Colloque

Histoire du livre et pouvoirs de l’écrit

Du vendredi 17 novembre au samedi 18 novembre 2017,

 École des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e

L’inscription est obligatoire

L’École des chartes, l’Enssib et la BnF célèbrent en 2017 la commémoration du dixième anniversaire de la mort de Henri-Jean Martin (1924-2007), archiviste paléographe, éminent historien du livre, professeur et bibliothécaire. Pour marquer avec éclat cet anniversaire, différents rendez-vous sont proposés au public, dont le colloque « Histoire du livre et pouvoirs de l’écrit », organisé les 17 et 18 novembre 2017, à l’École des chartes.

Programme

Vendredi 17 novembre

Matin

  • 9 h : accueil
  • 9 h 15 : Michelle Bubenicek (ENC), Yves Alix (Enssib), ouverture

Présidence : Dominique Varry (Enssib / CGN)

  • 9 h 30 : Paul Saenger (Chicago, Newberry Library), « Henri-Jean Martin and the Birth of the History of Reading »
  • 10 h : Lodovica Braida (Università Statale di Milano), « La réception de Henri-Jean Martin en Europe. Le cas italien. »
  • 10 h 30 : Raphaële Mouren (Londres, Warburg Institute / Enssib, Centre Gabriel-Naudé), « L’histoire du livre en Grande-Bretagne après les travaux d’Henri-Jean Martin »
  • 11 h : questions et pause

Présidence : Bernard Huchet (Bibliopat)

  • 11 h 30 : Cristina Dondi (University of Oxford), « Lessons learned: the collaborative effort for more and better data (MEI) »
  • 12 h : Malcolm Walsby (Université Rennes 2), « Enquêtes sérielles, bibliographie matérielle et histoire du livre »
  • 12 h 30 : questions

Après-midi


  • 14 h 30 : table ronde modérée par Gilles Eboli (BM Lyon), « Henri-Jean Martin  pour les jeunes chercheurs ». Avec Louis-Gabriel Bonicoli (Univ. at Albany) ; Jamie Cumby (univ. Saint-Andrews) ; Charlotte Kempf (Univ. Heidelberg/ EHESS) ; Catherine Kikuchi (EFR) ; Alissar Lévy (ENC).
  • 16 h : question et pause

Présidence : Jean-Marc Chatelain (BnF)

  • 16 h 30 : Christian Jacob (EHESS), « Textes et livres entre Pergame et Rome : sur Galien »
  • 17 h : Olivier Grellety Bosviel (Université de Rouen-Normandie), « La question de l’édition de musique dans l’œuvre d’Henri-Jean Martin »
  • 17 h 30 : Virginie Cerdeira (Université Aix-Marseille), « Le Mercure François au miroir de l’histoire du livre »
  • 18 h : questions
  • 18 h 15 : l’Abécédaire des mondes lettrés (présentation par Christian Jacob)

Samedi 18 novembre

Matin

  • 9 h : accueil

Présidence : Frédéric Barbier (CNRS, EPHE)

  • 9 h 15 : Emmanuelle Chapron (Université Aix-Marseille / Telemme), « Les travaux d’Henri-Jean Martin à l’épreuve d’un terrain : le livre d’éducation au xviiie siècle »
  • 9 h 45 : Nicolas Schapira (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Histoire du livre et histoire de la censure »
  • 10 h 15 : Jean-Dominique Mellot (BnF / EPHE), « Lire (et relire) Aux sources de la civilisation européenne »
  • 10 h 45 : questions et pause

Présidence : Pierre Guinard (BM Lyon / CGN)

  • 11 h 15 : Jean-Baptiste Levée (Production Type), « L’Elzévir français au XIXe siècle, ruptures et renouveau »
  • 11 h 45 : Silvio Corsini (BCU Lausanne), « Les bases de données d’ornements typographiques à la croisée des chemins »
  • 12 h 15 : questions et pause

Après-midi


Présidence : Raphaële Mouren (Londres, Warburg Institute / Enssib, CGN)

  • 14 h : Isabelle Pantin (ENS Ulm / IHMC), « L’espace visuel de la page: une perspective européenne ? »
  • 14 h 30 : Sachiko Kusukawa (Cambridge, Trinity College), « Text-image relationship in early modern scientific books »
  • 15 h : Max Engammare (Université de Genève / IHR), « Histoire de la Bible comme livre »
  • 15 h 30 : questions et pause

Présidence : Christophe Gauthier (ENC / CJM)

  • 16 h : Mandana Covindassamy (ENS Ulm), « Le dispositif texte / image dans la littérature allemande contemporaine : une discussion critique du discours historique ? »
  • 16 h 30 : Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin), « Henri-Jean Martin historien de l’édition contemporaine »
  • 17 h : Roger Chartier (Collège de France). Conclusions.

