Tous les articles par Giulia Ventrella-Proust

Giulia Ventrella-Proust est chargée de la gestion du projet de recherche international EDITEF, coordonné par Chiara Lastraioli et portant sur "Le livre italien dans l'espace francophone à la première modernité" (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance). Elle s'occupe du suivi et de la coordination du projet, ainsi que de la recherche scientifique et de sa valorisation auprès de la communauté scientifique et du grand public.

Pépites de la base EDITEF [6]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF.

Jacques-Auguste De Thou

Magistrat, historien, écrivain, poète et homme politique, il devient chanoine du cloître Notre-Dame en 1573, puis conseiller clerc au Parlement en 1578. Maître de la bibliothèque du roi (1593) et Président à mortier du Parlement de Paris. Il hérita de la collection de 12 729 volumes de son père et l’enrichit. Cette collection resta dans la famille jusqu’en 1680, avant d’être presque entièrement rachetée par le président Menars. Elle passa au XVIIIe siècle à la famille de Rohan-Soubise et fut définitivement dispersée en 1789 lors de la vente du prince de Rohan-Soubise.

Il a possédé l’édition suivante :

Welser, Marcus, Squitinio della libertà veneta. Nel quale si adducono anche le raggioni dell’Impero Romano sopra la Città e signoria di Venetia, 1612  (s.n., in Mirandola)

⇒ conservée à la Bibliothèque de Genève – La Grange (Suisse) (Cote BGE La Gr 20/7)

Description de l’exemplaire :

Belle reliure en veau blond armoriée, aux plats fers de reliure et filets dorés, monogramme GAG, sur le dos ainsi que le titre court. Sur le contre-plat supérieur côte ms. « 3. C.P.J. 4. D. 3. » à l’encre noire. Sous l’ex-libris imprimé de la bibl. La Grange, on lit la mention « Cuev[…] ». Sur la page de titre figure l’ex-libris du collège des Jésuites de Paris « Colleg. Paris.Soc. Jesu » (XVII ?).

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Atelier

Laboratorio teorico-pratico sulle legature storiche occidentali


Seminario di aggiornamento professionale a cura di Simona Inserra

Descrizione del corso

1. Area tematica e codice OF: 3 (3.1 e 3.3)

2. Qualificazione EQF: 6

3. Sede: Società di storia patria per la Sicilia Orientale, Piazza Stesicoro 29, Catania

4. Data: 24-25-26 luglio 2018

5. Tipologia: corso base

6. Scopo: Introduzione alle tecniche storiche di legatoria occidentale del tardo medioevo e
della prima età moderna.

7. Contenuto:
– Storia della legatura
– Materiali delle legature tardomedievali e moderne
– Terminologia della legatura (le parti del libro, la struttura esterna e quella interna, supporti
e tecniche di legatura; strumenti per la legatoria)
– Sistemi di cucitura: fettuccia in cotone, nervo singolo in spago, nervo doppio in spago, nervo
singolo in pelle allumata o in cuoio, nervi doppi in spago, in pelle allumata o in cuoio, nervi in
pelle allumata o in cuoio fendue
– I capitelli: struttura, materiali e modelli
– Caratteristiche delle assi o dei piatti e rivestimento esterno; tecniche e motivi decorativi
della coperta
– La manipolazione e la conservazione dei libri con legature storiche
– La manifattura di prototipi

8. Obiettivi formativi:

Che cosa si apprenderà?
Alla fine del corso AIB il partecipante sarà capace di:
A Conoscenze
A1) Conoscere la bibliografia relativa alla storia della legatura occidentale
A2) Conoscere gli standard descrittivi e la terminologia della legatura occidentale
A3) Conoscere le più rilevanti iniziative e i progetti nazionali e internazionali
A4) Conoscere le modalità ottimali di conservazione degli esemplari con legature storiche
B Capacità
B1) Essere in grado di riconoscere una legatura storica occidentale e datarla
B2) Essere in grado di descrivere un libro antico in quanto manufatto
B3) Saper ricercare dati relativi alle legature all’interno delle banche dati e dei repertori
B4) Saper eseguire prototipi di legature storiche

9. Metodologia didattica:
A. Conoscenze: lezioni frontali
B. Capacità: osservazione di materiali librari antichi, redazione di schede descrittive e
manifattura di prototipi

10. Valutazione di apprendimento:
A. Conoscenze: Confronto in aula sulle principali tematiche affrontate
B. Capacità: descrizione di un libro antico, analisi delle schede descrittive, analisi dei prototip realizzati

11. Supporto alla didattica:
Pubblicazioni: la bibliografia di riferimento sarà distribuita durante il corso all’interno di una
dispensa appositamente predisposta

12. Requisiti e modalità di partecipazione:
Socio AIB: Iscrizione AIB consigliata
Esperienza: Consigliata, ma non obbligatoria, una conoscenza della storia del libro e una
discreta manualità

