Archives de catégorie : À la Une

Journée d’étude du projet ECRISA (réseau EDITEF)

L’écriture, ses supports, ses archives

27/09/2017, MSH Val de Loire (salle polyvalente), 9h00-17h30

Financé par l’appel à projets d’Initiative académique 2015 de la Région Centre-Val de Loire, le projet ECRISA se propose d’étudier l’écrit et ses supports dans toutes leurs formes par le biais d’une collaboration étroite entre la MSH  Val de Loire et quatre laboratoires SHS des Universités d’Orléans et de Tours (CESR, CITERES, IRAMAT, LLL). EDITEF fait partie de ce réseau de chercheurs (en savoir plus).

Cette journée d’étude proposera des communications ayant pour thématiques les trois axes de recherche du projet :

1) Les formes de l’écrit/ure,

2) Les supports de l’écriture,

3) Les archives de l’écrit et les collections patrimoniales du Val de Loire à l’Europe.

Programme

9h00 Accueil des participants

9h30 Introduction par Chiara Lastraioli, Directrice de la MSH Val de Loire et responsable scientifique du projet ECRISA

I. Les formes d’écriture

9h45 Paul-Alexis Mellet (CESR)

Les remontrances imprimées (1560-1600): étude d’un corpus hétérogène

10h15 Olivier Marlet (CITERES)

Informatisation et interopérabilité des données archéologiques de terrain

10h45 Pause

11h15 Jacqueline Lafont-Terranova (LLL), Flora Badin (LLL), Maurice Niwese (LLL), Guillaume Chevrot (MISC)

Modéliser le processus d’écriture d’un scripteur de haut niveau : intérêt et limites du repérage automatique des opérations de réécriture à l’aide du logiciel  MEDITE

11h45 Maxence Martin (MSH)

La représentation des relations : présentation de l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs

12h15 Déjeuner

II. Les supports de l’écriture

14h30 Florence Troin (CITERES)

CartoMédit : de la théorie à la pratique

15h00 Xavier Bisaro (CESR)

Écouter l’écriture : les sources du chant scolaire à l’époque moderne

15h30 Marie-Élisabeth Boutroue (CESR), Patricia Roger-Puyo (IRAMAT)

Aspect de la matérialité du livre : encres et papiers

16h00 Pause

III. Archives de l’écrit et collections patrimoniales

16h30 David Rivaud (CESR)

Le projet RENUMAR : établir, éditer et valoriser les documents d’archives des fonds régionaux

17h00 Toshinori Uetani (CESR)

Corpus « Bibliothèques Humanistes Ligériennes » et données des « Bibliotheques françoises » pour reconstituer les réseaux d’humanistes à la Renaissance

17h30 Discussion

Télécharger le programme

Contact : Giulia Ventrella-Proust (giulia.ventrella@univ-tours.fr)

En savoir plus sur le projet ECRISA.

EDITEF au colloque international «Les Italiens en Europe (…)»

Trois membres du réseau EDITEF participeront au colloque international

« Les Italiens en Europe : perceptions, représentations, échanges littéraires et culturels (XIVe-XVIe siècles) »

qui se tiendra du 9 au 10 novembre 2017 à l’Université Grenoble-Alpes (Amphithéâtre de la MSH Alpes, Grenoble) :

1) Amélie Ferrigno (chercheuse post-doctorale pour le projet EDITEF à la Bibliothèque Mazarine (Janv.2016-juin. 2017) et chercheuse associée au CESR) présentera une communication ayant pour titre :

La circulation du livre italien en France, enquête à partir des fonds de la Bibliothèque Mazarine et de la Bibliothèque Méjanes

2) Ilaria Andreoli​ (Fondazione Giorgio Cini, Venise-ITEM, CNRS) parlera de

Lyon et Venise. Perceptions, représentations, échanges entre deux capitales de l’imprimerie renaissante

3) Concetta Cavallini (Università  di  Bari) présentera une intervention sur

ll   più   perfetto   favellare della  Toscana’: les Italiens et leur langue selon Montaigne

L’objet du colloque est de réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, aux perceptions que les Italiens ont eues des autres peuples d’Europe et réciproquement à la façon dont ces derniers percevaient les Italiens. Par quels canaux culturels passent ces perceptions ? De quoi sont-elles faites ? Comment les différentes formes d’échanges, parmi lesquelles les migrations des artistes, des écrivains et des voyageurs, ont-elles constitué les représentations des uns et des autres ? Ces représentations ont-elles influé sur l’évolution de l’idée d’Europe ? En quoi ces perceptions sont-elles dépendantes des héritages qui ont construit une idée, avec ses transformations et ses permanences, que l’on s’est faite de l’Europe ?

Les échanges envisagés ici, en-dehors des champs spécifiques de l’économie et de la diplomatie, le seront au sens de vecteurs culturels, et pourront ainsi inclure les migrations culturelles et artistiques tels que les voyages (Hale parle de « styles migratoires » dont on trouve une illustration dans le Journal du Voyage de Montaigne), les traductions d’ouvrages et les réceptions, dans ces ouvrages, d’une autre culture (par exemple, le fait de gommer, dans certaines traductions, des références à des lieux étrangers que le public ne connaîtrait pas), mais aussi les poncifs sur les « étrangers » et les antipathies (préjugés, stéréotypes, etc.) que révèlent les correspondances épistolaires, les proverbes populaires, etc., comme les regards de sympathie, d’ouverture, révélateurs de curiosités, du sens d’une culture commune, de solidarités.

Si les sources considérées seront « culturelles », au sens littéraire et artistique, la réflexion ne peut pas faire l’économie d’une analyse plus historique et politique sur la définition même de l’Europe et d’une conscience européenne telles qu’elles se dessinent en Italie. Initialement définie par les Grecs comme une réalité géographique qui la différencie de l’Asie et de l’Afrique, l’Europe devient au Moyen Âge une « unité historique » (Lucien Febvre) qui est faite d’une civilisation marquée par le christianisme, avant de devenir politique à la fin du XVIe siècle.