En savoir plus.

Source de l’information : http://www.enc-sorbonne.fr/fr/actualite/hommage-henri-jean-martin-prom-1947-histoire-du-livre-pouvoirs-ecrit

Appel à contributions

Types de sources et prosopographie

Université de Paris Nanterre, le jeudi 17 mai 2018

« La question des relations entre types de sources et prosopographie s’est posée très tôt : Mommsen concevait la Prosopographia Imperii Romani comme un appendice du Corpus Inscriptionum Latinarum et n’envisageait pas que la méthode prosopographique pût s’appliquer à une époque républicaine caractérisée par la faiblesse relative du nombre d’inscriptions et dont la connaissance repose sur des sources littéraires. Ce parti pris peut surprendre, car la mise en œuvre de la méthode prosopographique suppose de croiser l’ensemble des sources, mais il présente l’intérêt d’inviter à réfléchir à la spécificité de chaque type de sources dans le cadre d’une recherche prosopographique.

C’est à cette question que nous souhaiterions réfléchir, dans le cadre d’une journée d’études qui comptera quatre communications. Chacune devra porter sur un type de sources ou, à tout le moins, mettre l’accent sur l’apport spécifique des différentes sources utilisées dans le cadre d’une recherche prosopographique. Convaincus de l’intérêt de comparer les espaces et les périodes, nous souhaiterions que l’histoire grecque, l’histoire romaine, l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge soient représentés.

Nous ne prévoyons pas de publier les actes de cette journée, mais nous avons le projet de mettre en place un carnet Hypothèses, dont nous discuterons à la fin de la journée d’études. La rencontre s’ouvrira sur une présentation de l’actualité de la recherche en prosopographie. N’hésitez pas, par conséquent, à nous tenir informés des projets que vous menez.

Si vous souhaitez proposer un projet de communication ou participer à cette journée, nous vous saurions gré de nous en aviser par mail avant le 30 octobre. »

Robinson Baudry, (robinson.baudry@sfr.fr)

Karine Karila-Cohen, (karine.karila-cohen@univ-rennes2.fr)

Sylvain Destephen, (sdesteph@parisnanterre.fr)

Source de l’information : https://rmblf.be/2017/10/14/appel-a-contribution-types-de-sources-et-prosopographie/

Vient de paraître

Expérimenter les Humanités Numériques, des Outils individuels aux projets collectifs

Presses Universitaires de Montréal (Sous la Direction d’Étienne Cavalier, Frédéric Clavert, Olivier Legendre et Dana Martin)

« Cet ouvrage est né de la volonté d’offrir à la communauté des chercheurs, professionnels des bibliothèques, ingénieurs, une galerie d’exemples de projets mettant en œuvre les méthodes, les principes et l’éthique des Humanités Numériques. […] Donner envie de se lancer, accompagner, montrer ce qu’il est possible d’entreprendre et de réaliser avec les outils et les méthodes des HN, révéler par l’exemple combien la coopération est essentielle à l’épanouissement des projets, tels étaient les objectifs de l’équipe qui a sélectionné les contributions. De Zotero à Omeka, de la création de bases de données à l’annotation de vidéos, des réseaux sociaux aux carnets de recherche en ligne: chaque chapitre permet de découvrir des outils, des savoir-faire, et de profiter de l’expérience de quelques « pionniers ». Le dernier chapitre est consacré au projet Fonte Gaia, à sa genèse, ses balbutiements, ses impasses, ses victoires. Nous l’avons rédigé pour que les enseignements acquis au fil d’années d’enthousiasme, d’échecs et d’expérimentation, servent autant au lecteur qu’il nous a été utile de les vivre. »

Source de l’information : https://fontegaia.hypotheses.org/2064

Séminaire

La Renaissance, parlons-en

Bibliothèque de la Sorbonne, Paris, octobre 2017 – mai 2018

Le cycle de conférences  « La Renaissance, parlons-en » a été créé en 2017, et réunit chaque mois des chercheurs et des étudiants en histoire, littérature, philosophie, histoire de l’art, droit ou musicologie à la bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne.