Quota di partecipazione:
Associati e Amici persona AIB: 80,00 euro
Associati e Amici AIB (enti, a persona, max 3 persone per ente): 80,00 euro
Associati amici AIB (studenti): 40,00 euro
Non associati persona / ente: euro 150,00 (più iva se dovuta)
Non associati studenti dell’Università di Catania e soci della Società di Storia Patria per la
Sicilia orientale: euro 50,00

13. Modalità di registrazione
L’iscrizione va effettuata con il pagamento della quota del corso tramite bonifico bancario all’IBAN IT 97 M 02008 84610 000300665300 intestato a Associazione Italiana Biblioteche- Sezione Sicilia,Banca Unicredit, Priolo Gargallo (SR), specificando “Nome e cognome, iscrizione Laboratorio teorico-pratico sulle legature storiche occidentali: storia e manifattura” e inviando una di
conferma dell’avvenuto pagamento a distefano@aib.it entro e non oltre il 18 luglio 2018 .

14. Docenti e facilitatori:
Docente: Simona Inserra (simona.inserra@gmail.com)
Facilitatore: Francesca Aiello (francesca_aiello@hotmail.it)

15. Programmi e tempi:
Lezioni frontali in presenza: 16 ore
Lavori di gruppo in aula: 4 ore
24-25 luglio: ore 9.30-13.30 e 14.30-18.30
26 luglio: ore 9.30-13.30

A tutti i partecipanti verrà rilasciato l’attestato di frequenza previo superamento del test di
fine corso utile ai fini della qualificazione professionale, ai sensi dell’art. 5 del Regolamento
d’iscrizione all’AIB.

La partecipazione al corso è valevole per il riconoscimento dei crediti richiesti per
l’attestazione professionale AIB. Ai partecipanti sarà chiesto di compilare un test per la
verifica del loro grado di apprendimento rispetto al raggiungimento degli obiettivi formativi
dichiarati e un test di valutazione del corso.

Per saperne di più.

Source de l’information : http://www.aib.it/struttura/sezioni/sicilia/2018/69187-laboratorio-teorico-pratico-sulle-legature-storiche-occidentali/

Vient de paraître

L’Almanacco Bibliografico

n° 46, giugno 2018

Bollettino trimestrale di informazione sulla storia del libro e delle biblioteche in Italia a cura del C.R.E.L.E.B.

Sommario

❖ Amazon e il destino del libro di Guido Lagomarsino

❖ Recensioni

❖ Spogli e segnalazioni

❖ (indici di recensioni e segnalazioni)

❖ In memoriam

❖ Risorse elettroniche

❖ Cronache convegni e mostre

❖ Taccuino

❖ Postscriptum

Per saperne di più

Pépites de la base EDITEF [5]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur une profession présentée dans notre base de données :

Les bibliothécaires

C’est au XVIIe siècle, après l’explosion de l’imprimerie, que se constituent des vastes bibliothèques en France. Déjà à partir du XVIe siècle, les bibliothèques changent de taille, d’usage et d’organisation, avec une nécessité conséquente d’organiser différemment les bâtiments et les collections. À l’accroissement par dons et aux confiscations s’ajoutent le dépôt légal et les acquisitions courantes. Parallèlement, du XVIIe au XVIIIe siècle, la définition du bibliothécaire se précise. L’Encyclopédie de 1751 (1690) parle de ce métier comme « celui qui est préposé à la garde, au bon ordre et à l’accroissement d’une bibliothèque. Il y a peu de fonctions littéraires qui demandent autant de talent. Celle de bibliothécaire d’une grande bibliothèque telle, par exemple, celle du roi, suppose la connaissance des langues anciennes et modernes, celle des livres, des éditions et de tout ce qui a rapport à l’histoire des lettres, au commerce de la librairie et à l’art typographique ». Maurice Caillet dresse un portrait-type du bibliothécaire de l’Ancien Régime : de formation classique, « il a des liens avec la République des lettres, comme auteur, érudit, linguiste, membre de sociétés savantes ou d’académies. Ses compétences professionnelles ont été acquises sur le tas, en s’appuyant sur quelques traités et l’exemple des bibliographes de la Bibliothèque du Roi, de Saint-Germain ou de Sainte-Geneviève. C’est un ecclésiastique ou un célibataire, souvent aux marges (janséniste ou philosophe). Ses activités intellectuelles ont une large part dans son statut. Elles concernent en première ligne les disciplines où la transmission écrite a un rôle dominant (histoire, philosophie, philologie). »

Source : Pallier, Denis, Histoire et évolution du métier de bibliothécaire, 1994, http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/index-des-revues?id_article=43977#appelnote_2

A ce jour, 8 bibliothécaires (profession principale ou pas) sont recensés dans la base EDITEF (cliquez sur un nom pour voir sa fiche) :

Baluze Étienne
Condio Laurentio
Fontanini Domenico & Giusto
Galloys Jean
Laire François Xavier
Quirino Angelo Maria
Senebier Jean
Simon Edouard-Thomas

