Séminaire doctoral

Les manuscrits Italiens (XIVe-XXe siècles) : regards génétiques

Séminaire doctoral ED 122 Europe Latine / Amérique Latine en collaboration avec l’ITEM (Institut des Textes et Manuscrits Modernes)

Responsable : Christian Del Vento

Le séminaire Les manuscrits Italiens (XIVe-XXe siècles) : regards génétiques, organisé par le CIRCE (LECEMO-Sorbonne Nouvelle) en collaboration avec l’ITEM, l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes, fait suite aux rencontres méthodologiques entre critique génétique et philologie d’auteur qui ont présenté, l’année dernière, aux doctorants de l’ED 122 Europe Latine / Amérique Latine deux méthodologies d’édition et d’étude des textes littéraires qui, ces cinquante dernières années, ont caractérisé la critique textuelle, notamment en France et en Italie : la « philologie d’auteur » et son corollaire, la critique des variantes, d’une part ; la génétique des textes et la critique génétique, d’autre part.

Le but du séminaire de cette année est de se plonger dans les archives des écrivains italiens les plus célèbres à travers un aperçu de quelques cas d’école significatifs de la tradition italienne, du Moyen Age à nos jours. L’enjeu du séminaire est de favoriser un croisement méthodologique fécond entre critique génétique et filologia d’autore, en étudiant les manuscrits italiens à travers un regard génétique.

Les séances, en français, présentées et animées par Christian Del Vento, auront lieu le jeudi (sauf la séance du 19 avril), de janvier à juin 2017, de 15 h à 17 h.

 ***

 23 Février 2017 – 15h-17h

Franco Tomasi (université de Padoue)
« Le Tasse entre Poèmes et épopée chevaleresque »

 16 Mars 2017 – 15h-17h

Giulia Raboni (université de Parme)
« Les brouillons des Fiancés d’Alessandro Manzoni »

 19 Avril 2017 – 17h-19h (Séance commune avec le Séminaire général de critique génétique de l’ITEM)

Pierre Musitelli (ENS – ITEM)
« Écriture, création et censure dans la correspondance des frères Verri »

 18 Mai 2017 – 15h-17h

Laura Paolino (université de Salerne)
« Le Chansonnier de Pétrarque d’après ses autographes »

 8 Juin 2017 – 15h-17h

Vincenza Perdichizzi (université de Strasbourg)
« “Avez-vous visité l’atelier d’un menuisier à la fin de sa journée de travail ?. L’écriture artisanale d’Antonio Tabucchi »

En savoir plus.

Source de l’information : http://www.univ-paris3.fr/les-manuscrits-italiens-xive-xxe-siecles-regard-genetiques-426025.kjsp?RH=1232622291102

Appel à communications

Qu’est-ce qu’une mauvaise traduction littéraire ?

Sur la trahison et sur la traîtrise en traduction littéraire

Colloque international de traduction et de traductologie du 30 novembre au 2 décembre 2017, Università di Trento, Dipartimento di Lettere e Filosofia

Organisation : Département des Lettres et Philosophie de l’Université de Trente et le Centre d’études ISTTRAROM-Translationes, Département de langues et littératures modernes, de l’Université de l’Ouest de Timisoara

Argumentaire : Si ce colloque est consacré à la mauvaise traduction, c’est aussi parce que de nombreux théoriciens s’accordent et se contredisent sur les critères linguistiques et esthétiques qui définissent une/la bonne traduction ou la traduction optimale (l’exactitude, ou la fidélité au texte de départ, la lisibilité, l’adaptation au destinataire, l’adéquation ou l’acceptabilité) : à commencer avec les termes qu’utilise Cicéron pour parler aussi bien de la traduction de philosophes grecs (v., dans Des termes extrêmes, 1.7, le paradigme sémantique : vertere, transferre) que des différences entre ses traductions (metaballein, metaphrasein) et ses propres écrits ; à continuer avec les stratégies de traduction – mises en œuvre par Jérôme dans la traduction des livres saints (verbum pro verbo) et des textes profanes (sensum exprimere de sensu) ; à continuer avec les acceptions médiévales du terme translatio, « déplacement » et « transfert » – de culture, gouvernement, terme (interlingual) ou de sens (intralingual) ; à recenser les traités de traduction (Sebastiano Faustino da Longiano, Martin Luther, Étienne Dolet, John Dryden, Samuel Jonson et ainsi de suite) ; pour finir avec les approches scientifiques de la deuxième moitié du XXe siècle, qui jettent des regards très différents sur leur objet d’étude (du polysystème au fonctionnalisme, des normes à la traductologie réaliste, etc.). […]

