De paris en Provence : un nouvel article d’amélie Ferrigno sur le livre italien

[Abstract] 

Amélie Ferrigno, De Paris en Provence, circulation et réception du livre italien à la première modernité

Version complète dans

Cahiers d’études italiennes, 31 | 2020

https://doi-org.proxy.scd.univ-tours.fr/10.4000/cei.7848

Si la circulation des hommes, marchands, savants, intellectuels italiens en Provence, tout autant que les réseaux d’échanges et de correspondances avec leurs homologues provençaux au Moyen âge et à la Renaissance est relativement connue, celle de l’édition en langue italienne reste quant à elle à définir : les livres italiens ont-ils bénéficié d’une diffusion privilégiée, de par la proximité géographique entre les deux territoires ? Ou ont-ils été exclusivement diffusés par les canaux de cercles savants, notamment parisiens ou lyonnais ? Quel était le profil des possesseurs provençaux ? Quels livres recherchaient-ils ? etc. Telles sont les interrogations qui conduisent à poursuivre l’enquête menée dans le cadre du projet EDITEF en Provence, afin de déterminer la réception et les principaux circuits de diffusion du livre italien sur ce territoire.

   Pour débuter ce nouveau pan de l’enquête, deux fonds aixois ont été examinés : les ouvrages imprimés en langue italienne entre le xve et le xviie siècles de la bibliothèque du marquis de Méjanes (1729-1786), représentant environ sept cents ouvrages ; et ceux de la bibliothèque du Musée Paul Arbaud (1831-1911), soit une quarantaine d’ouvrages. Les marques de provenance relevées ont fait apparaître des pistes d’acheminement du livre italien semblables à celles observées dans des fonds parisiens, en particulier le corpus issu de récupérations révolutionnaires de la bibliothèque Mazarine. Le fonds de la bibliothèque Méjanes révèle une chronologie des possesseurs similaire, avec la présence dans certains livres de plusieurs ex-libris désignant un premier possesseur italien, vraisemblablement du xvie siècle, et correspondant à une première période de circulation du livre au sein de la péninsule assez proche de la date d’édition, puis une marque de possession française, privée ou institutionnelle, plus récente (généralement du xviie – xviiie siècle). Et enfin, la marque d’acquisition de Méjanes. Les notes manuscrites laissées par le marquis au sein de ses ouvrages signalant les particularités d’édition et mentions d’achat montrent que peu d’entre eux proviennent de librairies aixoises. Les David avaient bien des correspondants libraires à Gênes, à Venise et à Rome, mais c’est à Paris, lors de ventes publiques ou auprès de libraires parisiens avec lesquels il entretenait une correspondance que Méjanes fait l’acquisition de ses livres italiens.

   Chez Paul Arbaud, le circuit d’acquisition passe également essentiellement par un réseau de libraires et de marchands de la capitale. La célèbre Arbaudenco, connue aussi bien des érudits provençaux que des bibliophiles parisiens, abrite environ une quarantaine de livres italiens imprimés entre le xvie et le xviie siècles, comprenant des classiques de la littérature italienne et quelques traductions, notamment d’œuvres de provençaux (Michel et Jean Nostradamus). On remarque également la présence d’un fonds dédié à Pétrarque, avec des éditions latines et des traductions françaises. Enfin, seize ouvrages en langue italienne sur le culte de Sainte Marie-Madeleine, à qui l’on doit l’évangélisation de la Provence et à laquelle Arbaud consacre une belle partie de sa collection, dont six exemplaires sont des pièces de théâtre et de la poésie magdalénienne, spécialité d’un groupe de poètes aixois. En dépit des critères d’acquisitions du collectionneur, certains de ces ouvrages en italien ne présentent aucun lien thématique avec la Provence. Leur présence au sein de la bibliothèque semble alors se justifier par les ex-libris qu’ils contiennent, parmi lesquels celui de Bartolomeo Arnigio, auteur italien du xvie siècle dans la veine de Pétrarque, celui de Nicolas Peiresc, célèbre érudit aixois d’origine italienne, ou encore les armes de la famille Forbin, une des plus grandes familles de la noblesse provençale.

