Pépites de la base EDITEF [5]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur une profession présentée dans notre base de données :

Les bibliothécaires

C’est au XVIIe siècle, après l’explosion de l’imprimerie, que se constituent des vastes bibliothèques en France. Déjà à partir du XVIe siècle, les bibliothèques changent de taille, d’usage et d’organisation, avec une nécessité conséquente d’organiser différemment les bâtiments et les collections. À l’accroissement par dons et aux confiscations s’ajoutent le dépôt légal et les acquisitions courantes. Parallèlement, du XVIIe au XVIIIe siècle, la définition du bibliothécaire se précise. L’Encyclopédie de 1751 (1690) parle de ce métier comme « celui qui est préposé à la garde, au bon ordre et à l’accroissement d’une bibliothèque. Il y a peu de fonctions littéraires qui demandent autant de talent. Celle de bibliothécaire d’une grande bibliothèque telle, par exemple, celle du roi, suppose la connaissance des langues anciennes et modernes, celle des livres, des éditions et de tout ce qui a rapport à l’histoire des lettres, au commerce de la librairie et à l’art typographique ». Maurice Caillet dresse un portrait-type du bibliothécaire de l’Ancien Régime : de formation classique, « il a des liens avec la République des lettres, comme auteur, érudit, linguiste, membre de sociétés savantes ou d’académies. Ses compétences professionnelles ont été acquises sur le tas, en s’appuyant sur quelques traités et l’exemple des bibliographes de la Bibliothèque du Roi, de Saint-Germain ou de Sainte-Geneviève. C’est un ecclésiastique ou un célibataire, souvent aux marges (janséniste ou philosophe). Ses activités intellectuelles ont une large part dans son statut. Elles concernent en première ligne les disciplines où la transmission écrite a un rôle dominant (histoire, philosophie, philologie). »

Source : Pallier, Denis, Histoire et évolution du métier de bibliothécaire, 1994, http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/index-des-revues?id_article=43977#appelnote_2

A ce jour, 8 bibliothécaires (profession principale ou pas) sont recensés dans la base EDITEF (cliquez sur un nom pour voir sa fiche) :

Baluze Étienne
Condio Laurentio
Fontanini Domenico & Giusto
Galloys Jean
Laire François Xavier
Quirino Angelo Maria
Senebier Jean
Simon Edouard-Thomas

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.


Giulia Ventrella-Proust

Giulia Ventrella-Proust est chargée de la gestion du projet de recherche international EDITEF, coordonné par Chiara Lastraioli et portant sur "Le livre italien dans l'espace francophone à la première modernité" (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance). Elle s'occupe du suivi et de la coordination du projet, ainsi que de la recherche scientifique et de sa valorisation auprès de la communauté scientifique et du grand public.

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.