Nous souhaiterions que la réflexion des communications s’orientât donc vers la traduction littéraire, afin d’établir une hiérarchie des critères définitoires susceptibles d’identifier la mauvaise traduction et de la délimiter ainsi de la bonne traduction. Les intervenants pourront s’interroger sur le statut et le manque de qualités d’une mauvaise traduction :

  • « Qu’est-ce qu’une mauvaise traduction littéraire ? »
  • Une traduction « servile » (trop attachée à la lettre), une « traduction de deuxième ordre » ou une « traduction mécanique » est-elle toujours mauvaise ?
  • Quels sont les éléments objectifs qui autorisent les lecteurs et les critiques à définir un texte littéraire traduit comme étant une mauvaise traduction ?
  • Actuellement, peut-on parler des traductions « laides et infidèles » ou considérer que « presque toutes les traductions effectuées avant [à] notre époque sont mauvaises » (Ortega y Gasset 1937) ?

Les communications pourraient porter également sur :

  • Les corrections effectuées, après la première publication, par le traducteur lui-même ou par l’auteur, par d’autres traducteurs ou d’autres écrivains.
  • Les traductions qui estropient le style, le sens, etc., sur les « belles infidèles » ou les « laides infidèles » contemporaines.
  • La figure imparfaite du traducteur (il n’est pas au service de l’étranger vs il est au service du lecteur d’arrivée ; il trahit l’identité de l’Autre, en respectant son appartenance, le Même ; il rajeunit ou régénère un texte d’arrivée, en vertu d’un constat que la langue de traduction est plus périssable que la langue de l’original (Benjamin).

Date limite de réception du formulaire d’inscription (fiche personnelle + résumé): le 31 mai 2017.

En savoir plus.

Source de l’information : http://www.fabula.org/actualites/qu-est-ce-qu-une-mauvaise-traduction-litteraire-sur-la-trahison-et-sur-la-traitrise-en-traduction_78156.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

La transcription participative

Contribuez librement à une expérience de transcription participative des REgistres de la Comédie-ITALienne de Paris au XVIIIe siècle. Ces documents uniques donnent à réviser l’état des connaissances sur l’économie du spectacle et toute l’histoire culturelle du XVIIIe.

Une collection de plus de 60 registres couvrant la période de 1717 à 1794, est conservée à la BnF. Ils renferment la comptabilité quotidienne du théâtre de l’Opéra-Comique et constituent de fait une source riche, précieuse et fiable de données relatives à l’économie du spectacle au XVIIIe siècle. L’intégralité du corpus représente environ 27.000 pages ! Les fac-similés sont accessibles à partir du portail Gallica. Ils ont été numérisés grâce à un précédent programme de recherche du CETHEFI, et font l’objet d’une convention établie entre l’Université de Nantes et la BnF pour encadrer le droit d’exploitation de ce corpus au sein du projet CIRESFI.

L’ambition du projet CIRESFI est de recueillir toutes les informations budgétaires et de les transformer en données numériques malléables à l’infini.

La plate-forme RECITAL est un outil unique de transcription participative présentant trois phases : le marquage, la transcription à proprement parler, et la vérification. Ces trois phases composent la séquence complète du traitement des documents, mais rien n’impose qu’elles soient réalisées strictement dans cet ordre ! Certains préféreront transcrire, d’autres marquer, d’autres encore vérifier, en fonction de leur compétence, de leur sensibilité, de leur humeur. L’expérience participative suppose de fragmenter la tâche gigantesque de transcription des registres en une multitude de micro-tâches indépendantes, affectées aléatoirement à tout(e) contributeur(-trice) volontaire.

Pour plus d’information sur la procédure mise en place, veuillez vous reporter au guide de démarrage.

En savoir plus.