Les travaux pourront donc constituer, par leur nature même, une réflexion sur l’Europe et les nations, sur l’idée d’Europe se faisant jour à travers aussi bien les attirances que les rejets, les traversées que les frontières, les correspondances épistolaires que les styles artistiques, les textes de fiction que les textes historiques.

Sans que soit nécessairement formalisée une réflexion abstraite sur l’idée d’Europe, on peut se demander si et comment naît une conscience européenne en Italie, et quel rôle a joué pour cette question la façon dont les Italiens sont perçus en Europe.

Axes de réflexion

  • la conscience de soi, la conscience nationale, la conscience européenne chez les Italiens (ressemblances et dissemblances des peuples, poursuite d’un idéal commun, idée et représentation de l’Autre)
  • les stéréotypes (parmi lesquels l’italophobie) : à quoi correspondent-ils ? pourquoi existent- ils ? quelles sont leurs fonctions ?
  • la réflexion sur la délimitation des « nations » dans une Europe qui est un ensemble à la fois cohérent et pluriculturel
  • Les Italiens dans l’union chrétienne contre les Ottomans
  • influence des « guerres d’Italie » dans la conscience de soi et de l’autre européen ; réflexion sur la faiblesse de la péninsule italienne
  • les conséquences de la Réforme protestante à partir de 1520 sur la conscience de soi des Italiens par rapport aux autres nations européennes et vice-versa
  • les déplacements des artistes italiens en Europe et des artistes européens en Italie
  • la circulation des livres italiens en Europe / la réception des livres européens en Italie
  • les pièces de théâtre et les romans qui mettent en scène des Italiens comme sources pour les « représentations » des étrangers (le théâtre élisabéthain et les Italiens tels qu’ils sont représentés à travers les personnages par exemple)
  • la question de la langue : le latin comme langue commune culturelle/ les langues nationales ; importance d’un parler identique pour marquer la cohérence d’un pays
  • le rapport à la langue étrangère : ignorance, refus, apprentissage, modalités de communication ; publications de vocabulaires polyglottes ; rédaction de manuels de conversation plurilingues à destination des marchands ; apparition du métier d’interprète dans la seconde moitié du XVIe siècle…
  • la traduction, à l’origine même de l’Europe pluriculturelle (Europe née de et dans la traduction, Meschonnic). Traduction des œuvres italiennes / traduction des œuvres européennes en Italie ; rapport avec la langue nationale comme outil légitime de l’expression littéraire etc. (source : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article6766)

Comité scientifique

Comité d’organisation

Télécharger le preprogramme

On parle de nous!

Un compte-rendu de l’ouvrage Lectures italiennes dans les pays wallons à la première modernité (1500 – 1630) avec des appendices sur les livres en langue italienne et sur les traductions de l’italien en français, réalisé dans le cadre d’EDITEF par Nicole BINGEN et Renaud ADAM  vient de paraître :
Amélie Ferrigno, De Gulden Passer. Journal for Book History, n° 95 (1), 2017, p. 180-182.

 

Retour sur le colloque de clôture du projet EDITEF

Du 27 juin au 30 juin 2017, s’est tenu le colloque international de clôture du projet EDITEF Poco a poco. L’apport de l’édition italienne dans la culture francophone. Organisé par Chiara Lastraioli, ce colloque a correspondu au LXe Colloque international d’études humanistes du CESR et a eu lieu entre le CESR et la Bibliothèque Mazarine.

Lors de cette rencontre nous avons attiré l’attention sur les principaux acteurs qui ont permis l’essor d’une production intellectuelle et éditoriale dont la permanence au sein des milieux francophones s’est déployée sur la longue durée, caractérisant ainsi la culture d’accueil pendant l’Ancien Régime. De fait, l’« italianisme bibliophilique » a largement contribué à la postérité de la culture humaniste et renaissante jusqu’à la Révolution, permettant l’acclimatation, au nord des Alpes, de modèles littéraires, philosophiques, artistiques, scientifiques, mais également iconographiques et typographiques d’origine italienne.