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Vient de paraître

La Venise des livres, 1469-1530

Catherine Kikuchi

Catherine_KIKUCHI_La_Venise_des_livres

Après la publication de son premier imprimé en 1469, Venise devient en quelques années la première productrice de livres en Europe. Il s’agit d’un métier neuf qui se développe hors des cadres institutionnels des corporations. Les livres produits se retrouvent dans toutes les bibliothèques d’Europe. Ces imprimeurs qui ont fait le succès de Venise sont pour la plupart d’origine étrangère. Ils sont Allemands d’abord, avant l’arrivée d’autres communautés dans cette industrie. Ce sont des marchands et des artisans en provenance de toute l’Europe et d’une partie de la Méditerranée orientale. Au-delà des échecs, beaucoup se sont intégrés dans la ville, sa géographie, sa sociabilité, et ont construit une nouvelle industrie du livre au cœur de l’Europe.

Catherine Kikuchi est membre de l’École française de Rome depuis septembre 2017. Elle a enseigné à l’université de Versailles Saint-Quentin. Elle est co-fondatrice d’un projet international de mise en relation des jeunes chercheurs sur le livre, Early Modern Book Project.

Table des matières : ici

Catherine Kikuchi, La Venise des livres, 1469-1530, Paris, Champs Vallon, 2018 (Époques). À paraître le 21 juin 2018. 15,5 x 24, 360 pages. ISBN : 979-10-267-0702-8. 26 €.

Source de l’information : https://rmblf.be/2018/06/13/publication-catherine-kikuchi-la-venise-des-livres-1469-1530/

Offre d’emploi

Le Département des langues de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne recrute pour l’année universitaire 2018-2019 un poste de lecteur de langue italienne

Liste des documents à fournir :
•    deux lettres de motivation (une rédigée en français et une autre dans la langue maternelle – anglais ou italien)
•    un CV
•    une copie des diplômes universitaires
•    si possible une lettre ou des lettres de recommandation

La campagne de recrutement sera ouverte du lundi 11 juin 2018 au lundi 18 juin 2018 inclus.
Les documents sont à adresser à : andre.gorlier@univ-paris1.fr

Offre d’emploi

POSTE DE LECTEUR/LECTRICE D’ÉCHANGE CANADIEN/NE DE LANGUE FRANÇAISE À L’UNIVERSITÉ DE BOLOGNE (ITALIE)

Description du poste:

– Collaboration aux activités du «Centro Interuniversitario di Studi Quebecchesi» (CISQ), dont le siège administratif et organisationnel est à Bologne.

– Enseignement de la littérature québécoise et canadienne d’expression française et possibilité d’enseignement de la langue française au Département de Langues, Littératures et Cultures Modernes de l’Université de Bologne.

 Qualités requises:

– Maîtrise en études littéraires (avec spécialisation en  littérature québécoise et canadienne d’expression française) ou en linguistique.

– Expérience dans l’enseignement et de la littérature québécoise et canadienne d’expression française et dans l’enseignement de la langue française.

– Esprit d’initiative et de collaboration, sens de responsabilité.

– Connaissance de l’italien un atout

– Lien étroit et récent avec la réalité du Canada francophone, dont on est censé représenter la culture.

– Bonne maîtrise des logiciels de la Suite Office.

– Connaissances dans le domaine des communications électroniques, de la rédaction web et des médias sociaux (un atout).

Durée du poste: 1 an, avec possibilité de renouvellement.

Salaire: le salaire annuel brut est en 2018 de 25.630,18 euros.

Lieu de travail: Université de Bologne.

Lieu de résidence: Bologne (NB: L’université n’offre cependant pas de logement).

Date d’entrée en fonction: 2 octobre 2018 (jusqu’au 30 septembre 2019, sauf renouvellement).

Durée du poste: 1 an, avec possibilité de renouvellement.

Le dossier de candidature doit parvenir avant 23h59 (heure de Rome) du 22 juin 2018 par courriel à :

Louis Saint-Arnaud

Conseiller affaires publiques

Ambassade du Canada

Courriel: rome-pa@international.gc.ca

Veuillez spécifier dans l’objet : Poste de Lecteur/Lectrice d’échange canadien/ne de langue française à l’Université de Bologne

Le dossier doit contenir les éléments suivants :

– Curriculum vitæ détaillé (Nom et prénom. Adresse permanente. Téléphone. Adresse Courriel. Date et lieu de naissance. Citoyenneté. Études et diplômes. Communications et publications. Expérience d’enseignement et de travail. Autres renseignements pertinents. Motivations personnelles).

-Connaissance de la langue italienne (un atout).

– Au moins une lettre de référence (qui devra être numérisée et envoyée par courriel).

Le comité de pré-sélection sera composé d’un représentant de l’Université de Bologne, de l’Ambassade du Canada en Italie et de la Délégation du Québec à Rome et/ou d’un substitut accepté par les autres membres du comité. La décision du comité de pré-sélection sera transmise à l’Université de Bologne qui formera une commission pour l’évaluation définitive des candidatures. La décision finale est sans appel. Seul le/la candidat/e retenu/e recevra une réponse, avant le 27 juin 2018.