Source de l’information : http://recital.univ-nantes.fr/#/

Journée d’étude

Traduire le sonnet à la Renaissance : regards croisés France-Grande Bretagne- Italie

Organisée par le projet Jeunes Chercheurs « Métamorphoses d’un genre migrateur : Traduction et adaptation du sonnet anglais de la Renaissance à aujourd’hui », et notamment par Carole Birkan-Berz (Maître de Conférences Monde Anglophone/ EA Prismes 4398, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Guillaume Coatalen (Université Cergy Pontoise-EA Prismes) et Anne-Marie Miller-Blaise (Maître de Conférences Monde Anglophone-EA Prismes/ Institut Universitaire de France), avec le soutien de l’IEA de Paris.

Programme

9h00 – 10h30 : Sonnets et cycles de sonnets en Europe
(Ouverture de colloque et présidence de séance : Carole Birkan-Berz, Université Sorbonne Nouvelle)

9h15 – Charlotte Triou (Université de Lyon 2) : “Pétrarquiser en traduisant ?”

9h45 – Padraic Lamb (Université de Tours) : Translating the sonnet-cycle in the English Renaissance

10h15 – Freya Sierhuis (York University) : Cupid’s Toys: Formal experiment in Fulke Greville’s Caelica

11h00 – 12h45  : Le sonnet en musique et à la scène
(Présidence de séance: Guillaume Coatalen, Université Cergy Pontoise – EA Prismes)

11h00 – Jean Luc Nardone (Université de Toulouse 2) : De la théâtralité du sonnet pétrarquien : perspectives diachroniques

11h45 – Alice Tacaille (Paris Sorbonne) et Jean-Eudes Girot (Université de Valenciennes) : Pétrarque et le pétrarquisme dans les mises en musique en France sous le règne de François Ier
(Communication parlée et chantée)

14h00 – 15h30: Transfers et translations : approches textuelles
(Présidence de séance : Anne-Marie Miller-Blaise, Université Sorbonne Nouvelle / Institut universitaire de France)

14h00 – Jean Vignes (Université Paris Diderot) : Les traductions de Rvf 134 à la Renaissance : Peletier, Philieul, Baïf, Du Tronchet

14h30 – Stella Achilleos  (University of Cyprus) : Conversing with the Dead: Imitation and Displacement in Edmund Spenser’s translation of Joachim Du Bellay’s Les Antiquitez de Rome in Complaints

15h00 – Line Cottegnies (Université Sorbonne Nouvelle) : Shakespeare, Spenser and du Bellay : Translation and Literary Transfer in Shakespeare’s Sonnets

16h00 – 17h30: Traduire ou retraduire le sonnet
(Présidence de séance : Riccardo Raimondo)

16h00 – Guillaume Coatalen (U. Cergy Pontoise/ Paris 3): ‘Taken from Ronsard’? A Petrarchan Translation in MS Harleian 1823 (1630)

16h30 – Entretien avec Gisèle Venet (Université Sorbonne Nouvelle, émérite): Les traductions du sonnet baroque européen

En savoir plus.

Source de l’information : http://www.paris-iea.fr/fr/evenements/traduire-le-sonnet-a-la-renaissance-regards-croises-france-grande-bretagne-italie

Cycle de conférences

L’héritage de l’humanisme italien : littérature, histoire, politique

heritage-humanisme-italien

Le 22 février 2017 à 19h30, librairie Point Virgule: Rencontre-lecture avec Danièle Robert autour d’une nouvelle traduction de l’Enfer de Dante.

Le 29 mars 2017 à 19h30, librairie Point Virgule: Conférence de Frank La Brasca (Université de Tours): « Philologie et politique : les travaux de Pétrarque sur Tite Live à l’orée de la grande saison de l’humanisme européen ».

Le 26 avril 2017 à 14h, Faculté de Philosophie et Lettres (local à définir): conférence de Giancarlo Alfano (Université Federico II de Naples) : « Topiques. La logique des lieux et des espaces dans le Decameron de Boccace »

Contact : info@librairiepointvirgule.be

Source de l’information : Université de Namur

Offre d’emploi

La School of Humanities and Social Sciences (SHSS) dell’Università di San Gallo (Svizzera) mette a concorso un posto di

Assistant Professor (Tenure Track) in «Cultura e società italiana»

a partire dal 1. Febbraio 2018.