Résumé des interventions
Edoardo Roberto Barbieri (Università Cattolica del Sacro Cuore)
Le dediche della Bibbia di Antonio Brucioli a Francesco I di Francia 
La figura di Antonio Brucioli ha più volte richiamato l’attenzione degli studiosi, specie per la sua traduzione italiana della Bibbia (prima edizione completa, 1532). Tale opera, in parte finanziata dai Giunta di Venezia, è arricchita di due lettere di dedica (l’una per l’Antico, l’altra per il Nuovo Testamento) a Francesco I di Valois- Angoulême re di Francia. Queste nuncupatorie non sono semplici esercizi retorici, ma veri arsenali ideologici che in effetti verranno ristampati anche nelle edizioni successive. Se n’è stata proposta un’attenta lettura tentando di valorizzare il significato religioso di tale operazione, anche alla luce dei rapporti tra il Brucioli e Renata di Valois-Orléans duchessa di Ferrara.
***
Rosanna Gorris Camos (Università degli studi di Verona – Gruppo di studio sul Cinquecento francese)  
Le lys et la croix : la politique culturelle de Marguerite de France et d’Emmanuel-Philibert de Savoie
Dans notre communication nous avons abordé la politique culturelle d’Emmanuel-Philibert de Savoie et de Marguerite de France, un politique de frontière qui encourage les Muses franco-italiennes, inaugure de vastes collections de manuscrits, de livres et d’autres objets (cf. la belle exposition actuellement en cours à Turin sur Le meraviglie del mondo, http://www.museireali.beniculturali.it/index.php/it/eventi/181- lo-statere-di-amatunte-torna-nel-medagliere-reale ). En utilisant une constellation de documents inédits nous avons reparcou l’arrivée de grands auteurs italiens, comme Giovanbattista Giraldi, et d’imprimeurs comme Torrentino qui, invités par les ducs de Savoie, s’installent à Mondovì où le grand auteur ferrarais va publier ses Hecathommiti en 1565. Mais l’Université et la Cour de la duchesse sont aussi un vero rifugio et sicurissimo porto qui vont accueillir des auteurs italiens et français, des professeurs et des artistes de diverses tendances spirituelles. Le duc de sa part suivait la politique d’autres princes italiens qui avaient confié à l’imprimerie un rôle important dans leur stratégie de propagande et de construction d’une image de prince moderne.
***
Franco Pierno, University of Toronto
Lingua toscana in bocca calvinista. Dizionari e grammatiche per imparare l’italiano nella Ginevra cinquecentesca
Durante gli anni in cui Calvino esercita il potere religioso e politico a Ginevra (1541-1564), si costituisce il grosso della comunità ginevrina degli esiliati italiani religionis causa, comunità nutrita soprattutto da apporti toscani e, più precisamente, lucchesi. Il mercato editoriale ginevrino (e svizzero, in generale) rappresentava, del resto, un motivo di espatrio molto allettante. Le ragioni ideologiche sottese alla Riforma (traduzione dei testi sacri, attenzione per la formazione teologica e spirituale dei credenti, ecc…), alimentavano infatti, in maniera esponenziale, una produzione necessaria (e richiesta) di testi religiosi. Tuttavia, a fronte di un mercato del libro ‘sacro’, ne esisteva un altro più profano, dedito alla vendita e diffusione di grammatiche e dizionari di lingua italiana a uso dei francofoni (o di altri stranieri). Come ha osservato Nicole Bingen questa produzione editoriale ginevrina era fondamentalmente destinata ai «giovani discenti maschili, essenzialmente di classe nobiliare» che giungevano in riva al Lemano per frequentare i corsi dell’Accademia di Calvino e che fra le altre lingue imparavano anche l’italiano, «essenzialmente ai fini della comunicazione orale, pratica e mondana»1. Tuttavia, sempre secondo Bingen (nelle stesse pagine), la produzione editoriale ginevrina in didattica dell’italiano soddisfaceva probabilmente un pubblico pedagogico più ampio, includendo per esempio gli intellettuali protestanti che volevano confutare i testi cattolici o i figli degli emigrati italiani.In questa comunicazione si vorrebbero passare in rassegna questi testi didattici e normativi, descrivendone intenti linguistici e tentando di desumerne posizioni metalinguistiche: quali idee di lingua emergono da questa produzione dell’esilio? Altro punto fondamentale, pressoché inscindibile dal precedente, sarà costituito dalla valutazione dei rapporti esistenti tra queste idee e la sovrastante ideologia estetica e morale calvinista: esisteva una normativa, una pedagogia linguistica italiana dettata dalla/ispirata dalla riforma calvinista?
***
Bruna Conconi (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna)
« Demonstrer ce qui est plus clair que le plein midy »: italianisme et traduction d’après les inventaires de la Croix du Maine et Du Verdier
La traduction a joué à la Renaissance, on le sait bien, un rôle de premier plan dans la diffusion de l’italianisme au-delà des monts. C’est ce que savent aussi les hommes de lettres du XVIe siècle : nul hasard en somme si les premiers inventaires de la production contemporaine rédigés en France, les Bibliothèques de La Croix du Maine et Du Verdier, donnent autant d’importance aux réalisations et aux projets de traduction d’auteurs italiens. Leur but est tout simplement de sauvegarder la mémoire et non pas de juger, disent les deux bibliographes ; aucune hiérarchie ne sous-tend leurs ouvrages ; l’ordre des entrées est dans leurs répertoires strictement alphabétique. Ce qui n’empêche évidemment pas au lecteur du XVIe siècle, comme à celui du XXIe, d’observer les rapports de force liant la culture italienne et la culture française, la seconde ayant d’après eux définitivement dépassé la première en ce début d’automne de la Renaissance; mais ce qui permet aussi d’apercevoir les premiers signes de nouveaux rapports de force qui sont en train de s’instaurer entre traducteurs, éditeurs et lecteurs, soit l’émergence d’une nouvelle figure de médiateur  culturel,  d’un professionnel des lettres pour qui une traduction n’est pas le fruit d’un loisir lettré, mais la réponse à une demande précise du marché.
***
Alessandro Turbil (Paris 3 Sorbonne Nouvelle – Università di Torino)
Les traductions des Triumphi entre les règnes de Louis XI et de Henri II : une longue époque de transition
Admiré entre XIVe et XVe siècles par les humanistes français, qui considéraient ses écrits latins en tant que sacrata, Pétrarque a pu longtemps représenter un point de référence incontournable et toujours vital, pour ceux (hommes des lettres et non) qui fréquentaient les milieux culturels proches de la cour. Même quand la polémique anti-italienne essaiera à plusieurs reprises de limiter son autorité de probatus auctor, tant la figure du philosophus moralis auteur du De Remedis et du De viris illustribus que celle du poète amoureux de Laure auteur des Triumphi et des Rerum vulgarium fragmenta résisteront face aux attaques des polémistes. Ces deux dimensions, qui ont coexisté tout au long du XVIe siècle, étaient tout à fait complémentaires à l’époque où plusieurs adaptations en vers et en prose des Triumphi parurent en France (1470-1555). Le grand intérêt que les Triumphi suscitèrent est prouvé par le fait que ce poème est le seul ouvrage en langue vernaculaire du poète italien qui sera plusieurs fois traduit en France. À travers l’histoire de la réception française du poème allégorique de Pétrarque, on essaiera de présenter dans le cadre de cette contribution quelques éléments de réflexion nouveaux. Tout d’abord on examinera notre corpus (traduction en prose A ; traduction en alexandrins de Symon Bourgouyn ; traduction en prose B ; traduction en vers héroïque de Jehan Maynier ; traduction en terza rima de Vasquin Philieul) du point de vue de la critique textuelle et, en particulier, en ce qui concerne l’étude des manuscrits et des éditions qui ont conservés ces traductions en moyen français jusqu’à nos jours. Ensuite nous examinerons les caractéristiques des différentes traductions pour essayer de proposer une synthèse entre hypothèse(s) de datation, forme et structure de chaque adaptation et possible contexte culturel de production/réception.
***
Mario Armellini (Université de Rouen Normandie)
Tra Italia e Francia: influenze e scambi transalpini nei primi decenni di vita del libro musicale a stampa 
Nel 1501 vede la luce a Venezia, grazie ad Ottaviano Petrucci, il primo libro a stampa di musica polifonica. Quel momento inaugura, nell’ambito dell’editoria musicale appena inventata, una serie di scambi reciproci tra Italia e Francia che interesseranno, oltre ai repertori pubblicati, anche le tecnologie di stampa, i formati librari, e le modalità di organizzazione e presentazione grafica delle musiche, e che faranno di Venezia e Parigi, nel volgere di pochi decenni, i principali centri produttivi del libro musicale.
***
Roberta Frigeni (Fondazione Bergamo e Storia)
La Francia vista dall’Italia. Il caso delle Scritture di Francia di Comino Ventura. 
L’intervento ha evidenziato l’interesse suscitato tra il pubblico bergamasco dalle “seditioni” politico-religiose del secondo 500 francese, concentrandosi sull’analisi delle lettere dedicatorie che aprono le diverse edizioni della Raccolta di scritture pubblicate in Francia. La Raccolta è particolarmente interessante per rilevare il multiforme profilo di Comino Ventura: tipografo, collettore, autore, editore delle proprie pubblicazioni. Il convegno ha costituito l’occasione per presentare il volume di recente uscita: Roberta Frigeni – Gianmaria Savoldelli, Comino Ventura tra lettere e libri di lettere (1579-1617) (in corso di stampa per i tipi di Olschki) che illustra il ruolo delle ‘lettere di dedica’ nella produzione editoriale del tipografo bergamasco.