   Amélie Ferrigno, 22/06/2021

 

Vient de paraître: Y. Sordet, Histoire du livre et de l’édition

De l’invention de l’écriture à la révolution numérique, l’ambitieuse synthèse de Yann Sordet, richement documentée et illustrée, retrace, des origines à nos jours, les grandes étapes et révolutions de l’histoire du livre, de sa production, circulation, réception et économie, mais aussi de ses usages, formes et mutations majeures – expansion du codex au début de l’ère chrétienne, mise au point de la typographie en Europe au XVe siècle, invention des périodiques au début du XVIIe, engagement de la librairie dans la société de consommation et mondialisation du marché de l’édition depuis le XIXe, dématérialisation des procédés au XXe siècle…


Cette vaste enquête embrasse ainsi l’ensemble de la production écrite, quelles que soient sa vocation – pédagogie, combat, culte, information –, et ses formes – succès de librairie parfois planétaires, almanachs, publications éphémères et imprimés du quotidien –, tout en interrogeant une ambiguïté fondatrice : à la fois objet et produit manufacturé, le livre est aussi un bien symbolique, une œuvre à la valeur identitaire forte.


Elle porte enfin une grande attention à la diversité des acteurs de cette histoire générale du livre et de l’édition : auteurs, législateurs, copistes, artistes enlumineurs ou graveurs, imprimeurs-libraires puis éditeurs…, mais aussi lecteurs, collectionneurs, bibliothécaires…, et à leurs interactions.

Histoire du livre et de l’édition
Paris, Albin Michel, 2021
800 pages
EAN13 : 978222645767

Vient de paraitre: Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique

Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique

éd. par Adam (Renaud), Devaux (Jean), Henrard (Nadine), Marchal (Matthieu), Velissariou (Alexandra)

Paris, Classiques Garnier (Rencontres, n° 451), 2020

Cet ouvrage vise à éclairer les mécanismes qui permirent aux lettres françaises de vivre la transition du Moyen Âge à la première Modernité. Il envisage tour à tour les conditions du glissement de ces textes vers l’imprimé et l’apport des imprimés anciens quant à l’élaboration des éditions modernes.

 

 

 

 

 

 

Lien vers le site de l’éditeur

Vient de paraître: « Poco a poco ». L’apport de l’edition italienne dans la culture francophone

Poco a poco. L’apport de l’édition italienne dans la culture francophone

Actes du LXe Colloque international d’études humanistes (CESR, 27-30 juin 2017)

C. Lastraioli, M. Scandola (eds.)

Turnhout, Brepols Publisher, 2020

386 p., 34 b/w ill., 156 x 234 mm, 2020
ISBN: 978-2-503-59028-8

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503590288-1

La notion d’italianisme est, depuis plus d’un siècle, une étiquette prête à l’emploi sous laquelle la critique a voulu rassembler les phénomènes les plus divers, relevant aussi bien des arts que des lettres, des modèles politiques et des pratiques sociales, ou encore des savoirs philosophiques, scientifiques et techniques. Ce volume porte un regard différent sur cette question, car il a comme point de départ l’étude de l’influence de la culture imprimée en langue italienne dans les aires francophones à la Renaissance, mais aussi la persistance de cette culture tout au long de l’Ancien Régime dans les grandes collections publiques et privées. Fruit des recherches conjointes des chercheurs participants, parfois de façon continue, parfois épisodiquement, au projet de recherche ANR-13-BSH3-0010-01 L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité (EDITEF), ce volume ouvre des nouvelles perspectives méthodologiques et scientifiques sur des aspects méconnus de l’appropriation de la culture italienne dans le monde francophone, tout en suivant la parabole de la diffusion des textes dès leur impression jusqu’à leur conservation, en passant par leur commercialisation, traduction et appropriation dans les contextes sociaux les plus variés.