Ce cycle de conférences se propose d’être un espace de dialogue et de décloisonnement entre les disciplines et les institutions académiques autour d’un objet commun : le terme de « Renaissance », ses définitions et ses usages.

Programme 2017-2018

Les conférences ont lieu un jeudi par mois de 17h à 19h, dans la salle de formation de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne.

19 octobre 2017 :   Luigi-Alberto Sanchi, La Renaissance du grec et ses conséquences

16 novembre 2017 :    Gilles Couffignal, La Renaissance des langues

14 décembre 2017 :  Michela Malpangotto, Peut-on parler d’un « Humanisme arabo-latin » ? Le cas de l’astronomie

18 janvier 2018 :   Clémence Revest, Les lieux de mémoire de l’Humanisme

8 février 2018 : Adeline Lionetto et Nahéma Khattabi, Les fêtes de Fontainebleau (1564) : musique et poésie au temps des Valois

22 mars 2018 : Gaëlle Demelemestre : Philosophie et droit chez les humanistes

19 avril 2018 :  Luisa Brunori, Banques et finances à la Renaissance

17 mai 2018 :  Pascale Dubus, Le retour à l’antique dans la peinture italienne de la Renaissance

Site : https://renaissance.hypotheses.org/a-propos
Programme en pdf : La Renaissance, parlons-en

Source de l’information : http://blog.apahau.org/seminaire-la-renaissance-parlons-en-paris-octobre-2017-mai-2018/

Exposition

Une Renaissance en Normandie. Le cardinal Georges d’Amboise, bibliophile et mécène

Évreux, musée d’Art, Histoire et Archéologie
8 juillet / 22 octobre 2017

En partenariat avec la Bibliothèque nationale de France

En 1508, le couple royal Anne de Bretagne et Louis XII découvre au château de Gaillon en Normandie l’exceptionnelle collection d’œuvres d’art de la Renaissance de Georges d’Amboise (1460-1510). Pour la première fois depuis cette visite il y a cinq siècles, un ensemble rarissime de manuscrits enluminés, de peintures et de sculptures provenant de Gaillon, aujourd’hui conservés dans les plus grandes institutions (Bibliothèque nationale de France, musée du Louvre, Bibliothèque apostolique vaticane), vous sera dévoilé.

Plus d’info, sur la page du musée

Source de l’information : http://www.evreuxportesdenormandie.fr/agenda/147/11-une-renaissance-en-normandie.htm

Conférence

La reconnaissance des écritures manuscrites pour les sources médiévales

Conférence conclusive du projet européen HIMANIS

27/10/2017, 14:00, Paris, Centre Félix-Grat

L’Institut de recherche et d’histoire des textes organise une journée d’étude, vendredi 27 octobre 2017, pour présenter, expliquer et discuter l’impact des technologies de reconnaissance d’écriture manuscrite pour les études médiévales et les institutions patrimoniales.

Le projet européen HIMANIS (HIstorical MANuscript Indexing for user-controlled Search) piloté par l’IRHT a permis de rassembler plusieurs équipes de recherche en Sciences de l’ingénieur, tant du privé comme la société A2iA, que du public, avec le Pattern Recognition and Human Language Technology Research Center (Universitat Politècnica de València) et le groupe Alice – Artificial Intelligence and Cognitive Engineering de la Rijksuniversiteit Groningen, avec le soutien des Archives Nationales et de la Bibliothèque nationale de France.

Principal résultat de ce projet, il est désormais possible d’effectuer des recherches par mot-clef dans le corpus des registres de la chancellerie royale française des XIVe et XVe siècles. Pour l’instant il y a 167 volumes de la série Archives nationales, JJ 7 – JJ 209 et 20 volumes de la Bibliothèque nationale de France. L’interface (encore provisoire) est consultable à l’adresse suivante : http://prhlt-kws.prhlt.upv.es/himanis/. C’est une interface de test, qui va être amenée à évoluer dans les prochains mois, avec des manuscrits supplémentaires et de nouvelles fonctionnalités, notamment pour naviguer entre les résultats, pour afficher les regestes et éditions. HIMANIS vise aussi à l’analyse assistée par ordinateur des différentes mains qui interviennent dans chacun des volumes, pour étudier le fonctionnement de la chancellerie royale et la construction progressive de l’Etat centralisé de la monarchie française.