Á partir de la date de réception de la réponse il/elle aura 7 jours pour faire parvenir son acceptation aux instances qui lui seront indiquées; il/elle devra également s’engager à entreprendre de suite les démarches nécessaires pour les formalités d’entrée et de séjour en Italie afin de pouvoir intégrer son poste le 2 octobre 2018.

Description des tâches:

Le/la lecteur/lectrice d’échange (nommé sur la base de l’Accord culturel en vigueur entre l’Italie et le Canada) est affilié à l’École de Langues et Littérature, Traduction et Interprétation de l’Université de Bologne et au «Centro Interuniversitario di Studi Quebecchesi» (CISQ), dont le siège administratif et organisationnel est à Bologne.

Ses tâches sont les suivantes:

  1. Enseignement au Département de Langues, Littératures et Cultures Modernes de l’Université de Bologne

– Séminaires et interventions sur l’histoire littéraire et culturelle du Canada francophone dans les cours de baccalauréat et de maîtrise.

– Participation à la Commission d’examen pour les cours susmentionnés.

– Codirection possible de mémoires en littérature québécoise et canadienne d’expression française.

– Participation au niveau du Doctorat (conférences, aide à la recherche, etc.).

  1. Collaboration aux activités du CISQ

– Apport à la gestion du siège administratif

– Organisation d’initiatives culturelles (conférences, séminaires, colloques, cycles de films etc.), éventuellement élargies au territoire.

– Contribution à la publication des actes des colloques et des ouvrages collectifs du CISQ.

– Consultation pour la mise à jour et l’acquisition d’ouvrages pour le fonds québécois de la Bibliothèque du Département.

– Recherches bibliographiques et culturelles.

– Rapports avec l’Ambassade du Canada, la Délégation du Québec, d’autres centres et institutions appropriés.

NB: La tâche du/de la lecteur/lectrice n’inclut pas la titularité de l’enseignement du français comme langue étrangère, mais il pourra être chargé de cours de langue sous la responsabilité d’un Professeur de Langue française du Département.

Les heures consacrées aux diverses activités du/de la lecteur/lectrice peuvent être divisées approximativement ainsi, tout en pouvant être réparties autrement selon les besoins :

300 h (enseignement et préparation des cours, codirection de mémoires et commission d’examens)

200 h (promotion culturelle et activités de coopération internationale,  réception des étudiants et permanence au Centre)

Référence

Ambassade du Canada à Rome

http://www.canadainternational.gc.ca/italy-italie/

Adresse

Université de Bologne

Journée d’étude

Livre et création littéraire à Lyon au XVIe siècle

Le Centre Gabriel Naudé (EA 7286) et l’IRHIM (UMR 5317) collaborent depuis plusieurs années collaborent depuis plusieurs années autour de l’histoire du livre et de la création littéraire dans le cadre du projet Biblyon : Le livre à Lyon au XVIe siècle. Plusieurs journées d’études internationales, des thèses en cours et des projets éditoriaux attestent la vitalité du projet, dans toutes ses dimensions, à la fois d’histoire du livre, histoire littéraire, histoire de l’art, histoire économique et histoire juridique, en lien avec la base bibliographique Lyon 15-16.

Programme

Matinée

  • Présentation et actualités de l’année passée.
    Michèle Clément (Université Lyon 2) et Raphaële Mouren (Institut Warburg et Centre Gabriel Naudé, Enssib)
  • Qui édite Érasme à Lyon dans les années 1520 ?
    Christine Bénévent (École des chartes) et Romain Menini (Université Paris-Est Marne-La-Vallée)
  • Pause
  • Données relationnelles de l’édition lyonnaise 1530-1540.
    Antoine Champigny (Université Lyon 2 – Université du Québec à Montréal)
  • Symphorien Champier et ses artistes.
    Richard Cooper (Université d’Oxford)

Pause déjeuner (buffet).

Après-midi

  • Établir une édition numérique des œuvres de Charles Fontaine… et du nouveau sur sa biographie
    Elise Rajchenbach (Université Jean-Monnet Saint-Étienne)
  • Les femmes imprimeuses à Lyon au XVIe siècle
    Maria Grazia Dalai (Université de Vérone)
  • Pause
  • L’activité de la Compagnie des libraires en Espagne : agents d’affaires et risques
    Jamie Cumby (Université de St Andrews)
    Présentation du projet Louise Labé Data
  • Conclusions
    Michel Jourde (École normale supérieure de Lyon)
Contact : Cyrielle Sogno
Adresse événement: Enssib, salle 107

17-21 bd du 11 novembre 1918

Villeurbanne, France

En savoir plus.