Requisiti per la candidatura sono: un’eccellente conoscenza dell’italiano (preferibilmente come madrelingua), il conseguimento del titolo di dottorato di ricerca (con un’eccellente valutazione) e ulteriori pubblicazioni scientifiche. Il bando si rivolge a sociologi e storici della cultura che si occupano dell’area italofona da una prospettiva interdisciplinare. È richiesta un’attiva integrazione nelle attività didattiche e di ricerca della SHSS e dell’intera Università. Le lingue d’insegnamento sono l’inglese e/o il tedesco; per le lezioni pubbliche anche l’italiano.

L’Università persegue in tutti gli ambiti una politica basata sull’uguaglianza di genere e sulle pari opportunità.

Per informazioni dettagliate si prega di contattare il Direttore della SHSS, Prof. Dr. Franz Schultheis (franz.schultheis@unisg.ch; tel.: +41 71 224 29 30).

La candidatura deve essere inviata entro il 15. Marzo 2017.

Per partecipare al concorso cliccate qui.

Source de l’information : http://nodit.upol.cz/assistant-professor-tenure-track-in-cultura-e-societa-italiana/

London Rare Books School 2017

The Book in the Renaissance

One of this year’s LRBS courses, ‘The Book in the Renaissance’ aims to provide participants with a comprehensive overview of the printed book during the Renaissance, broadly intended as the trans-European cultural renewal relying on the recovery of antiquity and spanning from mid-fourteenth century to mid-seventeenth century. Through a series of engaging seminars, students will be given the opportunity to explore the impact of printing at the dawn of the early modern era and to put the phenomenon in its appropriate historical context.

The first six seminars will focus on printing and humanism, with particular attention paid to those European printers who specialised in the publication of classical literature in Latin and Ancient Greek. The second half of the course tackles six crucial topics, concerning printing in non-European languages and locations, the role of printing in the Reformation and the Counter-Reformation, the rise of institutional censorship, and the practice of collecting Renaissance books through to the present day, especially in England.

The course will be taught by Paolo Sachet, FCS Postdoctoral Fellow at the Istituto di Studi Italiani, Università della Svizzera Italiana (Lugano).

More informations

Contact : Hannah Pope (hannah.pope@sas.ac.uk)

Source de l’information : https://www.ies.sas.ac.uk/lrbs

 

Prix

Prix XVIIe siècle – 2017

Depuis 1984, la Société d’étude du XVIIe siècle décerne, chaque année, un Prix XVIIe siècle assorti d’une somme de 2300 euros. Ayant pour but d’encourager la diffusion d’un savoir rigoureux auprès du plus large public, ce Prix récompense, sans exclusive de discipline, un ouvrage traitant du XVIIe siècle, paru l’année précédente. Les candidats doivent adresser en deux exemplaires leur ouvrage (paru en 2016) jusqu’au 1er mars 2017 au Président de la Société d’étude du XVIIe siècle

M. Jean-Robert Armogathe

Institut Bossuet

6 rue Guynemer

75006 Paris 

Les ouvrages ne seront pas retournés.

Aide à l’édition 2017

La Société d’étude du XVIIe siècle réserve chaque année une somme d’un montant maximum de 1500 euros pour aider, sans exclusive de discipline, à la publication d’un ou plusieurs ouvrages traitant du XVIIe siècle. Les candidats doivent adresser leur tapuscrit en deux exemplaires jusqu’au 1er mars 2017 au Président de la Société d’étude du XVIIe siècle

M. Jean-Robert Armogathe

Institut Bossuet

6 rue Guynemer

75006 Paris

ou par voie électronique : armogathe@wanadoo.fr

Source de l’information : https://ahmuf.hypotheses.org/5025

Présentation de deux ouvrages de la Fondation Barbier-Mueller

La Renaissance italienne à pleines dents édité par Nicolas Ducimetière et Michel Jeanneret – Textes de Etienne Barilier, Lina Bolzoni, Yves Bonnefoy, Michel Butor, Dominique Fernandez, Adrien Goetz, Michel Jeanneret, Nadeije Laneyrie-Dagen, Carlo Ossola, Pascal Quignard, Francisco Rico, Cesare Segre, Lionello Sozzi, Edna Stern, Carlo Vecce et Marina Warner. Coédition Fondation Barbier-Mueller pour l’étude de la poésie italienne de la Renaissance / Somogy éditions d’Art