L’entrée est libre mais l’inscription demandée : Formulaire d’inscription.

Voir le programme.

Source de l’information : https://www.irht.cnrs.fr/?q=fr%2Fagenda%2Fla-reconnaissance-des-ecritures-manuscrites-pour-les-sources-medievales

Un nouvel outil

Boîte à outils Biblissima

La Boîte à outils Biblissima (Baobab) est un répertoire raisonné de ressources, outils, guides et tutoriels apportant une aide à la production et la collecte de données sur les thématiques couvertes par Biblissima : la circulation des textes, le devenir des bibliothèques et la transmission des savoirs en Europe du VIIIe au XVIIIe siècle.

Le site est en cours de constitution :

  • une partie des ressources et outils destinés à intégrer Baobab est en cours de classement et de saisie. Près de 400 fiches sont en voie d’être ajoutées.
  • une version quadrilingue sera bientôt disponible dans le cadre du projet européen Humanities at Scale (DARIAH).
  • un module collaboratif est également prévu

Accéder

Un nouveau projet de recherche

The Early Modern Book Project

The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont bien sûr les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.
Pour ce faire, un site a été créé, https://embookproject.org/, qui s’articule autour de plusieurs axes :
– D’abord un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet.
– Le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre.
– Le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche :
renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres).
– Un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.
Outre cette plate-forme en ligne, nous souhaitons organiser des rencontres et ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs, où chacun pourra intervenir en fonction de ses centres
d’intérêt.
– Des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images…
– Sur le long terme, des journées d’études et stages auprès de spécialistes du domaine sont
également envisagées.

Source de l’information : https://www.academia.edu/s/b2bdaff0ef/annonce-the-early-modern-book-project#comment_366064

Vient de paraître

L’Almanacco Bibliografico

n° 43, settembre 2017

Bollettino trimestrale di informazione sulla storia del libro e delle biblioteche in Italia a cura del C.R.E.L.E.B.

 Indice

v Intervista all’On. Ricardo Franco Levi, neopresidente AIE

di Mattia Alessi…………….……………………… p. 1

v Recensioni.…………………………………… p. 2

v Spogli e segnalazioni…………………… p. 15

v (indici di recensioni e segnalazioni)………… p. 39

v Cronache convegni e mostre.….…..p. 39

v Taccuino………………………………………. p. 41

v Postscriptum…………………………..…… p. 51

Consultare il link.

Offre de stage

Archiviste/documentaliste en charge de l’inventaire d’un fonds cartographique avant numérisation

Contexte

Les laboratoires CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés (CITERES) (équipe EMAM) et Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) possèdent des fonds de documents géographiques constitués de cartes, schémas directeurs et atlas. Grâce au projet de recherche ECRISA (http://ecrisa.msh-vdl.fr/), ces fonds pourront être valorisés et mis à disposition du public.

 Présentation – Missions

Le/a stagiaire perfectionnera l’inventaire existant, par le biais d’un récolement, en vue d’une numérisation. Ses missions seront les suivantes :

Priorité : Réaliser le récolement d’un fonds cartographique

Dans un second temps :

  • Proposer un classement raisonné des fonds,
  • prendre contact avec le prestataire qui s’occupera de la numérisation,
  • proposer des possibilités de conservation et de valorisations des fonds.

Le/a candidat/e retenu/e sera accompagné/e par un comité de pilotage composé des membres de la MSH, de CITERES, du CESR, et du Service commun de documentation de l’Université de Tours.

Profil recherché

Les candidats devront justifier d’un niveau Master dans les domaines de la documentation.

Connaissances :

  • Connaissance du catalogage,
  • bonne connaissance des conditions de manipulation des objets patrimoniaux,
  • bonne connaissance des logiciels bureautiques,
  • connaissance de l’anglais appréciée.

 Savoirs-être :

  •  Grande rigueur dans les missions attribuées,
  • bonne aptitude à travailler en équipe.