***

Chiara Lastraioli (CESR – Université François-Rabelais), Silvia D’Amico (Université Savoie Mont Blanc), Silvia Fabrizio-Costa (Université de Caen Basse-Normandie)
EDITEF : bilan et perspectives

Chiara Lastraioli, Silvia D’Amico et Silvia Fabrizio-Costa ont dressé un bilan du projet en présentant au public les réalisations d’EDITEF :

***

 Natalia Maillard Álvarez (Universidad Pablo de Olavide)
« Imprimeurs et libraires italiens dans le monde ibérique (16e siècle) »
Le marché des livres en Espagne et dans ses possessions américaines se révéla très tôt dépendant de la production des imprimeries étrangères, italiennes notamment (vénitiennes en particulier). Les étroites relations culturelles entre les deux péninsules de la Méditerranée occidentale apparaissent également à travers la présence précoce des imprimeurs et libraires italiens en Espagne, tels Domenico da Robertis, Giovanni de Giunti ou Andrea Pescioni. Ces professionnels du livre agirent pour leur compte ou en tant qu’agents des maisons éditoriales les plus puissantes. Cet article revient sur le rôle de ces agents culturels dans le marché espagnol ou américain, tout particulièrement en analysant la manière dont s’organisèrent les routes commerciales via lesquelles les livres passèrent d’Italie au monde ibérique.
***
Elisa Gregori (Università degli Studi di Padova)
«Una lingua che gli italiani riuscirono a imporre».L’amore per la lingua italiana tra traduzione, autotraduzione, imitazione.
L’interesse e la diffusione per l’italiano come lingua letteraria nel Cinquecento in Francia, e non solo, è oramai un elemento acquisito dalla storia della letteratura, anche se questo fenomeno, che non si è ancora finito di esplorare in tutta la sua ricchezza e complessità, necessita di continui studi e ricerche.La diffusione del libro italiano in Francia nel XVI secolo è sorprendente e ne sono già state esplorate molte delle cause storiche, culturali e letterarie; sostanzialmente i libri circolavano in lingua originale, in traduzioni (sia a opera di prolifici traduttori francesi quali Chappuys ma anche di italiani che per motivi politici o economici avevano trovato rifugio al di là delle Alpi, si pensi a Simeoni) ma anche in autotraduzioni (si pensi a Zuallart, nato in una realtà francofona, Ath nell’Hainaut, che dichiara di aver composto il suo Devotissimo viaggio di Gerusalemme in italiano per impratichirsi e perché “lingua più commune che si parla in questo santo viaggio”, e di cui, anni dopo, proporrà un’edizione francese rivista e aumentata) e ancora a composizioni in lingua italiana: tutte operazioni che rispondono al desiderio di imparare e fare propria una lingua che veicola modelli letterari e culturali. Accanto a una fiorente produzione francese ispirata agli originali italiani e in particolare a Petrarca e al petrarchismo, si assiste a una creazione in lingua italiana che varia da brevi composizioni (stanze, sonetti liminari) a vere e proprie raccolte, «canzonieri» scritti in italiano da autori francesi. L’intervento ha voluto dar conto della diffusione della lingua italiana attraverso queste varie modalità e soffermarsi in particolare sulla traduzione e scrittura in lingua italiana da parte di autori francesi. Tre scrittori in particolare ci hanno lasciato le testimonianze più significative in lingua italiana: Odet de La Noue, Pierre Bricard e Gaspard Bachet; una rapida disamina dei loro tre Canzonieri permetterà di cogliere la complessità del fenomeno dello scrivere in una lingua altra che corrisponde a interessi e bisogni diversi e che non guarda sempre e solo a Petrarca ma attinge anche a una tradizione più largamente petrarchista e che nella lingua altra esprime motivazioni differenti.
***
Riccardo Benedettini (Università di Verona – Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese)
Les Lettere de Claudio Tolomei dans la traduction «argentée» de Pierre Vidal
Pierre Vidal, dans la traduction qu’il fait des Lettere de Claudio Tolomei, s’excuse des fautes qui s’en trouveront dans ses Lettres argentées et écrit que tout homme «peut bien cognoistre qu’elle difficulté intervient, en la traduction d’une langue en une autre». Aux prises avec un texte qui le passionne et le transporte, le traducteur prend ces lettres du gentilhomme Siennois et, les comparant aux fleurs d’une belle prairie, les transporte dans une langue française qui se  montre particulièrement rétive. Si grand que soit son respect pour Tolomei, Vidal change l’ordre des lettres mais, malgré cette modification déformante, il essaie de rester fidèle à l’équilibre des images créés par le Toscan, sans en réalité se faire effrayer par les hardiesses de l’italien. C’est aussi pourquoi dans cette communication nous avons jugé bon de présenter certains éléments, linguistiques et culturels, de cette traduction. Si Tolomei est quelque peu trahi, la version française de ses lettres n’en décline pas la valeur, comme le titre radieux de lettres argentées le montre.
***
Paolo Procaccioli (Università degli Studi della Tuscia)
Da modello a stereotipo. Henri III, Corbinelli, Montaigne e i libri di lettere italiani in Francia 
