Atlas 2018 – Italie > France | Séjour de recherche postdoctoral

Atlas 2018 – Italie > France

Séjour de recherche postdoctoral

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) et la Fondazione Luigi Einaudi onlus di Torino (FLET)  proposent une aide à la mobilité de 2 ou 3 mois pour un séjour en France aux jeunes chercheurs confirmés de nationalité italienne.

Ces aides à la mobilité sont destinées à réaliser des travaux de recherche en France : enquêtes de terrain, travail en bibliothèques et archives, participation à des séminaires.

Cet appel s’inscrit dans le cadre du Programme Atlas de mobilité postdoctorale de courte durée lancé par la FMSH et ses partenaires.

Date limite de candidature : 16 mars 2018

https://editef.hypotheses.org/wp-admin/post-new.php

 

Journée d’Etudes : Les bibliothèques patrimoniales en Belgique, 500 ans d’histoire

17 avril 2018

Bibliothèque royale de Belgique

Journée d’étude

Les bibliothèques patrimoniales en Belgique, 500 ans d’histoire


En cette année académique 2017-2018, l’Université de Liège et l’Université de Gand commémorent chacune le bicentenaire de leur fondation. Ce n’est cependant pas leur seul point commun : ces deux institutions abritent en effet les pôles patrimoniaux les plus significatifs du Nord et du Sud de la Belgique. L’occasion était belle de prendre appui sur ces deux dépôts (universitaires) d’exception pour aller à la rencontre d’autres bibliothèques belges dont les richesses – présentées ici sous des angles inédits – méritaient tout autant un éclairage de premier plan. Cinq collections seront ainsi mises à l’honneur, le 17 avril 2018 à la Bibliothèque royale de Belgique, lors de la prochaine journée d’étude du groupe de contact du FNRS « Documents rares et précieux ». Les bibliothèques patrimoniales de Gand et de Liège, bien sûr, mais aussi la Réserve précieuse de la Société archéologique de Namur, la collection d’autographes du Musée de Mariemont ou encore la célèbre Bibliothèque des ducs de Bourgogne, berceau de ce qui deviendra la future Bibliothèque royale de Belgique. Un focus sur les liens entretenus par cette dernière avec ses homologues de Liège et de Gand, via des réseaux bibliothéconomiques et bibliophiliques, permettra ainsi de boucler la boucle.

Studium Conference: R. Adam, The Book Market between France and the Low Countries in the 16th Century The Book Market between France and the Low Countries in the 16th Century

Studium Conference

11 janvier 2018 – 16H00

 

 Renaud Adam

The Book Market between France and the Low Countries in the 16th Century

 

The Book Market between France and the Low Countries in the 16th Century

Read more

Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Tours)
(free entrance)

Appel à contributions

Italia & Francia, Francia & Italia: Scambi culturali

RELIEF <https://www.revue-relief.org/> e INCONTRI <https://www.rivistaincontri. nl/>, due riviste internazionali e peer reviewed che si occupano rispettivamente di cultura francese e italiana, pubblicheranno giuntamente due numeri collegati dallo stesso tema: gli scambi culturali tra l’Italia e la Francia dal Medioevo fino ad oggi. La religione, la politica, le scienze e le arti hanno gettato le basi per una relazione proficua e molto stretta tra i due paesi. Ci sono stati dei periodi di intensificazione di tali rapporti transnazionali tra le due lingue e culture: si pensi all’influenza della lirica dei trovatori provenzali alla corte siciliana nel Duecento, o al traffico intenso messo in moto dai regnanti amanti dell’arte nelle città-stato italiane durante il Rinascimento invitando artisti e musicisti francesi alle loro corti. Altri esempi di questi incontri culturali sono il ‘grand tour’ che portò gli aristocrati francesi a visitare il Bel Paese nel Settecento, il cosmopolitismo dell’Ottocento, le avanguardie, tra cui quelle italiane, concentratesi nella Parigi dell’inizio del Novecento. Non si dimentichino poi le ondate di migrazioni politiche, economiche e culturali e la crescente globalizzazione dei rapporti culturali a partire dal 1950. La redazione di INCONTRI, invita gli autori interessati a contribuire al numero 2 del 2018 sugli scambi culturali tra la Francia e l’Italia con un saggio sull’argomento dal punto di vista degli studi italiani. Si accolgono articoli su persone o gruppi di persone, letterati, intellettuali, diplomati, esuli, migranti, viaggiatori solitari o avventurieri in cerca di fortuna nel paese vicino; su un determinato periodo, una corrente, un’arte o un genere (dalle arti figurative al fumetto, dal teatro all’opera lirica, dal cinema alla televisione), su singole opere artistiche, coproduzioni e traduzioni, su eventi storici che abbiano avuto un riscontro culturale (si pensi al tragico episodio dei valdesi); su qualunque fattore culturale o storico-sociale che abbia messo in contatto o in conflitto le due culture, sia coscientemente sia inconsciamente.