 

Chiara Lastraioli est professeur des universités au sein du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) et du département d’Italien de l’Université de Tours. Elle coordonne le programme Bibliothèques Virtuelles Humanistes et le projet EDITEF. Ses recherches portent sur les littératures italienne et française de la Renaissance, sur la propagande au temps de la Réforme et de la Contre-Réforme et sur la diffusion du livre italien hors de la Péninsule.

Massimo Scandola est docteur de recherche en histoire de la documentation de l’Université de Sienne (2012) et chargé d’enseignement d’études italiennes à l’Université de Tours. Il est chercheur associé au CESR et il a été chercheur postdoc sur le Projet EDITEF. Ces recherches portent sur l’histoire des bibliothèques et sur la circulation des savoirs italianisants en France et dans les Balkans pendant le XVIIe et le XVIIIe siècle.

Table of Contents

I- Aux origines d’une enquête. Le livre italien dans les fonds des bibliothèques
1- Chiara Lastraioli (CESR UMR 7323 – Université de Tours), [Avant propos] «Poco a poco» ou des pérégrinations d’une devise
2- Jean Balsamo (Université de Reims), Une Civile conversation entre l’Italie et la France (1574-1648)
3- Lorenzo Baldacchini (Università di Bologna), Tra i fili della rete. Libri e tipografi italiani nelle biblioteche francesi
4- Monique Hulvey (Bibliothèque municipale de Lyon), L’Italie au miroir des bibliothèques lyonnaises de la Renaissance.
5- Renaud Adam (Université de Liège), « Et a questo disiderio d’imparare detta lingua mi hanno indotto essi vostri scritti ». La diffusion du livre italien à Liège à la première Modernité (1500-1630)

II- Transferts culturels : traductions, imitations et formes du livre en italien
6- Bruna Conconi (Università di Bologna), « Demonstrer ce qui est plus clair que le plein midy » : italianisme et traduction d’après les inventaires de la Croix du Maine et Du Verdier
7- Elisa Gregori (Universita di Padova), « Una lingua che gli italiani riuscirono a imporre ». L’amour pour la langue italienne : imitation, traduction, autotraduction
8- Riccardo Benedettini (Università di Verona), Les Lettere de Claudio Tolomei dans la traduction « argentée » de Pierre Vidal
9- Paolo Procaccioli (Università della Tuscia, Viterbo), Da modello a stereotipo. Henri III, Corbinelli, Montaigne e i libri di lettere italiani in Francia

III- Une approche comparée au livre et à la typographie : Italie, France et Espagne
10- Edoardo Barbieri (Università Cattolica di Milano), Gli « immortali sudori del Brucciolo ». Le dediche a Francesco I di Francia nella Bibbia di Antonio Brucioli (1532)
11- Roberta Frigeni (Museo delle storie di Bergamo), La Francia vista dall’Italia. Il caso delle Scritture di Francia di Comino Ventura (1593-1594)
12- Natalia Maillard-Álvarez (Universidad Pablo de Olavide), Imprimeurs et libraires italiens dans le monde ibérique (XVIe siècle)
13- Rémi Jimenes (CESR 7323 – Université de Tours), Défense et illustration de la typographie française. Le romain, l’italique et le maniérisme sous les presses parisiennes à la fin du règne de François Ier

IV- Lecteurs, bibliophiles et collectionneurs au fil des siècles
14- Alessandro Turbil (Université de Tours), Les Tre Corone dans la bibliothèque des Bourbons et l’affaire Pétrarque au tournant du XVIe siècle : Moulins-Montbrison l’espace d’un réseau d’italianisants ?
15- Amélie Ferrigno (CESR UMR 7323-Bibliothèque Mazarine), L’« italianisme bibliophilique » dans le fonds de la Bibliothèque Mazarine
16- Dorit Raines (Università Ca’ Foscari, Venezia), Le collectionnisme des Aldine en France aux XVIIe-XVIIIe siècles
17- Massimo Scandola (CESR UMR 7323 – Université de Tours), “Livres curieux” et “livres utiles”. Lire en italien dans les bibliothèques robines à Paris au siècle des Lumières

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503590288-1

VIENT de paraitre

Renaud Adam

Le théâtre de la censure (XVIe et XXIe siècles).