&

 

Les lauriers et la pourpre : Pietro Bembo (Marco Faini) en co-édition avec Somogy. Coédition Fondation Barbier-Mueller pour l’étude de la poésie italienne de la Renaissance / Somogy éditions d’Art

 

Conférence de l’écrivain Etienne Barilier, l’un des auteurs du premier volume, mardi 28 février 2017, à partir de 12h15, Musée Barbier-Mueller (10, rue Jean-Calvin).

Horizon 2020 : Rapport de suivi sur les projets en SHS financés en 2015

Regularly monitoring reports are published to track the development of SSH Integration in the Industrial leadership and Societal challenges pillars of Horizon 2020. Overall the results show a slight improvement compared with the 1st report based on 2014 figures. Together these two reports cover the work programme of 2014-15 which means that the monitoring of results is still in an early phase of the programme.

Download from the EU Bookshop.

Source de l’information : http://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/en/news/integration-social-sciences-and-humanities-horizon-2020-participants-budget-and-disciplines-2nd

Formation

Corso di alta formazione in Bibliologia

Organizzato dalla Fondazione Luigi Firpo – Centro di Studi sul Pensiero Politico Onlus, in collaborazione con la Biblioteca Nazionale Universitaria di Torino

Il corso di alta formazione si terrà presso la sede della Fondazione Firpo in Piazza Carlo Alberto 3 e si svolgerà in due cicli: il primo nella primavera 2017 dedicato all’ edizione; il secondo in autunno 2017 dedicato all’esemplare. L’orario di tutte le lezioni è 16.00-18.00. Esso è destinato a bibliotecari, bibliofili, storici, studenti di corsi di beni culturali e appassionati.
Le lezioni, tenute dal dott. Andrea De Pasquale*, saranno integrate dalla proiezione di immagini tratte da originali di libri e di altri materiali, e dalla visione diretta di strumenti originali di tipografia e di esemplari del fondo antico della Fondazione Luigi Firpo e della Biblioteca Nazionale Universitaria di Torino; verrà distribuito materiale didattico e saranno fornite indicazioni bibliografiche per approfondimenti.
Il corso, a carattere seminariale, è limitato a 30 partecipanti.
Sarà rilasciato un attestato di conseguimento del Corso di alta formazione a chi avrà completato un intero ciclo (con tolleranza di 2 assenze giustificate).

Programma

10 marzo 2017 (h. 16-18): Introduzione alla bibliologia; La fabbricazione dei caratteri tipografici
31 marzo 2017 (h. 16-18): Le tecniche di stampa manuale
28 aprile 2017 (h. 16-18): Le illustrazioni; i supporti speciali
5 maggio 2017 (h. 16-18): Le innovazioni tecnologiche del XIX secolo
19 maggio 2017 (h. 16-18): Il materiale effimero
9 giugno 2017 (h. 16-18): Il materiale non librario
16 giugno 2017 (h. 16-18): La musica a stampa
30 giugno 2017 (h. 16-18): Le coperte editoriali

Iscrizioni

É possibile iscriversi di persona presso la sede della Fondazione Firpo in piazza Carlo Alberto 3 o inviando via mail (segreteria@fondazionefirpo.it) il modulo d’iscrizione scaricabile dal sito della Fondazione (www.fondazionefirpo.it) compilato e firmato. É richiesto un contributo di € 30,00 per ciclo per le spese organizzative.

Informazioni

Segreteria della Fondazione Luigi Firpo :
Telefono : 011.8129020 o 320.2492605.
e-mail : segreteria@fondazionefirpo.it

Source de l’information : http://www.fondazionefirpo.it/

Rencontre Gallica

Dans le secret du pouvoir – Machiavel et le machiavélisme

Mardi 14 février de 17h30 à 18h30 en salle 70

Séance sera présentée par : Cristina Ion, Conservatrice au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, chef du service Sciences sociales ; Éric Dussert, Coordinateur de la numérisation des imprimés.