Source de l’information : http://www.enssib.fr/biblyon-2018

Pépites de la base EDITEF [4]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur le fonds ancien en langue italienne de la Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

« Les Archives diplomatiques constituent le plus ancien service d’Archives constituées de France. Si elles sont ouvertes à la recherche depuis 1830, elles trouvent leur origine au XVIIe siècle et ont poursuivi leur mission à travers les aléas de l’histoire, en s’adaptant aux défis de leur époque.

Le secrétariat d’État aux Affaires étrangères est créé en 1589, avec pour premier titulaire Louis de Revol. En 1680, Charles Colbert de Croissy, secrétaire d’État de 1680 à 1696, rassemble ses papiers ainsi que ceux de ses prédécesseurs, Hugues de Lionne et Arnaud de Pomponne. Il les fait relier de maroquin rouge du Levant, portant les armes de sa famille, la couleuvre. En 1716, les armes du roi remplacent celles des Colbert. Par ordonnance royale, les fonds s’enrichissent au cours du XVIIIe siècle des papiers d’État de Richelieu, Mazarin, Saint-Simon et de nombreuses correspondances d’ambassadeurs. En 1761, Choiseul fait édifier à Versailles un dépôt modèle, conçu pour la conservation des archives, devenu depuis l’actuelle bibliothèque municipale. Lors de la Révolution, le gouvernement regagne Paris. Par le décret du 7 septembre 1790, les Archives nationales sont instituées. Cependant, les archives des Affaires étrangères demeurent gérées de façon autonome. Elles sont alors à la disposition exclusive des diplomates. A partir de 1830, sous la direction d’Auguste Mignet, directeur des Archives et historien célèbre, elles s’ouvrent à la recherche historique. A la construction du Palais des Affaires étrangères, à partir de 1845, les archives y trouvent naturellement leur place. En 1874, la IIIe République confie à un groupe de diplomates, d’historiens et de journalistes la tâche de réfléchir à la communication et la mise en valeur des archives. Ce groupe donnera naissance à la commission des Archives diplomatiques qui existe encore aujourd’hui. Épargnées par la guerre de 1914-1918, les archives des Affaires étrangères sont gravement endommagées lors de la seconde guerre mondiale, malgré les mesures prises pour leur préservation. Les archives courantes politiques et économiques ainsi que les dossiers des étrangers en France sont détruits le 16 mai 1940, à l’approche des Allemands. Durant l’occupation, certains documents sont envoyés en Allemagne et ne seront pas récupérés. Au cours des combats pour la libération de Paris, l’incendie de « l’aile des Archives » du Ministère entraîne la perte d’une partie des archives quand les dépôts sont endommagés. De gros travaux de reconstruction sont engagés après la guerre. Le dépôt est réaménagé selon les normes de conservation de l’époque. Parallèlement, la direction des Archives met en place une politique cohérente de contrôle des archives courantes. Le principe de l’ouverture des fonds après un délai de 30 ans est acquis en 1970 sous l’impulsion de Jean Laloy. La direction étend son implantation, jusqu’alors exclusivement parisienne, à Nantes (archives rapatriées des ambassades, consulats et services culturels et des Protectorats Tunisie et Maroc et du Mandat Syrie-Liban) et à Colmar (archives des services d’occupation française en Allemagne et en Autriche). En 2009, à l’étroit dans les locaux du quai d’Orsay, la direction des Archives transfère les collections parisiennes ainsi que celles de Colmar dans un bâtiment neuf à La Courneuve. » (source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/a-propos-des-archives-diplomatiques/cinq-siecles-d-histoire/article/les-origines)

La Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères possède une petite vingtaine d’exemplaires en langue italienne (imprimés entre 1450 et 1630).

Parmi les possesseurs de ces exemplaires, l’un d’entre-eux est particulièrement intéressant :

Casimir Pignatelli, comte d’Egmont

« Fils de Procope Marie Antoine, duc de Bisaccia, et d’Henriette Julie de Durfort de Duras, Casimir de Pignatelli, comte d’Egmont, naît à Paris le 6 novembre 1727. Il commence sa carrière en 1742 dans les mousquetaires avant de devenir, en 1744, mestre-de-camp de cavalerie du régiment d’Egmont . Brigadier en 1748, il est  fait maréchal de camp la même année puis lieutenant-général en 1762 . Il lui est confié, en 1781, le gouvernement de l’Anjou et du Saumurois. À la veille de la Révolution, il est chef de division en Champagne. Le 18 mars 1789, il est élu député de la noblesse du bailliage du Soissonnais aux Etats généraux. Il rejoint ensuite l’Assemblée nationale. S’il figure parmi les partisans de l’Ancien Régime, il consent, lors de la nuit du 4 août, à l’égale répartition des impôts. En 1790, il proteste contre l’abolition de la noblesse. Il émigre au commencement de l’année 1792, et, malade, accepte un commandement en second dans l’armée des Princes où on lui confie les corps d’émigrés du pays de Liège, Brabant, Hainaut et Flandre autrichienne. En cette qualité, il fait la campagne de 1792 dans les rangs de l’armée de Bourbon. Il s’installe à Brunswick où il meurt le 1er déc. 1801… » (Auteur : Lionel Chénedé : https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/le_coin_du_bibliophile_egmont_cle8af3c9.pdf)