Gli articoli, di una lunghezza media tra 5000-8000 parole, dovranno essere scritti in italiano o in inglese e dovranno essere redatti secondo le direttive per gli autori che possono essere consultate sul sito (https://www.rivista-incontri.nl/about/submissions/). Nel caso di illustrazioni, dovranno essere rispettati i diritti d’autore. I contributi saranno sottomessi a una procedura di referaggio peer review, il cui processo è descritto sul sito (https://www.rivista-incontri.nl/about/editorialpolicies/#peer-review-process). Si prega gli autori interessati di mandare una proposta nella lingua dell’articolo di 300 parole all’incirca, accompagnata da una breve nota biobibliografica, a Emma Grootveld (incontri.segreteria@gmail.com<mailto:incontri.segreteria@gmail.com>), entro e non oltre il 7 gennaio 2018.

Gli autori selezionati dovranno far pervenire la prima versione dell’articolo completo entro il 30 aprile 2018.

Incontri. Rivista europea di studi italiani è la rivista del Werkgroep Italië Studies (WIS), gruppo di lavoro sugli studi italiani con riferimento alla comunità di ricerca accademica neerlandese e fiamminga. I membri della redazione e del comitato di lettura della rivista sono reclutati nel campo internazionale degli studi italiani per garantire una revisione paritaria di alto valore scientifico. La rivista ha una cadenza semestrale e ogni numero conta all’incirca 100-150 pagine comprendenti articoli, rubriche, recensioni e segnalazioni.

Source de l’information : http://www.sies-asso.org/appels/appels-a-contributions/2443-call-for-contributions-italia-francia-scambi-culturali

Vient de paraître

Rémi Jimenes
Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance
Préface de Roger Chartier

Coédition : Presses universitaires François-Rabelais / Presses universitaires de Rennes

Charlotte Guillard est une figure exceptionnelle de la Renaissance française. Originaire du Maine, elle mène à Paris une carrière brillante dans la typographie.
Veuve tour à tour des imprimeurs Berthold Rembolt et Claude Chevallon, elle administre en maîtresse femme l’atelier du Soleil d’Or pendant près de vingt ans, de 1537 à 1557. Sous sa direction, l’entreprise accapare le marché de l’édition juridique et des Pères de l’Église, publiant des éditions savantes préparées par quelques-uns des plus illustres humanistes parisiens (Antoine Macault, Jacques Toussain, Jean Du Tillet, Guillaume Postel…). Associant dans un même projet intellectuel les théologiens les plus conservateurs et les lettrés les plus épris de nouveauté, sa production témoigne de la vivacité des débats qui agitent les milieux intellectuels au siècle des Réformes.
Au-delà de la biographie, ce livre met en évidence les ressorts sociaux, économiques et techniques sur lesquels repose l’activité éditoriale d’une imprimerie parisienne. Il ouvre ainsi des perspectives nouvelles sur les conditions de production et de commercialisation des livres érudits en un siècle décisif pour
l’histoire des idées.Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Rennes : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4496

On parle de nous!