Partendo da fatti noti come l’interesse per le lettere amorose di Henri III e della sua corte – interesse documentato per i primissimi anni Ottanta – e come la richiesta allora avanzata a Jacopo Corbinelli di procurare un prontuario di quella tipologia epistolare, il contributo ha proposto una riflessione sulla fortuna crescente del libro di lettere italiano nella Francia del secondo Cinquecento. In particolare ha ipotizzato un collegamento tra quelle iniziative e le numerose aggiunte polemiche che Montaigne introdusse nell’edizione 1588 degli Essais, quando modificò profondamente il capitolo I 40 (Considération sur Cicéron). Fu in quella circostanza infatti che introdusse una serie di passaggi fortemente critici nei confronti della lettera amorosa e della scrittura epistolare in generale, passaggi che non trovano giustificazione nella materia di quello specifico saggio e che parrebbe logico leggere come reazione al modello testuale e editoriale tanto celebrato a corte.
***
Amélie Ferrigno (Bibliothèque Mazarine)
Quelques figures de l’italianisme bibliophilique dans le fonds de la Bibliothèque Mazarine
L’enquête menée dans le fonds de la bibliothèque Mazarine a mis en évidence différentes voies par lesquelles le corpus des 4000 ouvrages en langue italienne s’est constitué, révélant les indices des routes empruntées par le livre italien durant la première modernité et retraçant une chronologie des divers possesseurs. Le  collectionnisme,  privé  ou  institutionnel,  apparaît  comme  une  des voies  du développement de l’italianisme littéraire, et participe à l’essor de la production et de la diffusion intellectuelle et éditoriale du livre italien dans les milieux francophones. Les données collectées et l’examen des diverses marques de provenances mettentainsi en lumière quelques figures de « l’italianisme bibliophilique ». Les exemplaires retrouvés et la reconstitution partielle de leur bibliothèque, témoignent des intérêts et des caractéristiques de la constitution des collections en langue italienne.
***
Carlo Alberto Girotto (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
Des éditions « populaires » de la Renaissance italienne à la Bibliothèque de l’Arsenal
Souvent détruites une fois leur lecture achevée, de nombreuses éditions « populaires » de la Renaissance italienne sont pourtant conservées dans les principales bibliothèques pari- siennes : celle de l’Arsenal en détient un ensemble particulièrement riche, venant de la collection du Marquis de Paulmy (1722-1787), fondateur de cette même bibliothèque. En cherchant à donner un premier regard sur cet ensemble, cette contribution s’est penchée aussi sur les raisons de la présence en France de ces éditions, élément qui questionne aus- si les caractéristiques du collectionnisme philo-italien d’ancien régime.
***
Monique Hulvey
L’Italie  au  miroir  de  quelques  collections  particulières  lyonnaises  de  la RenaissanceL’exploration des collections assemblées à Lyon à la Renaissance procure un terrain propice à l’étude de l’italianisation des milieux lettrés lyonnais et de leurs réseaux de sociabilité étendus. Ferment d’humanisme avec l’arrivée des grandes éditions grecques et hébraïques venues de la péninsule, le livre italien constitue une source d’inspiration qui perdure au fil des lectures, des échanges et des transmissions. Des mains des collectionneurs à celles d’imprimeurs humanistes prestigieux, il demeure une source recherchée par philologues et historiens. Sa permanence dans les bibliothèques privées comme dans les officines des libraires aux siècles suivants permet d’évoquer les domaines de prédilection des érudits lyonnais : hébraïsme chrétien, quête de l’Antiquité, humanisme et ouverture aux découvertes qui ont marqué la période moderne.
***
Massimo Scandola (CESR-Université François-Rabelais de Tours)
Les lectures italiennes dans les bibliothèques particulières en France (XVIIe-XVIIIe)Inscrite dans le programme de  recherche  EDITEF, cette  contribution  entendait explorer certains aspects de l’italianisme bibliophilique en tant que phénomène qui dure pendant tout l’Ancien Régime. Des enquêtes systématiques concernant la diffusion des textes italiens (en langue originale ou en traduction, en public ou en privé, etc.) dans certaines collections privées de l’Âge Classique jusqu’à la fin du XVIIIe siècle ont permis de reconstituer les réseaux des intérêts littéraires des lecteurs érudits : robins, ecclésiastiques, comédiens et nobles. On s’est proposé d’analyse trois ou quatre typologies de lecteur appartenant aux mêmes réseaux : l’aristocrate, le clergé et l’académicien scientifique de la fin du XVIIe siècle à la moitié du siècle successif. Quels auteurs italiens ont été lus à l’Âge Classique ? Dans quelle langue ont-ils été le plus appréciés, en langue originale ou par la traduction en langue française ? Quels ont été les principaux acteurs de cette diffusion dans les bibliothèques particulières des nobles, des magistrats, des comédiens ou des scientifiques et leur apport respectif ? Trois catégories de sources ont été retenues pour cette approche : la production imprimée, les inventaires de librairies et les catalogues des ventes des bibliothèques privées.
***
Renaud  Adam (Université de Liège)
‘Et a questo disiderio d’imparare detta lingua mi hanno indotto essi vostri scritti’. La diffusion du livre italien à Liège à la première Modernité  