Il a possédé les éditions suivantes :

Libro del principe, Machiavelli, Niccolò – 1550

Historie fiorentine… al sanctissimo et beatissimo padre signore nostro Clemente VII pont. Massimo, Machiavelli, Niccolò – 1550

Discorsi sopra la prima deca di T. Livio a Zonobi Buondelmonti et Cosimo Rucellai, Machiavelli, Niccolò – 1500

Delle famiglie nobili napoletane di Scipione Ammirato parte prima, le quali per leuar’ogni gara di precedenza sono state poste in confuso, Ammirato, Scipione – 1580

⇒ conservées à la Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Description de sa marque de provenance :

« Les armoiries du comte d’Egmont, sous la forme d’un ex-libris, figurent au contreplat de ses livres. Écartelé, aux 1 et 4, chevronné d’or et de gueules de 10 pièces (Egmond) ; au 2, d’or, à 3 pots ou pignattes de sable, 2 et 1 (Pignatelli) ; au 3, d’argent, à 2 fasces bretessées et contre-bretessées de gueules (Argrel en Flandres). Sur le tout, de Gueldres et de Juliers. Il porte les insignes de tous ses titres : manteau de pair, collier de la Toison d’Or et couronne de comte du Saint-Empire. Il existe deux vignettes distinctes qui ne diffèrent que par la présence, ou non, du collier de la Toison d’Or. » (Auteur : Lionel Chénedé)

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rend également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Pépites de la base EDITEF [3]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur une profession largement représentée dans notre base de données :

Les traducteurs

Résultat de recherche d'images pour "san girolamo"

A ce jour, 280 traducteurs sont recensés dans la base EDITEF (cliquez sur un nom pour voir sa fiche) :


A.C.
A.D.P.
A.G.M.
A.L.D.L.P.M.D.C.E.S.
Adam Nathanaël
Allemandi Stefano
Alquié François-Savinien d’
Amboise François d’
Amboise Michel d’
Aquino Carlo, d’
Auge Daniel d’
Auvergne Gaspard d’
Avost Jérôme, d’
Baccellini Matteo
Bachet Claude-Gaspard
Baïf Jean-Antoine de
Balarin de Raconis Jean
Balbani Nicolò
Balinghem Antoine de
Ballino Giulio Cesare

Bandinelli Baccio
Bar Louis de
Barraud Jean de
Bassecourt Claude de
Beaufilz Jean
Belleforest François de
Bellère Jean
Belliard Guillaume
Benoist Louis
Béroalde de Verville François
Berson Jacques
Bérulle Pierre de
Binois Guillaume
Blancone Jean
Boaistuau Pierre
Bonfons Pierre
Bourgeois Jacques
Boyron Jean
Boyssières Jean de
Brach Pierre de

Brinon Yves de
Brisset Roland
Brucioli Antonio
Calandrini Scipione
Cambiago da Cremona (Evangelisto ?)
Cambis Aigremont Marguerite de
Cambis Marguerite de
Canisius Pierre
Cappel Guillaume
Carentenne Gaspard
Cattani Francesco
Champier Symphorien
Chaperon Jean
Chappuys Antoine
Chappuys Claude
Chappuys Gabriel
Chappuys Gabriel
Charrier Jean
Chauveton Urbain
Chomedey Jérôme de

Coecke d’Alost Pierre van Aelst
Coignac Joachim de
Colin Jacques
Commolet Jacques
Corbin Jacques
Corrozet Gilles
Cotteblanche Marie de
Coyssard Michel
Crampon Robert
Creil Loys de
Cuchermoys Jean de
Curia Adrianus
D.C.C.
Damalis Gilbert
Dany Nicolas
Dassy François
De Thou Jacques-Auguste
Del Bene Bernardo
Del Rosso Paolo
Delfino Giulio

Deroziers Claude
Dert Gilbert
Des Gouttes Jean
Des Gouttes Jérôme
Des Masures Louis
Des Roches Madeleine
Desportes Philippe
Diodati Giovanni
Dolet Etienne
Dorléans Louis
Du Caurel Charles
Du Haillan Bernard de Girard
Du Jardin Rolland
Du Lac Jean
Du Monin Jean-Edouard
Du Peyrat Guillaume
Du Peyrat Jean
Du Pinet Antoine
Du Pont Michel
Du Pré Barthélemy

Du Préau Gabriel
Du Redouer Mathurin
Du Sault Philibert
Du Thier Jean
Du Tronchet Estienne
Du Troncy Benoist
Du Vair Guillaume
Du Val Jean-Baptiste
Du Verdier Antoine
Du Vignau Jean
Durand Jacques
Durand Pierre
Esne Michel d’
Estienne Charles
Estienne Robert
F. M.
F.Q.D.B.
Fabre Jacques-Antoine
Farsetti Thomas Joseph
Faure Antithus