De l’ère typographique à l’ère numérique

Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2020 (ISBN 978-2-8031-0749-0).  Disponible ici en format papier et numérique

 

 

Résumé

Cet essai porte sur la censure des livres et, plus spécifiquement, sur sa mise en scène. Il ambitionne d’apporter des éléments de compréhension à un phénomène résolument contemporain par une mise en perspective avec la situation du XVIe siècle. Loin de verser dans un comparatisme historique simpliste, la volonté est de proposer des pistes de réflexions sur la problématique de la censure au début de l’ère numérique à l’aune d’une grille de lecture élaborée pour le XVIe siècle, qui connut l’un des plus grands épisodes « biblioclastes » de l’histoire européenne.

Historien du livre de la première Modernité, Renaud Adam travaille pour la maison de vente Arenberg Auctions (Bruxelles). Ses travaux portent principalement sur l’économie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle), avec une attention particulière aux questions d’ordre socioéconomique, aux transferts culturels et à la réception de la culture italienne. Il a abordé ces thématiques dans plusieurs livres, dont Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme) (2018).

Compte-Rendu

Bibliothecae.itLe compte-rendu de

Shanti Graheli

du volume

Itinéraires du livre italien à la Renaissance. Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège

 sous le direction de Renaud Adam et Chiara Lastraioli
Paris, Classiques Garnier, 2019
est désormais disponible dans la revue en ligne

Bibliothecae.it

vol. 9, 1 (2020), p. 508-510
 

 

 

Dernièrepublication editef

TRADUIRE ET COLLECTIONNER LES LIVRES EN ITALIEN À LA RENAISSANCE

Sous la direction de Élise Boillet, Bruna Conconi, Chiara Lastraioli et Massimo Scandola
https://www.honorechampion.com/fr/champion/11239-book-08535295-9782745352958.html

Les études recueillies dans ce volume sont le fruit des recherches conjointes de plusieurs spécialistes ayant participé, pendant quatre ans, au projet L’Édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité (EDITEF – ANR-13-BSH3-0010-01). Elles portent essentiellement sur la question de la professionnalisation des traducteurs de l’italien vers le français à la Renaissance et sur l’impact de leur production sur la divulgation des savoirs élaborés dans la Péninsule. Une partie de ces essais concerne la question de l’étude du collectionnisme libraire de l’Ancien Régime, offrant des approches méthodologiques diverses et complémentaires à la fois.

Le volume a été édité par Élise Boillet (CNRS – CESR, Université de Tours), Bruna Conconi (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna), Chiara Lastraioli (CESR – Université de Tours) et Massimo Scandola (CESR – Université de Tours).

Ont participé à ce volume : Renaud Adam (Université de Liège), Jean Balsamo (Université de Reims), Monica Barsi (Università degli Studi di Milano), Alessandro Bertolino (Università degli Studi di Torino), Élise Boillet (CNRS – CESR), Bruna Conconi (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna), Amélie Ferrigno (CESR – Musée Paul Arbaud), Luciano Formisano (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna), Chiara Lastraioli (CESR – Université de Tours), Francesco Montorsi (Universität Zürich), Michel Pretalli (Université de Franche-Comté), Massimo Scandola (CESR – Université de Tours).

Encore sur les itinéraires du livre italien

La RTBF La Première  a consacré une émission à la diffusion de la Renaissance italienne dans l’espace francophone via le livre. 