La phrase mise en exergue dans ce titre est tirée d’une lettre écrite par l’humaniste liégeois Dominique Lampson à Giorgio Vasari en 1567 dans lequel il lui fait part de toute son admiration pour ses travaux. Flatté par cet hommage, le Toscan l’a intégrée dans sa seconde édition de ses Vite parue à Florence en 1568. Au-delà de l’anecdote, ce passage nous fournit un bel indice sur l’écho reçu par les écrits de Vasari à Liège et, plus largement, sur la circulation de livres en italien en bords de Meuse. Au départ du personnage de Dominique Lampson, ami et correspondant de Juste Lipse, nous nous sommes penchés sur la réception des lettres italiennes à Liège, cette ville au carrefour des influences latines et germaniques. Nous avons en premier lieu évoqué le groupe de lettrés que Lampson a réuni autour de lui, dont Philippe de Maldeghem auteur d’une traduction en français des Rime et des Trionfi de Pétrarque publiée à Bruxelles en 1600. Ce point nous a permis ensuite de revenir sur le marché du livre italien – en langue originale ou en traduction – à Liège en s’appuyant non seulement sur la production imprimée locale, mais aussi sur la circulation effective des livres italiens par le truchement de l’étude de bibliothèques ayant appartenu à des Liégeois ainsi que par l’exploitation des archives de la firme des Plantin-Moretus. Cette communication a offert, nous l’espérons, un panorama inédit de la diffusion des lettres italiennes dans une ville située aux confins de la francophonie.
***
Ilaria Andreoli (CNRS, Paris – Fondazione Cini, Venise)
Un « lyonnais italianisant » : les éditions italiennes illustrées de Guillaume Rouillé.  
Au cours du premier siècle de l’imprimerie Lyon fut le principal centre de production de livres italiens hors d’Italie. Un des acteurs principaux en fut l’éditeur-libraire Guillaume Rouillé dont les relations personnelles et commerciales avec Venise étaient très fortes.Une grande partie de sa production est en effet illustrée par des séries de bois gravés, reproduisant ceux qui figuraient déjà dans les éditions vénitiennes des mêmes titres : ceux des « Trois Couronnes » ou des nouveaux classiques tels que le Roland furieux de l’Arioste, les traductions-adaptations en vers des Métamorphoses d’Ovide, ou encore les séries biblique adaptées au produit typiquement lyonnais des Figures de la Bible. D’autres textes, œuvres d’auteurs italiens ou traductions italiennes d’auteurs français, furent imprimés pour la premiere fois entre Rhône et Saône à sa marque « à l’escu de Venise » et pourvus d’illustrations originales. Ainsi ses nombreuses éditions des Emblèmes d’Alciat, des Devises de Paul Jove et de l’abondante production des antiquaires locaux au premier rang desquels on doit compter les œuvres de Guillaume Du Choul mais aussi le « manuel » numismatique composé par Rouillé lui-même.Les modèles iconographiques des livres italiens imprimés à Lyon suivent généralement une trajectoire qui va de Venise vers Lyon et poursuivent souvent leur voyage vers l’Espagne entre les pages des traductions de textes italiens en castillan destinées a la communauté espagnole locale mais surtout à l’exportation. Ainsi se constitua un véritable réseau européen de modèles iconographiques qui furent déclinés sur les supports les plus variés, de l’architecture à la peinture, de l’ébénisterie à la broderie et surtout à la majolique historiée de Faenza.
***
Rémi Jimenes (CESR-Université François-Rabelais de Tours)
Défense et illustration de la typographie française: le dépassement du modèle italien dans les matériels parisiens (1540-1550) 
On sait l’influence qu’exerce l’Italie sur les arts du livre européens aux 15e et 16e siècle. A Paris, dès 1470, les presses emploient des caractères romains. Mais c’est principalement à partir des années 1510-1520 que l’italianisme gagne la partie dans la typographie française : en quelques années, les formes antiques s’imposent dans les ornements gravés et les caractères gothiques cèdent la place au romain et à l’italique. Cette italianisation de la typographie parisienne est un fait bien connu. On sait aussi que, dans les années 1540, quelques graveurs de grand talent (Claude Garamond, Robert Granjon et Pierre Haultin) produisent une quantité considérable de nouveaux caractères romains et italiques qui s’imposent rapidement comme des modèles pour la typographie européenne. Ce renouvellement des matériels d’imprimerie au cours de la décennie 1540 repose naturellement sur les formes  italiennes. Mais il semble surtout obéir à une volonté de dépasser ce modèle pour créer une typographie typiquement française.
***
Lorenzo Baldacchini (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna)
Tra i fili della rete. Libri e tipografi italiani nello spazio francofono
Dopo aver analizzato la presenza nelle raccolte di alcune delle principali biblioteche francesi di editori del Cinquecento della portata di Giolito, Marcolini e Zoppino, soffermandosi sull’individuazione di possessori della prima modernità, si è ritenuto utile allargare questa indagine a figure minori, ma ugualmente « specializzate » nella pubblicazione e diffusione di testi in volgare, anche di larga circolazione, quali Giovanni Andrea Vavassori detto Guadagnino e gli esponenti della famiglia Bonfadino. Uno sguardo è stato gettato anche su raccolte di biblioteche di altre regioni francofone.