 Structure de recrutement : Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire, Tours

  • Durée du stage : 3 mois
  • Prise de fonction : avril 2018 (date pouvant s’adapter au calendrier universitaire)
  • Date limite de candidature : 04/12/2017
  • Compensation : selon les normes en vigueur

 Le/a stagiaire disposera d’un poste informatique dédié et connecté au réseau, situé dans la salle de documentation.

 Contacts et informations

Giulia Ventrella-Proust, chargée de la gestion du projet ECRISA, Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire : ventrella@univ-tours.fr

Télécharger l’offre de stage

Exposition

The business of prints

21 September 2017 – 28 January 2018

British Museum, Room 90 (Free)

Abraham Bosse (c. 1604–1676), The workshop of a printer (detail). Etching, 1642.

This wide-ranging exhibition selects fine examples from the nation’s print collection to look at how prints were created, developed, bought and sold in the period 1400–1850.

Before photography, each pictorial image had to be made by hand. The process involved expert craftsmen at every stage, from initial design through to completed print. The printing trade employed thousands of people in the 450 years it flourished in Europe and produced everything from banknotes, maps and music to portraits and playing cards.

This huge variety has often been overlooked by exhibitions that have tended to focus on artworks and notable subjects rather than the process of printmaking itself. This exhibition reveals a fuller history of prints by examining how they were made, used and collected, and how they became such a significant part of European society, trade and commerce.

The exhibition includes sections on production, lettering, usage, and quality and collecting. It features an extraordinary range of works, from cheap satirical prints intended for the mass market, to masterpieces by Rembrandt, Dürer and Goya.

Journée d’étude

New Sources for Book History: Combined Methodological Approaches for Manuscripts and Printed Books (text and images; material evidence; historical bibliographical and documentary sources; sale and auction catalogues; etc.…)

Le CERL organise un colloque international à Londres le 28 novembre 2017 sur les sources de l’histoire du livre ancien :

Programme
8.30 – 9.00        Registration
9.00 – 9.15        Welcome: Kristian Jensen, Head of Collections and Curation, BL
Introduction: Stephen Parkin, Curator, Printed Heritage Collections (1450-1600), BL
1st Session
9.15 – 9.35        Richard Sharpe (University of Oxford), A hidden collection of Irish manuscripts
9.35 – 9.55        Ivan Boserup (The Royal Library, Copenhagen), Strategies for Separating Authentic and Forged Colonial Manuscripts of the Private Collezione Miccinelli in Naples
9.55 – 10.15      Angéline Rais (University of Oxford), Sir Thomas Phillipps’s purchases of manuscripts in Switzerland: an analysis of sources
10.15 – 10.45    Discussion
10.45 – 11.15    Coffee and tea
2nd Session
11.15 – 11.35    Bettina Wagner (Staatsbibliothek, Bamberg), Methodological approaches to 15th-century blockbooks
11.35 – 11.55    Claire Bolton (Oxford), Measuring skeletons – discovering the printer
11.55 – 12.15    Cristina Dondi (University of Oxford, CERL), From liturgical data to historical evidence in the study of books of hours
12.15 – 12.35    Sabrina Minuzzi (University of Oxford), New tricks for provenance lost in miscellanies: documentary evidence, coloured edges and historical catalogues in MEI
12.35 – 13.00    Discussion
13.00 – 14.00    Lunch
3rd Session
14.00 – 14.20    Paolo Sachet (Università della Svizzera Italiana), Exploiting Antiquarian Sale Catalogues: Blueprint for the Study of Sixteenth-Century Books on Blue Paper
14.20 – 14.40    Francesca Tancini (University of Bologna), New sources for dating illustrated Victorian popular books: illustrators’ diaries, printers’ ledgers, woodblocks and drawings
14.40 – 15.00    Laura Carnelos (CERL), The study of rare popular books through PATRIMONiT: a combined methodological approach
15.00 – 15.30    Discussion
15.30 – 16.00    Coffee and tea
16.00 – 17.00    Posters
16.00-16.10      Toby Burrows (University of Western Australia and of Oxford), Combining and visualising evidence for manuscript provenance: a digital environment for reconstructing the collection of Sir Thomas Phillipps
16.10-16.20      Ilaria Andreoli (CNRS-ITEM, Paris), Ilenia Maschietto (Giorgio Cini Foundation, Venice), The Essling project: the census and the copies
16.20-16.30      Veronika Girininkaitė (University Library of Vilnius), Creating the database of the correspondence of Early Modern Vilnius university professors
16.30-16.40      William Stoneman (Houghton Library, Harvard), Temporary Exhibition Catalogues as a Source for Book History
16.40-16.50      Helwi Blom, Rindert Jagersma, Juliette Reboul (Radboud University, The Netherlands), MEDIATE: Printed catalogues of private libraries as a source for European Book History; Potentialities and Challenges
16.50-17.00      Sofie Arneberg (National Library of Norway), A digital pursuit of mass produced images of the 19th century