Compte rendu de Michaela Valente de l’ouvrage suivant

Nicole Bingen – Renaud Adam , Lectures italiennes dans les pays wallons à la première Modernité (1500-1630) , Turnhout, Brepols, 2015

paru dans Archivio Storico Italiano 2017/3 ~ a. 175 n. 653

« Questo studio di Bingen e Adam sulla diffusione del libro italiano si inserisce nell’ambito del progetto internazionale EDITEF ( L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité ), che si propone di esaminare la diffusione, presenza e con – servazione del libro italiano nelle aree f rancofone nella prima età moderna dal 1500 al 1630. Il progetto è coordinato da Chiara Lastraioli del Centre d’Études Supérieures de la Renaissance di Tours e coinvolge altri centri di ricerca europei e singoli studiosi di vari atenei. Con la stampa, il mercato editoriale italiano cono – sce una stagione di grande importanza sia per i commerci che si stabiliscono che per la cultura che si irradia in ambienti lontani. Una stagione che ha il suo apice e poi decresce anche per i f reni che vengono adottati dalla Chiesa e che condizio – nano anche gli Stati più audaci come la Repubblica di Venezia. Ad ogni modo, la stampa veneziana affascina e seduce se già nel 1474 lo stampatore Thierry Mar – tens, come raccogliesse una sfida, promette di portare l’eleganza dei caratteri veneziani nei Paesi Bassi. Bingen e Adam si concentrano sul libro italiano o sulla sua traduzione in f rancese, soffermandosi sulle opere a stampa (la production imprimée), gli inventari delle librerie e, infine, le biblioteche private. Dedicandosi a un’area considerata marginale, si ha però la possibilità di evidenziare la grande circolazione del libro italiano sia nelle biblioteche pubbliche che in quelle private. In quest’ultimo caso, si tratta soltanto di dodici biblioteche, un campione ridotto e suscettibile di significativi ampliamenti. Si è scelto di prendere in considerazio – ne i libri italiani, così un libro come l’ Alcorano di Macometto , pubblicato a Venezia nel 1547 è inserito nell’elenco, perché la lingua italiana diventa in questo caso intermediazione. Fondamentale per lo sviluppo della circolazione della cultura italiana sarebbe stata la fondazione nel 1559 dell’Università di Douai. Bingen e Adam tentano anche di proporre una interpretazione del senso di possedere i libri italiani, pur coscienti del fatto che molto dipenda dal possessore: così la biblioteca italiana del principe di Arenberg non si discosta dalle aspettative, men – tre quella dell’umanista François Modius testimonia un interesse per il teatro. Consapevoli di non aver potuto offrire un quadro esaustivo dal momento che 619 Notizie mancano i fondi conservati nelle biblioteche delle varie città, gli autori auspicano che altri studiosi raccolgano il testimone indagando e completando l’analisi delle fonti documentarie. Estremamente originale e rilevante il contributo che non si limita a offrire un repertorio di edizioni, ma indaga anche le ragioni di tale pre – senza, coniugando l’analisi quantitativa con quella qualitativa. »

Télécharger le compte-rendu

Journée d’étude

L’histoire des bibliothèques :état de la recherche (2)