Cette rencontre Gallica se propose de vous faire découvrir le versant numérique de ces collections, à la fois les oeuvres de Machiavel et leur réception foisonnante et variée à travers les siècles. Les collections de Bibliothèque nationale de France comptent parmi leurs richesses les premières éditions des œuvres de Machiavel, leurs premières traductions françaises, des manuscrits de ses textes les plus célèbres. S’y ajoutent d’importantes collections imprimées en philosophie, histoire, science politique et littérature italienne, représentatives de l’érudition du passé et de la recherche moderne sur Machiavel.

En savoir plus.

Source de l’information : http://gallica.bnf.fr/blog/07022017/les-rencontres-de-gallica-dans-le-secret-du-pouvoir-machiavel-et-le-machiavelisme

Vient de paraître

La Bibliothèque de l’honnête homme. Livres, lecture et collections en France à l’âge classique

Jean-Marc Chatelain

Paris, Éditions de la Bibliothèque nationale de France, 2017

2471-225x270Avant de se figer comme d’autres, et peut-être plus facilement encore que d’autres, dans des attitudes satisfaites et des conduites convenues, la figure de l’honnête homme est dans son exigence d’origine, au XVIIe siècle, une figure inquiète de la culture : inquiétude vécue non pas dans les affres de la souffrance et la douleur grandiloquente des idéaux ascétiques, mais portée avec gaieté et naturel, dans la discrétion d’un détachement amusé de lui-même — bref, inquiétude ayant rang d’ironie. C’est de cette ironie qu’il est ici question, des formes qu’elle prend dans la considération des livres et des effets qu’elle produit dans leur maniement.

Bousculant les habitudes et les représentations établies par l’humanisme savant de la Renaissance, revendiquant le patronage provocateur de Montaigne qui prétendait avoir « peu de pratique avec les livres », l’honnête homme construit un nouveau modèle de bibliothèque né de l’ambition de reconduire toujours le monde hiératique et autoritaire de l’écrit au monde changeant et mobile de la vie. Aussi la «bibliothèque de l’honnête homme» est-elle entendue ici dans un sens large, qui envisage les diverses voies qu’emprunte la résolution du conflit des lettres et du monde : elle est non seulement l’espace concret et arpentable des livres qu’on range sur les rayons d’une pièce désignée, qu’on classe en catégories (histoire et belles-lettres), qu’on distribue en genres (mémoires, livres de conversations, nouvelles galantes et historiques, etc.), qu’on relie de telle manière de préférence à telle autre, mais elle est aussi la métaphore des lectures idéales qu’on se prend à rêver d’être un prolongement naturel de l’entretien de vive voix — lectures menées, selon le mot de Montaigne, « par forme de conférence, non de régence », animées par la recherche d’une communication d’esprit au-delà de la transmission d’un savoir, comme un autre « art de conférer ».

Bibliothèque réelle et bibliothèque imaginaire à la fois, la bibliothèque de l’honnête homme s’affirme ainsi l’expression d’un rapport au livre bien déterminé, apparu dans les bagages d’une morale aristocratique. Certes les modes et les enjeux de sa formulation évoluent à mesure que se modifient aussi, des années 1630 aux années 1730, les conditions générales de l’expérience propres à chaque génération. Mais sous la diversité des formes adoptées, de la définition d’un nouvel art de lire conçu comme art de l’écoute jusqu’à l’apparition de pratiques inédites de collection, du rapport du lecteur au rapport de l’amateur ou « curieux », ne cesse de s’affirmer et se préciser la nature esthétique de cette relation. Contre la tradition humaniste qui envisageait la bibliothèque avant tout comme un corpus, l’honnête homme en fait d’abord une question de style.

J.-M. C.

En savoir plus.

Source de l’information : https://books.openedition.org/editionsbnf/2471

Séminaire

Écrire l’histoire de l’italien scientifique au XVIe siècle

20 février 2014, de 16h30 à 18H30, à l’ENS de Lyon, site Descartes, R 136

par Noémie Castagné (Université Lyon 3), docteure en études italiennes de l’université Paris-8. Elle travaille sur la Langue scientifique, l’Histoire de la langue italienne XVIe et l’Histoire du livre.

Source de l’information : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article3677