Ferris François de
Flory François
Fontaine Charles
Fonteny Jacques de
Fornier Jean
Fourquevaux Raymond de Rouer
Francini Antonio
Frizon Pierre
Fumée Gilles
Gallo Giulio Domenico
Garnier Charles
Gaulteron de Cenguoins Guillaume
Gaultier Jacques
Gazet Antoine
Geuffroy Antoine
Gilbert de La Brosse François
Girard Du Haillan Bernard de
Giudici Giovanni
Godard Jean
Gohory Jacques

Gosselin Guillaume
Goupyl Jacques
Grangier Balthazar
Gruget Claude
Guercin du Crest Antoine
Guesdon Julien
Guisone Ferrante
Guttery Gabriel de
Hélie Guillaume
Herberay des Essarts Nicolas
Héroet Antoine
I.B.
I.C.D.I.
J.F.G.
J.G.A.
Jamyn Amadis
Jonviller Charles de
Kerquefinen Claude de
L.C.
La Boétie Etienne de

La Borderie Arthur Le Moyne , de
La Coudraie François de
La Forest Jean
La Forge George de
La Jessée Jean de
La Place Pierre de
La Popelinière Henri Lancelot-Voisin de
La Roque Siméon-Guillaume de
La Taille Jean de
La Tayssonnière Guillaume de
La Tour d’Albenas François Béranger de
Lampson Dominique
Larivey Pierre de
Laval Antoine Mathé de
Lavardin Jacques de
Le Blond Jean
Le Fèvre de La Boderie Antoine
Le Fèvre de La Boderie Guy
Le Loyer Pierre
Le Maçon Antoine

Le Maistre Claude
Le Roy Loys
Lemaire de Belges Jean
Liébault Jean
Livre Nicolas de
Lourdereau Jean
Louveau Jean
Lucinge René de
M. F.A. de
M.A.V.
Maldeghem Philippe de
Malfillastre Jean de
Malherbe François de
Maraffi Bartolomeo
Maraffi Damiano
Marot Clément
Martin Jean
Martinengo Massimiliano Celso
Masi Teofilo Massimo
Masi Teofilo Massimo

Matthieu Pierre
Maugin Jean
Maximien
Maynier d’Oppède Jean
Mayssoni François
Mermet Claude
Mesme Jean-Pierre de
Meurier Gabriel
Montagnat Francisque de
Montlyard Jean de
Nardin Thomas
Negri Francesco
Nervèze Antoine de
Nury Jean de
Pallet Jean
Paradin Trajan
Pascale Giovanni Luigi
Pascali Giulio Cesare
Pasquali Carlo
Pasquier Etienne

Pellevé Philippe de
Perrot François
Philieul Vaisquin
Pinzio Paolo
Platin Claude
Poldo d’Albenas Jean
Pontoux Claude de
Port de Loup Pierre
Porto Francesco
Pouvillon Antoine de Aigremont
Quillery de Passebrève
R.M.R.I.
Rapin Nicolas
Requeleyne Hilaire-Bernard de
Ridolfi Luca Antonio
Rocard Claude
Rochemore Jacques de
Rohault B.
Romieu Marie de
Rouillé Guillaume

Roussin Pierre
Roziers Claudes des
Rubbi Andrea
Rustici Filippo
Ruyr Jean
S.A.D.C.
S.E.S.X.
Sailly Thomas
Saint-André Alix de
Saint-Gelais Mellin de
Saint-Julien Pierre de
Saint-Simon Gaspard de
Santeul Denis
Sauvage Denis
Scaligero Giulio Cesare
Scève Claudine
Sébillet Thomas
Sevin Adrien
Simeoni Gabriele
Solier François

Soulfour Nicolas de
Suarez J.
Taillemont Claude de
Tarin Jean
Temporal Jean
Testa Francesco
Toscano Gian Matteo
Tournes Jean de
Tours Guy de
Tyard Pontus de
Vauzelles Jean de
Vernassal François de
Vidal Pierre
Vigenère Blaise de
Villamont Jacques de
Villegagnon Nicolas Durand
Villers Jean de
Villiers Hubert Philippe de
Vincent Jacques
Volcyr de Sérouville Nicole

***

« Traduire est une besogne de plus grand travail que de louange. Car si vous rendez bien et fidèlement, si n’êtes-vous estimé sinon d’avoir retracé le premier portrait : et le plus de l’honneur en demeure à l’original. Si vous exprimez mal, le blâme en choit tout sur vous. Que si votre patron avait mal dit, encore êtes-vous réputé homme de mauvais jugement, pour n’avoir pas choisi bon exemplaire. Somme, un Traducteur n’a jamais le nom d’Auteur. »