Jeudi 14 décembre 2017, 09h30-18h00, François-Mitterrand – Petit auditorium 

« Où en est la recherche sur les bibliothèques » ?
La Bibliothèque nationale de France posait déjà cette question en 2010, dans le cadre du premier « atelier du livre » qu’elle consacrait au sujet. Sept ans après, en partenariat avec l’École des chartes et l’enssib, une nouvelle session est organisée qui se propose de faire un point d’étape et de donner à voir un « instantané » de la recherche sur l’histoire des bibliothèques au 14 décembre 2017.
En effet, dans un contexte marqué par le développement ininterrompu des nouvelles technologies, et notamment du numérique, il semble particulièrement pertinent de réfléchir à l’histoire de ces institutions millénaires et à leur continuité.
Sur un plan scientifique, l’histoire des bibliothèques peut être perçue comme une branche de l’histoire du livre, domaine pluridisciplinaire par excellence, qui évolue en élargissant sans cesse son périmètre de recherche vers d’autres thématiques. L’histoire des bibliothèques publiques et privées rencontre de plus en plus celle d’autres institutions comme les archives ou les musées. Elle étend son champ d’investigation à l’histoire de la lecture, aux transferts culturels, aux programmes architecturaux, aux pratiques professionnelles ou encore aux représentations hhsymboliques et imaginaires auxquelles ces institutions peuvent être associées dans la mémoire collective.
Tout au long de cette journée d’étude, des chercheurs, enseignants, doctorants, des historiens et des bibliothécaires présenteront de manière synthétique le dernier état de leurs travaux.
L’année 2017 ayant été riche d’expositions consacrées aux bibliothèques, des « focus » sur certaines d’entre elles permettront également de revenir sur les actions menées et d’en dresser le bilan.

En partenariat avec l’École des chartes et l’enssib.

9h30 Ouverture
Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la BnF
Yves Alix, directeur de l’enssib
Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École des chartes

10h-11h

Introduction à la recherche sur l’histoire des bibliothèques médiévales

Donatella Nebbiai, directrice de recherche au CNRS, Institut de recherche et d’histoire des textes

Les bibliothèques privées en France et en Italie à la fin du Moyen Age (fin XVe-début XVIe)
Anne Tournieroux, chercheur associée au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris

Introduction à la recherche sur l’histoire des bibliothèques au XVIe siècle
Christine Bénévent, professeur d’histoire du livre et de bibliographie à l’École des chartes

Les livres scientifiques dans les bibliothèques parisiennes au XVIe siècle
Alissar Lévy, élève de 3e année à l’École des chartes

11h : Questions

11h20-12h10

Focus sur une exposition : « Une renaissance en Normandie : Georges d’Amboise, bibliophile et mécène »
(du 8 juillet au 22 octobre 2017, musée d’Art, Histoire et Archéologie d’Évreux, en partenariat avec la BnF)
Maxence Hermant, conservateur au département des Manuscrits de la BnF

Livre religieux et société au Mans, des Guerres de religion au XVIIIe siècle
Tiphaine Foucher, élève conservateur à l’enssib

12h10 : Questions

14h-15h30

Archives en bibliothèques: pratiques bibliothécaires et savantes aux XVIIe et  XVIIIe siècles
Emmanuelle Chapron, professeur des universités, histoire moderne, Aix Marseille Université

Une histoire des bibliothèques à travers leurs décors (1627-1851)
Frédéric Barbier,
directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

Dernières nouvelles d’Antoine-Alexandre Barbier : recherches en cours sur les bibliothèques des palais de la Couronne au XIXe siècle (1800-1870)
Charles-Eloi Vial
, docteur en histoire, conservateur au département des Manuscrits de la BnF

15h30 : Questions

16h -18h

Focus sur une exposition : « De Genève à Reims, la collection Louis Dumur (1863-1933) »
(du 16 septembre 2017 au 6 janvier 2018, bibliothèque Carnegie de Reims)
Sabine Maffre, conservatrice des bibliothèques, responsable de la bibliothèque Carnegie et des collections patrimoniales de la bibliothèque municipale de Reims (sous réserve)

16h50 : Questions

Conclusion de la journée
Frédéric Barbier
, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EPHE

En savoir plus.

Source de l’information : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.atelier_livre.html?seance=1223927837753

Pépites de la base EDITEF [2]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF.

