De paris en Provence : un nouvel article d’amélie Ferrigno sur le livre italien

[Abstract] 

Amélie Ferrigno, De Paris en Provence, circulation et réception du livre italien à la première modernité

Version complète dans

Cahiers d’études italiennes, 31 | 2020

https://doi-org.proxy.scd.univ-tours.fr/10.4000/cei.7848

Si la circulation des hommes, marchands, savants, intellectuels italiens en Provence, tout autant que les réseaux d’échanges et de correspondances avec leurs homologues provençaux au Moyen âge et à la Renaissance est relativement connue, celle de l’édition en langue italienne reste quant à elle à définir : les livres italiens ont-ils bénéficié d’une diffusion privilégiée, de par la proximité géographique entre les deux territoires ? Ou ont-ils été exclusivement diffusés par les canaux de cercles savants, notamment parisiens ou lyonnais ? Quel était le profil des possesseurs provençaux ? Quels livres recherchaient-ils ? etc. Telles sont les interrogations qui conduisent à poursuivre l’enquête menée dans le cadre du projet EDITEF en Provence, afin de déterminer la réception et les principaux circuits de diffusion du livre italien sur ce territoire.

   Pour débuter ce nouveau pan de l’enquête, deux fonds aixois ont été examinés : les ouvrages imprimés en langue italienne entre le xve et le xviie siècles de la bibliothèque du marquis de Méjanes (1729-1786), représentant environ sept cents ouvrages ; et ceux de la bibliothèque du Musée Paul Arbaud (1831-1911), soit une quarantaine d’ouvrages. Les marques de provenance relevées ont fait apparaître des pistes d’acheminement du livre italien semblables à celles observées dans des fonds parisiens, en particulier le corpus issu de récupérations révolutionnaires de la bibliothèque Mazarine. Le fonds de la bibliothèque Méjanes révèle une chronologie des possesseurs similaire, avec la présence dans certains livres de plusieurs ex-libris désignant un premier possesseur italien, vraisemblablement du xvie siècle, et correspondant à une première période de circulation du livre au sein de la péninsule assez proche de la date d’édition, puis une marque de possession française, privée ou institutionnelle, plus récente (généralement du xviie – xviiie siècle). Et enfin, la marque d’acquisition de Méjanes. Les notes manuscrites laissées par le marquis au sein de ses ouvrages signalant les particularités d’édition et mentions d’achat montrent que peu d’entre eux proviennent de librairies aixoises. Les David avaient bien des correspondants libraires à Gênes, à Venise et à Rome, mais c’est à Paris, lors de ventes publiques ou auprès de libraires parisiens avec lesquels il entretenait une correspondance que Méjanes fait l’acquisition de ses livres italiens.

   Chez Paul Arbaud, le circuit d’acquisition passe également essentiellement par un réseau de libraires et de marchands de la capitale. La célèbre Arbaudenco, connue aussi bien des érudits provençaux que des bibliophiles parisiens, abrite environ une quarantaine de livres italiens imprimés entre le xvie et le xviie siècles, comprenant des classiques de la littérature italienne et quelques traductions, notamment d’œuvres de provençaux (Michel et Jean Nostradamus). On remarque également la présence d’un fonds dédié à Pétrarque, avec des éditions latines et des traductions françaises. Enfin, seize ouvrages en langue italienne sur le culte de Sainte Marie-Madeleine, à qui l’on doit l’évangélisation de la Provence et à laquelle Arbaud consacre une belle partie de sa collection, dont six exemplaires sont des pièces de théâtre et de la poésie magdalénienne, spécialité d’un groupe de poètes aixois. En dépit des critères d’acquisitions du collectionneur, certains de ces ouvrages en italien ne présentent aucun lien thématique avec la Provence. Leur présence au sein de la bibliothèque semble alors se justifier par les ex-libris qu’ils contiennent, parmi lesquels celui de Bartolomeo Arnigio, auteur italien du xvie siècle dans la veine de Pétrarque, celui de Nicolas Peiresc, célèbre érudit aixois d’origine italienne, ou encore les armes de la famille Forbin, une des plus grandes familles de la noblesse provençale.

   Amélie Ferrigno, 22/06/2021

 

Chiara Lastraioli

Responsable scientifique et gestionnaire du projet EDITEF (Centre d'Études Supérieures de la Renaissance, Tours)

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.