de février 2018
  • Lieu de travail : Bureau BVH, CESR, 59 rue Néricault-Destouches, Tours
  • Déplacements ponctuels à prévoir au Mans et/ou à Angers
  • Poste au sein d’une équipe de 6 personnes

Candidatures

Pour tout renseignement, contacter :
Sandrine Breuil – bvh@univ-tours.fr
Tél. 02 47 36 77 80

[1] Projets financés par l’Equipex Biblissima : http://www.biblissima-condorcet.fr/
[2] Les « Bibliothèques françoises » de La Croix du Maine et d’Antoine du Verdier (CESR-Biblissima) : http://bvh.hypotheses.org/2294
[3] « Bibliothèques humanistes ligériennes » (BHLi), projets partenariaux Biblissima 2016 et 2017 : http://bvh.hypotheses.org/2665
[4] Projet ÉCRISA – L’ÉCRIt/ure, ses Supports, ses Archives : http://ecrisa.msh-vdl.fr/