Télécharger le compendium du colloque.

Exposition dans le cadre du projet EDITEF

Libri italiani, Lecteurs français

30 juin – 29 septembre 2017, Bibliothèque Mazarine (Paris)

« En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit… Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France. »

Exposition conçue dans le cadre du projet EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité)

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS

EDITEF et l’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance »

Le Département d’italien présente l’exposition « La Primavera del libro. Les Italiens et le livre imprimé à la Renaissance »,  organisée par Claire Lesage (département d’italien et coordinatrice du Parcours Italien du Master Lettres), en collaboration avec Dominique Bougé-Grandon, responsable du fonds ancien de la Bibliothèque universitaire de Rennes 2, Noëmie de La Cotte, (monitrice, étudiante du master MAGEMI) et Thomas Gérard et Rémy Janin, étudiants en Master Histoire de l’art (Université Rennes 2), cette exposition a pu être réalisée grâce au travail des étudiants de Licence 2 et 3 d’italien et du Master Lettres « Parcours Italien », assistés également par la stagiaire Lavinia Bassano (Erasmus+) de l’Université de Salerne et par Emiliano Sordano, étudiant en agrégation d’italien et tuteur.

L’exposition va se tenir à la BU entre le 14 mars et le 28 avril prochain. Son objectif est de faire redécouvrir, grâce à une sélection d’ouvrages italiens conservés au fonds ancien de la BU, quelques aspects de la culture italienne à la Renaissance qui ont participé à la construction de la modernité européenne.

Deux conférences sur le même thème ont eu lieus à cette occasion :

– le 14 mars de 15h30 à 17h30 : « Concurrents et collaborateurs : les mondes du livre italien et français aux XVe et XVIe siècles » par Malcolm Walsby, maître de conférence en Histoire moderne à l’université Rennes 2 (salle S206)

– le 16 mars de 15h30 à 17h30 : « L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité » par Chiara Lastraioli, directrice de la MSH Val de Loire (amphi E1)

En savoir plus.

Source de l’information : https://www.univ-rennes2.fr/italien/actualites/exposition-primavera-del-libro-italiens-livre-imprime-renaissance

Les expositions virtuelles du projet EDITEF

L’Italie à Lyon à la Renaissance : l’exemple de Gabriele Simeoni

par Alexandre Parnotte

→ Accéder à l’exposition

capture« Gabriele Simeoni (Florence, 1509 — mort en France après 1577), polygraphe florentin, eut un parcours intellectuel et artistique de chaque côté des Alpes. Issu d’un milieu populaire, il entra dans le monde en recevant une charge auprès de la chancellerie de la République florentine. A la fin de l’année 1528, il fut envoyé en France à la suite de l’ambassadeur Carducci. La République de Florence tombait sous les assauts des troupes impériales. Durant dix années, Simeoni côtoya la cour du roi de France où il fut notamment protégé par Giovanni Caracciolo, prince de Melphes. En 1539, Simeoni retournait à Florence où il resta jusqu’en 1546. Durant cette période florentine, fuyant les ennuis, il demeura quelques mois à Rome entre 1542 et 1543. En 1546, il publia ses oeuvres de jeunesse à Venise. Suivirent plusieurs années d’errance et de précarité entre le nord de l’Italie et la France. C’est à Lyon, où il s’installa avant le milieu des années 1550, que les fruits de son travail furent les plus remarquables. Les dernières années de sa vie demeurent mystérieuses. » (source : Alexandre Parnotte : http://expo.editef.univ-tours.fr/fr/gabriel-simeoni-les-expositions-virtuelles/)

Alexandre Parnotte, historien de l’art spécialiste de Gabriele Simeoni et ingénieur d’étude au Laboratoire LLSETI (Université de Chambéry) du 1er septembre 2015 au 1er septembre 2016, a réalisé trois expositions virtuelles misant à mettre en valeur les activités de Gabriele Simeoni au contact de la Renaissance lyonnaise, notamment dans le domaine éditorial :

capture

L’exposition consacrée aux devises met en évidence le rôle central de Simeoni dans la première édition illustrée du recueil des devises de Paolo Giovio dont l’importance est capitale dans cette mode. L’exposition montre les liens avec les commanditaires, l’éditeur, et rappelle les rivalités auctoriales.

(source : Alexandre Parnotte)

capture

L’exposition dédiée aux antiquités de Lyon replace Simeoni dans le milieu des antiquaires lyonnais, tout en rappelant les origines de l’intérêt du Florentin pour cette science.

(source : Alexandre Parnotte)

capture

L’exposition sur les portraits astrologiques de Simeoni met en valeur le soin qu’il a eu, tout au long de sa carrière, de se représenter et de se célébrer lui-même — qui n’a d’équivalent contemporain que chez le sculpteur florentin Baccio Bandinelli — et notamment en usant du symbolisme astrologique, héritage de sa culture florentine qu’il cultiva avec profit dès ses années françaises.

(source : Alexandre Parnotte)

puce Conception des expositions

Alexandre Parnotte

puce Traductions

Silvia D’Amico, Alexandre Parnotte

puce Conception graphique et technique du site, traitement iconographique

Sylvie Bordat, Alexandre Parnotte

avec la collaboration de Giulia Ventrella-Proust

puce Copyright

Université Savoie-Mont-Blanc, Université François-Rabelais de Tours

Nous remercions les institutions (bibliothèques et archives) ainsi que M. Thierry Boillot pour la mise à disposition gracieuse des images.