Antoine-Augustin Renouard

En 1821, il s’installa à Paris (6 rue de Tournon), dans l’hôtel de Brancas, où il aménagea sa riche bibliothèque dans l’ancienne orangerie. Selon ses propres mots : ‘Ma bibliothèque fut commencée en 1778 avec le premier écu que me donna mon père et dont je fis usage pour acheter un Horace ; j’avais alors treize ans. […] C’étoit bien un peu de luxe, pour un jeune homme de dix-sept ans ; mais aussi toutes mes petites économies s’employoient à l’acquisition de livres. Parties de plaisir, recherches de toilette, tout étoit sacrifié à ma chère bibliothéque ; et d’ailleurs un commerce actif et brillant permettoient alors des dépenses que de bien rudes années ont depuis remplacées par de longues et pénibles privations. C’est dans ma première jeunesse que j’ai le plus facilement dépensé pour mes livres.’ (Catalogue de la bibliothèque d’un amateur, 1819)’ Un ‘Catalogue d’une précieuse collection de livres, manuscrits, autographes, dessins et gravures, composant la Bibliothèque de feu M. A. A. Renouard, dont la vente aura lieu 20 Novembre, etc.’ de 1854 atteste l’existence de sa collection.

Il a possédé l’édition suivante :

Petrarca, Francesco, Il Petrarcha con l’espositione d’Alessandro Vellutello e con piu utili cose in diuersi luoghi di quella nouissimamente da lui aggiunte, 1538 (Stampate in Vinegia : per Bartolomeo Zanetti Casterzagense : ad instantia di messer Alessandro Vellutello, e di messer Giouanni Giolitto da Trino, 1538).

⇒ conservée à la Bibliothèque de la Fondation Barbier-Mueller pour l’étude de la poésie italienne de la Renaissance (Genève, Suisse) (cote BENI 1)

Description de l’exemplaire :

Provenances : A.-A. Renouard (mention au crayon sur une garde volante) ; ex-libris Commendatore G. Fumach [non recensé par Gelli] ; M. L. Borromeo Arese [non recensé par Gelli, voir p. 74-75] ; M. Favia del Core [non recensé].

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Assemblée générale

Assemblée Générale 2017 – Programme de recherche « Bibliothèques Virtuelles Humanistes »
Jeudi 30 novembre 2017
CESR, Tours – salle Rapin

L’année 2017 aura été particulièrement marquée par la mise en œuvre de la campagne de numérisation à la Médiathèque Louis-Aragon du Mans dans le cadre du projet partenarial « Bibliothèques humanistes ligériennes » ainsi que par l’école d’été Bibliotheca Digitalis qui nous a permis de réunir 20 stagiaires internationaux et une vingtaine d’intervenants, tant chercheurs en SHS ou informatique que bibliothécaires et archivistes. Plusieurs publications significatives ont également ponctué l’année telles que l’édition numérique du manuscrit de la Servitude volontaire, ou encore de nouveaux chapitres de l’édition sonore des Essais de Montaigne. Cette assemblée générale sera ainsi l’occasion de vous présenter tant les avancées des projets en cours que les perspectives du programme de recherche BVH.
 
Ordre du jour

13 h 30  Accueil café – salle polyvalente

14 h      Bilan & perspectives du programme de recherche BVH

  • Gouvernance & financements
  • Coopération ; les BVH dans les réseaux de recherche
  • Bilan de production : Fac-similés, Epistemon
  • Communications scientifiques, valorisation, formation

14 h 30  Projets de recherche

  • Catalogues régionaux des Incunables des bibliothèques publiques de France : papier et informatisés
  • Epistemon & Corpus d’auteurs : Rabelais, Montaigne – Politique éditoriale, publications ; variation français / langues régionales (ARC Poitiers-Tours)
  • Projet « Bibliothèques Humanistes ligériennes » (BHLi, Biblissima) – Le Mans, Angers, La Flèche. Bilan & avancement de la campagne de numérisation 2017 au Mans ; poursuite à Angers en 2018. – Bilan de l’école d’été internationale Bibliotheca Digitalis, Le Mans, juillet 2017 (Dariah-EU/ Biblissima)