Lors d’une interview dans le cadre de l’émission Un jour dans l’histoire, Renaud ADAM a présenté ses recherches et le volume Itinéraires du livres italien à la Renaissance (Paris, Classiques Garnier, « Travaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance, n° 3″ 2019), qu’il a coédité avec Chiara Lastraioli.

Cet ouvrage rassemble des travaux sur le livre italien en Suisse romande, Pays-Bas méridionaux et Principauté de Liège developpés dans le cadre du projet EDITEF.

Vous pouvez podcaster l’émission à cette adresse 

Parution: Itinéraires du livre italien à la Renaissance Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège

Vient de paraitre

Itinéraires du livre italien à la Renaissance Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège

Renaud Adam et Chiara Lastraioli (eds.)

Paris, Classiques Garnier, 2019

Travaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance: 3

 

  • ISBN: 978-2-406-08556-0
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08558-

 

  • Résumé: Ce volume explore les mécanismes sous-jacents de la diffusion de la Renaissance italienne aux confins de l’espace francophone (Suisse romande, anciens Pays-Bas et Principauté de Liège) par le prisme de la circulation et de la consommation de la littérature italienne, en langue originale ou en français.

Parution: TICONTRE 2019

Le dernier numéro de Ticontre (XI, 2019) est en ligne, avec une section monographique intitulée La letteratura sotto i torchi. Bibliologia, storia del libro e studi filologico-letterari »,  éditée par Flavia Bruni, Matteo Fadini, Chiara Lastraioli.

Articles de Paolo Trovato, Martina Cita, Simona Inserra, Stefano Cassini, Giancarlo Petrella, Lorenzo Baldacchini, Paula Almeida Mendes, Vincenzo Trombetta, Andrea De Pasquale.

Dans la section « Saggi » figurent les articles de Luigi Gussago, Brian Zuccala, Ida Grasso, Roberto Binetti, Barbara Juleta Bellini, Valerio Angeletti, Marco Malvestio, Angela Locatelli.

Dans « Teoria e pratica della traduzione » figurent les essais d’Elisa Fortunato et Arianna Autieri, tandis que le « Reprint » d’Alessandro Serpieri est édité par Francesca Di Blasio

Le numéro en pdf est disponible ici

Call for paper

IMPRESSION ET DIFFUSION DE LA LOI DANS LES PAYS-BAS HABSBOURGEOIS, LES PROVINCES-UNIES ET LA PRINCIPAUTE DE LIEGE AUX TEMPS MODERNES (XVIe-XVIIIe SIECLE)


Liège, Université de Liège, 5-6 décembre 2019

Les 5 et 6 décembre prochains, se tiendra à l’Université de Liège un colloque dédié à l’impression et la diffusion de la loi dans les Pays-Bas habsbourgeois, les Provinces-Unies et en Principauté de Liège (XVIe-XVIIIe siècle):  Impression et diffusion de la loi dans les Pays-Bas habsbourgeois, les Provinces-Unies et la principauté de Liège aux temps modernes (XVIe-XVIIIe siècle). Vous trouverez en pièces jointes l’appel à proposition, en français et en anglais. Les propositions peuvent être envoyée avant le 30 juin à Renaud Adam (renaud.adam@uliege.be) et Nicolas Simon (n.simon@uclouvain.be).

Appel à contribution en français :