17.00 – 17.30    Conclusions

The fee to attend is £ 10 (50 places available).
In order to register, please fill out the register form you find here and send it to secretariat@cerl.org

Organizing Committee:
Laura Carnelos, Marie Curie Fellow at CERL
Stephen Parkin, Curator, Printed Heritage Collections (1450-1600), British Library
Cristina Dondi, Oakeshott Senior Research Fellow at Lincoln College (Oxford), Secretary of CERL and creator of Material Evidence in Incunabula (MEI)

En savoir plus.

Source de l’information : https://libraria.hypotheses.org/496

Offre d’emploi

Un ou une bibliothécaire chargé·e du patrimoine numérique

Cadre d’un contrat à durée indéterminée

Avec près de 650 000 livres, 11 000 revues, 18 000 dossiers de presse, des ressources numériques variées (près de 80 bases de données, plus de 10 000 ebooks, 25 000 revues en ligne) la bibliothèque de Sciences Po, bibliothèque de référence en science politique, possède la plus riche collection en sciences sociales en France. Comptant plus de 11 000 lecteurs et plus de 100 salariés, 33 vacataires elle est à la fois utilisée par les étudiants et enseignants chercheurs de Sciences Po et pour près de 9 % par des lecteurs extérieurs.

Contexte et enjeux :  Le service Numérisation est engagé dans la mise en œuvre de programmes de numérisation, diffusion et archivage pérenne portant aussi bien sur les collections patrimoniales de la bibliothèque que sur les fonds d’archives et données de la recherche. Il développe une offre de conseil et de services auprès des directions et centres de recherche de Sciences Po et intervient comme expert dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets. Dans ce contexte d’expansion de ces activités, la DRIS recherche un(e) bibliothécaire chargé(e) du patrimoine numérique.

FONCTIONS : Sous l’autorité de la responsable opérationnelle du service « Numérisation », vous êtes en charge de :

Participer aux programmes de numérisation

– Accompagner les centres de recherche et directions dans leurs projets de numérisation et d’archivage numérique pérenne ;

– Contribuer à la sélection, la préparation des corpus et le suivi des projets ;

– Participer au contrôle qualité post-numérisation (fichiers, images, métadonnées) et traitement des fichiers numérisés ;

– Effectuer la mise en ligne des documents numérisés ;

– Participer au développement de l’archivage pérenne de l’ensemble des données issues de la numérisation ou nativement numériques.

Coordonner la production des métadonnées dans le cadre de la numérisation

– Conseiller les directions et centres de recherche dans la définition des besoins et le choix des métadonnées en relation avec le Service appui à la recherche et outils numériques ;

– Coordonner les relations avec le prestataire ou les producteurs pour la fourniture des métadonnées ;

– Documenter les dispositions prises pour les schémas de métadonnées et les formats en fonction des projets et applications ;

– Contrôler la qualité des données et des référentiels utilisés ;

– Assurer la veille sur la cohérence des métadonnées utilisées, les évolutions des formats, normes, standards et l’interopérabilité ;

– Gérer les formats de diffusion et d’archivage des données et les protocoles d’accès aux données.

Promouvoir le patrimoine numérique

– Assurer la conduite du projet de bibliothèque numérique en s’appuyant sur toutes les compétences internes (services de la DRIS, Direction des services informatiques, Direction scientifique, Direction juridique, etc.) ;

– Conduire l’analyse des besoins actuels et futurs (à cinq ans) ;

– Gérer le projet en tenant compte du planning et de la qualité des services attendus

– Mettre en œuvre la solution retenue ;

– Contribuer à la communication sur le projet.