15 h 30  Pause

15 h 45  Projets de recherche – Suite

  • Projet « Bibliotheques françoises » (Biblissima) – Nouveautés de la base, interopérabilité avec Biblissima & poursuite de l’indexation.
  • Projet « Collation numérique » – Réseau Thématique de Recherche IMAGE, avec le LI-RFAI – Le prototype de l’outil « MicroEye »
  • Projet ECRISA : L’ECRIt/ure, ses Supports, ses Archives : une plateforme pour l’analyse et la gestion de l’écrit/ure et des archives – Corpus multilingues et outils de TAL

17 h      Évènements | Publications des projets partenaires

  • La base EDITEF : L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité
  • Le portail RENUMAR : REssources NUMériques pour l’édition des Archives de la Renaissance (en lien avec le programme Intelligence des Patrimoines) — De minute en minute 2.0

17 h 30  Discussions
18 h 00 Clôture de l’assemblée générale

En vue de vous accueillir dans les meilleures conditions, nous vous remercions de bien vouloir confirmer au préalable votre présence auprès de sandrine.breuil@univ-tours.fr

En savoir plus.

Source de l’information : https://bvh.hypotheses.org/3505

Pépites de la base EDITEF [1]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF.

Charles-Jean-François Hénault

Président au Parlement de Paris, surintendant de la maison de la reine, il fut notamment l’ami de Madame de Lambert, de Brancas, Du Deffand, de Fontenelle et de Voltaire, et le protecteur des gens de lettres qu’il recevait libéralement à sa table. Il était souvent surnommé « le président ». Lauréat des Jeux Floraux et de l’Académie française, il obtint aussi le prix d’éloquence en 1707 et un accessit en 1709. Remplaçant du cardinal Dubois le 30 septembre 1723, il fut reçu par le comte de Morville, pour lequel il écrivit lui-même le discours, le 23 décembre 1723. Il fut à la fois un admirateur et un disciple de Fontenelle. Hostile à la candidature de d’Alembert,il reçut cependant le président Bouhier, puis finit par faire partie de l’Académie des Inscriptions, de l’académie de Nancy et de plusieurs académies étrangères. Hénault fut l’objet de nombreuses discussions de la part de Voltaire, Collé, Grimm. Auteur de deux tragédies, sous les pseudonymes ‘Fuzelier’ et ‘Caux’, il a écrit aussi un Abrégé chronologique de l’histoire de France, des poésies légères et des chansons. M. Henri Lion a écrit le Président Hénault. Il fut le possesseur de l’exemplaire suivant, actuellement conservé à la Bibliothèque de l’Université de Mons-Hainaut (Cote : R9/H): – Petrarca, Francesco, Il Petrarcha con l’espositione d’Alessandro Vellutello e con piu utili cose in diuersi luoghi di quella nouissimamente da lui aggiunte, 1538 (Stampate in Vinegia : per Bartolomeo Zanetti Casterzagense : ad instantia di messer Alessandro Vellutello, e di messer Giouanni Giolitto da Trino, 1538).

Il a possédé l’édition suivante :

Petrarca, Francesco, Il Petrarcha con l’espositione d’Alessandro Vellutello e con piu utili cose in diuersi luoghi di quella nouissimamente da lui aggiunte, 1538 (Stampate in Vinegia : per Bartolomeo Zanetti Casterzagense : ad instantia di messer Alessandro Vellutello, e di messer Giouanni Giolitto da Trino, 1538).

⇒ conservée à la Bibliothèque de Mons (Belgique) (cote R9/H)

Description de l’exemplaire :

Très belle reliure (italienne ?) à ramages sur les deux plats et le dos. Au centre du plat supérieur figure Cupidon avec les yeux bandés et au verso l’allégorie de la Fortune. Sur le contreplat on trouve l’ex-libris imprimé de « Le p.dent Henault de l’Académie Française », avec une note ms. « vivant en 1770 ». Sur la page de titre, figurent plusieurs cotes anciennes et l’ex-libris ms. à l’encre de « Mattia Segacij » (XVIIe).

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

 

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.