Jacques Peletier, Art poétique, 1555

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Appel à contributions

Italia & Francia, Francia & Italia: Scambi culturali

RELIEF <https://www.revue-relief.org/> e INCONTRI <https://www.rivistaincontri. nl/>, due riviste internazionali e peer reviewed che si occupano rispettivamente di cultura francese e italiana, pubblicheranno giuntamente due numeri collegati dallo stesso tema: gli scambi culturali tra l’Italia e la Francia dal Medioevo fino ad oggi. La religione, la politica, le scienze e le arti hanno gettato le basi per una relazione proficua e molto stretta tra i due paesi. Ci sono stati dei periodi di intensificazione di tali rapporti transnazionali tra le due lingue e culture: si pensi all’influenza della lirica dei trovatori provenzali alla corte siciliana nel Duecento, o al traffico intenso messo in moto dai regnanti amanti dell’arte nelle città-stato italiane durante il Rinascimento invitando artisti e musicisti francesi alle loro corti. Altri esempi di questi incontri culturali sono il ‘grand tour’ che portò gli aristocrati francesi a visitare il Bel Paese nel Settecento, il cosmopolitismo dell’Ottocento, le avanguardie, tra cui quelle italiane, concentratesi nella Parigi dell’inizio del Novecento. Non si dimentichino poi le ondate di migrazioni politiche, economiche e culturali e la crescente globalizzazione dei rapporti culturali a partire dal 1950. La redazione di INCONTRI, invita gli autori interessati a contribuire al numero 2 del 2018 sugli scambi culturali tra la Francia e l’Italia con un saggio sull’argomento dal punto di vista degli studi italiani. Si accolgono articoli su persone o gruppi di persone, letterati, intellettuali, diplomati, esuli, migranti, viaggiatori solitari o avventurieri in cerca di fortuna nel paese vicino; su un determinato periodo, una corrente, un’arte o un genere (dalle arti figurative al fumetto, dal teatro all’opera lirica, dal cinema alla televisione), su singole opere artistiche, coproduzioni e traduzioni, su eventi storici che abbiano avuto un riscontro culturale (si pensi al tragico episodio dei valdesi); su qualunque fattore culturale o storico-sociale che abbia messo in contatto o in conflitto le due culture, sia coscientemente sia inconsciamente.

Gli articoli, di una lunghezza media tra 5000-8000 parole, dovranno essere scritti in italiano o in inglese e dovranno essere redatti secondo le direttive per gli autori che possono essere consultate sul sito (https://www.rivista-incontri.nl/about/submissions/). Nel caso di illustrazioni, dovranno essere rispettati i diritti d’autore. I contributi saranno sottomessi a una procedura di referaggio peer review, il cui processo è descritto sul sito (https://www.rivista-incontri.nl/about/editorialpolicies/#peer-review-process). Si prega gli autori interessati di mandare una proposta nella lingua dell’articolo di 300 parole all’incirca, accompagnata da una breve nota biobibliografica, a Emma Grootveld (incontri.segreteria@gmail.com<mailto:incontri.segreteria@gmail.com>), entro e non oltre il 7 gennaio 2018.

Gli autori selezionati dovranno far pervenire la prima versione dell’articolo completo entro il 30 aprile 2018.

Incontri. Rivista europea di studi italiani è la rivista del Werkgroep Italië Studies (WIS), gruppo di lavoro sugli studi italiani con riferimento alla comunità di ricerca accademica neerlandese e fiamminga. I membri della redazione e del comitato di lettura della rivista sono reclutati nel campo internazionale degli studi italiani per garantire una revisione paritaria di alto valore scientifico. La rivista ha una cadenza semestrale e ogni numero conta all’incirca 100-150 pagine comprendenti articoli, rubriche, recensioni e segnalazioni.

Source de l’information : http://www.sies-asso.org/appels/appels-a-contributions/2443-call-for-contributions-italia-francia-scambi-culturali

Vient de paraître

Rémi Jimenes
Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance
Préface de Roger Chartier

Coédition : Presses universitaires François-Rabelais / Presses universitaires de Rennes

Charlotte Guillard est une figure exceptionnelle de la Renaissance française. Originaire du Maine, elle mène à Paris une carrière brillante dans la typographie.
Veuve tour à tour des imprimeurs Berthold Rembolt et Claude Chevallon, elle administre en maîtresse femme l’atelier du Soleil d’Or pendant près de vingt ans, de 1537 à 1557. Sous sa direction, l’entreprise accapare le marché de l’édition juridique et des Pères de l’Église, publiant des éditions savantes préparées par quelques-uns des plus illustres humanistes parisiens (Antoine Macault, Jacques Toussain, Jean Du Tillet, Guillaume Postel…). Associant dans un même projet intellectuel les théologiens les plus conservateurs et les lettrés les plus épris de nouveauté, sa production témoigne de la vivacité des débats qui agitent les milieux intellectuels au siècle des Réformes.
Au-delà de la biographie, ce livre met en évidence les ressorts sociaux, économiques et techniques sur lesquels repose l’activité éditoriale d’une imprimerie parisienne. Il ouvre ainsi des perspectives nouvelles sur les conditions de production et de commercialisation des livres érudits en un siècle décisif pour
l’histoire des idées.Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Rennes : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4496