Vous participez également au service public, à la formation des lecteurs et aux projets transversaux liés au numérique et à la vie du service (réunions de service, plénières, formations). N.B : les activités listées ci-dessus sont susceptibles d’être modifiées / enrichies en fonction de l’évolution du service et des problématiques qui lui sont rattachées.

COMPETENCES REQUISES

– Diplôme d’enseignement supérieur (Master ou équivalent) dans le domaine du patrimoine numérique ou des technologies de l’information

– Expérience professionnelle sur les processus de numérisation, de diffusion et d’archivage des documents

– Expérience en gestion de projet

– Connaissance des bibliothèques scientifiques numériques en sciences humaines et sociales (contenus, spécifications)

– Connaissance des enjeux du numérique dans le cadre des bibliothèques universitaires et de la recherche

– Maîtrise des formats de données, normes et standards (Unimarc, EAD, METS, MODS, Dublin Core, etc) utilisés dans les applications documentaires

– Savoir organiser son travail en fonction des contraintes des délais des objectifs et des flux

– Capacité à collaborer au sein d’une équipe

– Savoir rendre compte et élaborer des synthèses

– Savoir communiquer en s’adaptant aux différents types d’interlocuteurs

– Bon niveau d’anglais

STATUT – Contrat à durée indéterminée – Temps plein – Emploi repère : Bibliothécaire niveau 2 a minima, cotation 22

Procédure de recrutement Les entretiens auront lieu avec :

– Isaure de SAINT-PERN, Chargée du recrutement et de la gestion des carrières – DRH

– Flavien GRAZIANI, Responsable du département des affaires générales – DRIS

– Donatienne MAGNIER, Responsable du Département Valorisation et numérisation du patrimoine – DRIS

– Olesea DUBOIS, Responsable du service numérisation – DRIS

Merci d’adresser votre candidature à Isaure de Saint-Pern SCIENCES PO – DRH – 27 rue Saint Guillaume – 75337 PARIS cedex 07 Fax : 01 45 49 51 95 – Mail : recrutement@sciencespo.fr (link sends e-mail)

Article

Ladro di libri, professione e passione di oggi e di ieri. E domani?

Maria Gioia Tavoni

« Che il furto dei libri sia una delle costanti delle attività delinquenziali dell’uomo trova conferma pure nelle recenti ‘rapine’ verificatisi in Italia, da quelle perpetrate in un lungo itinere a Napoli, alla Biblioteca Oratoriana dei Girolamini, a quelle, avventurose, perfino rocambolesche ma smascherate, che hanno colpito, fra gli altri, uno spazio romano altrettanto magico, soprattutto per chi al suo interno si è spesso cimentato con le «sudate carte» ivi conservate.

Ma prima di rinverdire entrambi i percorsi, sia quello napoletano sia ancora quello che a Roma ha preso di mira anche la Biblioteca dell’Accademia Nazionale dei Lincei e Corsiniana, percorsi che aiuteranno a capire le personalità a cui sono stati imputati tali furti e le contingenze in cui essi sono avvenuti, mi riservo alcune osservazioni preliminari sulla complessa fenomenologia delle particolari sottrazioni prese in esame.

La sottrazione di libri da biblioteche pubbliche o private, archivi o librerie, sia che avvenga per la passione irresistibile di possederli sia per venderli, e, quindi, a fini di lucro, poco importa, perché in ogni caso sempre di un reato si tratta, pur potendo le finalità incidere tanto rispetto alla valutazione della sua sussistenza quanto sull’erogazione della pena. Casi dubbi potrebbero essere quelli di chi accumula libri altrui presso di sé, senza mai venderli, ma credo che anche in questo caso, qualora si dimostri che non vi era l’intenzione di restituirli, di furto sempre si dovrebbe trattare: anche qui vi è infatti appropriazione indebita proprio perché i beni in questione sono sottratti a chi legittimamente potrebbe usufruirne. E tutto ciò urta in particolare con il carattere universale che il sentimento della bibliofilia dovrebbe avere. A volte, finanche la bibliofilia, all’apparenza sapere più innocuo fra quelli apparentati al libro, e di medesima derivazione quanto a etimo, non è immune dal rientrare nella categoria dove si annida chi ruba per proprio personale tornaconto. Come da più parti sostenuto, spesso tale inclinazione verso il libro non è altro che espressione di una pratica colpevole assai diffusa, sempre il furto. » Continuer la lecture…