Italianisme et humanités numériques : le projet Fonte Gaia et EDITEF

Sans titre

L’expression “humanités numériques” désigne un domaine de recherche au croisement de l’informatique et des arts, lettres, sciences humaines et sciences sociales, et représente précisément un des principaux objets d’intérêt de Fonte Gaia. Souhaitant donner un nouvel essor aux études italiennes, des chercheurs et des bibliothécaires de l’Université Stendhal de Grenoble, le CADIST Langue, Littérature et Civilisation Italienne et leurs partenaires [1] ont créé Fonte Gaia [2], un projet de développement d’une communauté de chercheurs, souhaitant s’investir dans un réseau d’échange d’information et de débat d’idées autour de l’italianisme, contemporain et international, à l’époque du digital [3].

Ce projet se décline en un blog (Fonte Gaia Blog) et une Bibliothèque Numérique Scientifique 2.0. (Fonte Gaia Bib), le tout dans une vocation de proposer aux italianistes de tous les pays de devenir autant lecteurs que producteurs et commentateurs des éditions numériques publiées sur FGBib et des articles publiés sur FGBlog. Le projet EDITEF fait désormais partie de ce réseau de chercheurs, en tant que projet portant sur l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité, qui se veut être au cheval des humanités numériques.

[1] Voir la liste complète des partenaires : http://fontegaia.hypotheses.org/le-comite-de-redaction

[2] Fonte Gaia doit son nom à la célèbre fontaine de la Piazza del Campo de Sienne, dû à la liesse que manifestèrent les habitants de la ville quand l’eau jaillit enfin en son centre en 1346. Par consonance, ce nom évoque le « Gai Savoir » (la « Gaia scienza ») des troubadours, d’un temps où la poésie était « méridionale » et sans frontières connues, entre France, Espagne et nord de l’Italie.

[3] http://fontegaia.hypotheses.org/

Giulia Ventrella-Proust

Giulia Ventrella-Proust est chargée de la gestion du projet de recherche international EDITEF, coordonné par Chiara Lastraioli et portant sur "Le livre italien dans l'espace francophone à la première modernité" (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance). Elle s'occupe du suivi et de la coordination du projet, ainsi que de la recherche scientifique et de sa valorisation auprès de la communauté scientifique et du grand public.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.