La loi constitue aujourd’hui l’astre étincelant d’une galaxie normative complexe. La loi a une finalité – fournir des repères à une collectivité – tout en étant la manifestation d’une volonté durable. Si cette situation ne correspond pas entièrement à celle de la loi à l’époque moderne, on doit reconnaître que les juristes de cette période, Jean Bodin en tête, n’ont pas hésité à placer le pouvoir édictal en tête des attributs princiers. La loi est donc un instrument juridique au service du gouvernement d’un territoire donné, mais elle constitue également un moyen de communication entre gouvernants et gouvernés.
Élaborer et publier de la loi constituent les deux faces d’une même pièce. La période moderne ouvrira d’ailleurs la voie à l’impression des actes législatifs et, partant, à une large dissémination des textes promulgués. Pour autant, on ne constate en aucun cas la disparation d’actes manuscrits. À côté de la loi, il faut encore reconnaître que les coutumes feront l’objet d’une attention renouvelée. En effet, les princes et souverains auront à cœur de s’assurer la mise par écrit de dispositions qui, par essence, relève du droit vécu et non prescrit. Par leur homologation, les coutumes ont accédé au statut de dispositions législatives et sont venues s’adjoindre au corps des mesures promulguées au nom du souverain. À l’instar des lois, les autorités – centrales, provinciales ou locales – ont généralement recouru aux presses d’imprimeurs en vue d’imprimer les règles coutumières nouvellement mises par écrit.
Ce colloque international entend ainsi questionner la problématique de l’impression et de la diffusion des lois à l’époque moderne en comparant le cas des Pays-Bas habsbourgeois, des Provinces-Unies et de la principauté ecclésiastique de Liège. Les trois territoires ont largement eu recours à l’imprimerie pour s’assurer la diffusion rapide et en masse d’actes officiels – en ce compris la législation. Au niveau local, par exemple, l’arrivée des premiers imprimeurs dans plusieurs villes est directement liée à la volonté des autorités communales de s’adjoindre une presse pour relayer la législation auprès de la population. La naissance du système du privilège va d’ailleurs permettre à certains imprimeurs de s’assurer des monopoles qu’ils tenteront de transformer en monopoles dynastiques afin de s’assurer des revenus récurrents. Si la situation de ces trois territoires a fait l’objet d’enquêtes ponctuelles, force est de constater que ce phénomène n’a pas encore bénéficié de toute l’attention qu’il méritait et que de nombreux dossiers doivent encore être abordés ; entraînant de facto une lecture biaisée de l’impression de la législation à l’époque moderne.

Call for paper:

PRINTING AND DISSEMINATING THE LAW IN THE HABSBURG NETHERLANDS, THE DUTCH REPUBLIC AND THE PRINCE-BISHOPRIC OF LIEGE IN THE EARLY MODERN PERIOD (16th-18th CENTURY)
Liège, University of Liège, 5-6 December 2019

Presentation
Nowadays, the law is the sparkling star of a complex normative galaxy. The purpose of the law is to provide a reference point for a community while it manifests the sovereign’s will. If this situation does not entirely reflect the status of the law in the early modern period, it must be recognized that early modern lawyers like Jean Bodin did not hesitate to place the legislative power at the forefront of princely prerogative. The law is therefore a legal instrument in the service of the government of a given territory, but it is also a means of communication between rulers and subjects.
The drafting and publication of the law are two sides of the same coin. The early modern period paved the way for the printing of legislative acts and, consequently, for the wide dissemination of promulgated texts. However, there is no evidence of the vanishing of handwritten texts. In addition to the printing of new laws, in the form of placards and ordinances, we should also recognise the importance attached to more substantial customs. Indeed, princes and sovereigns were keen to ensure that customs were repeatedly renewed and updated to reinforce the legislative corpus. With each successive round of amplifications the authorities – central, provincial or local – turned again to the printing presses.
This international conference aims to question the topic of the printing and distribution of laws in the early modern period by comparing the Habsburg Netherlands, the Dutch Republic and the Prince-Bishopric of Liege. The authorities in all three territories made extensive use of printing to ensure the rapid mass dissemination of official documents – including legislation. At the local level, for example, the arrival of the first printers in several cities is directly linked to the willingness of the municipal authorities to have a press at their disposal. The advent of the privilege system also allowed some printers to secure monopolies that they tried to transform into dynastic monopolies in order to secure substantial revenues.
While several investigations have been dedicated to this topic, it must be noted that this phenomenon has not yet received all the attention it deserves and that many issues still need to be addressed; we have thus far had an incomplete and unrepresentative perspective on the printing of laws in the early modern period.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search