Le site est disponible en version française et en version italienne.

Accéder aux expositions virtuelles

capture2

Image d’en-tête : Portrait de Simeoni, Dialogo pio et speculativo, Lione, Roville, 1560.
Lyon, BM, Rés. 389153 , p. 203
© Bibliothèque Municipale de Lyon

Les prochaines manifestations EDITEF (organisées par le laboratoire LLSETI)

Jeudi 9 février 2017, 17h-19h, Salon de l’Académie de Savoie, Château des Ducs de Savoie

alma1) Présentation de l’ouvrage Gabriele Simeoni (1509-1570?). Un Florentin en France entre princes et libraires, Genève, Droz, 2016 de Silvia D’Amico, Catherine Magnien-Simonin (éds.)

par

Bruna Conconi (Université de Bologna), Paolo Procaccioli (Université della Tuscia), Frédéric Meyer (Université Savoie Mont Blanc)

capture2) Présentation des expositions virtuelles L’Italie à Lyon à la Renaissance: l’exemple de Gabriele Simeoni, réalisées par Alexandre Parnotte dans le cadre du projet EDITEF [accéder aux expositions en question]

***

Vendredi 10 février 2017, 9h-12h30, 27, rue Marcoz, salle 3

captureTable ronde sur “Le Virgile italien” à la cour de France : Luigi Alamanni. Recherches en cours et nouvelles perspectives de lecture : les genres littéraires entre l’Italie et la France, bilan sur les documents connus et inédits

animée par

Silvia D’Amico (USMB-LLSETI)

Franco Tomasi (Université de Padoue)

Salvatore Lo Re (Historien)

Paola Cosentino (Université d’Urbino)

Organisation

Silvia D’Amico (silvia.d-amico@univ-smb@.fr)

Franco Tomasi (franco.tomasi@unipd.it)

Télécharger l’affiche

EDITEF projet associé du Consortium CAHIER

Le consortium «CAHIER  (Corpus d’Auteurs pour les Humanités Informatisation, Édition, Recherche) est un consortium interdisciplinaire de projets numériques, en accès libre, menés principalement dans les domaines des «corpus d’auteurs», qu’ils relèvent de la littérature, de la philosophie ou d’une thématique liée à une école ou à une pratique. Constitué en fédération en 2011 dans le cadre de l’infrastructure « CORPUS » (désormais intégrée à la TGIR Huma-Num), l’ensemble de corpus pris en compte dans ce consortium est souvent associé à une activité éditoriale, qu’elle soit seulement numérique ou qu’elle ait un double support (sur papier et en ligne).

CAHIER se propose de :

  • Faire évoluer et consolider les formats de l’édition brute, critique, génétique, encyclopédique

  • Favoriser les échanges de données et de méthodes
  • Rétroconvertir ou faire migrer dans d’autres formats les corpus anciens, dispersés, déjà édités ou non ; de reprendre des programmes achevés afin de les intégrer dans des ensembles moissonnables et interrogeables
  • Pérenniser les données par l’adaptation des formats aux exigences de l’archivage
  • Favoriser le libre accès aux corpus
  • Encourager la valorisation des productions (démonstrations, transferts à d’autres projets, tests comparatifs, communication des résultats, même provisoires)
  • Former de nouvelles générations de chercheurs et d’ingénieurs à compétences mixtes (humanités et informatique) par des stages et des formations diplômantes
  • Savoir adapter ou faire adapter les outils existants, provenant d’autres domaines (par exemple les SIG, les outils de visualisation, d’exploitation des réseaux sociaux appliqués aux documents relatifs aux humanités).

En savoir plus.

La prochaine journée d’étude EDITEF

La traduction de l’italien en français à l’Age moderne : modalités et conséquences d’une professionnalisation

 20 janvier 2017, CESR

Le point de départ de cette journée a été offert par l’opposition, nettement dessinée par Jean Balsamo dans l’introduction à son répertoire Les traductions de l’italien en français au XVIe siècle (2009), entre les traductions de ‘cour’, effectuées dans les années 1530-1540, et les traductions réalisées à partir des années 1570 par des «professionnels des lettres (Belleforest, Larivey, Chappuys), attachés aux libraires et rémunérés à la tâche» (p. 35). C’est à ces traducteurs au «statut mercenaire» (ibid.) que sera consacrée cette Journée d’étude.

En conclusion de cette Journée, une intervention se proposera de continuer la réflexion qu’a fait naître la table ronde qui s’est tenue le 4 mars dernier au CESR dans le cadre du colloque consacré à Chappuys: « Éditer ces traductions aujourd’hui? ».

Programme

9h15 Accueil des participants
9h30 Introduction

Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne) : La traduction de l’italien, entre loisir lettré, engagement religieux et activité éditoriale (1575-1595)

Éditions, rééditions, retraductions

10h00 Alessandro Bertolino (Università degli studi di Torino) : A propos de quelques traductions de Boccace: aspects matériels des éditions et réception des ouvrages

10h30 discussion

10h45 pause

11h00 Francesco Montorsi (Universität Zürich) : Jacques Vincent traducteur ou de l’instabilité de « l’homme d’exercice »

11h30 Bruna Conconi (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna): Arétin psalmiste entre Lyon et Paris : traductions, éditions, exemplaires

12h00 discussion

12h15 déjeuner

Professionnalisation et spécialisation : la traduction de textes scientifiques et techniques

14h30 Monica Barsi (Università degli Studi di Milano): La terminologie des imprese de Paolo Giovio en français dans les traductions du XVIème siècle

15h00 Luciano Formisano (Alma Mater Studiorum – Università di Bologna): Quelques remarques sur les traductions françaises des récits de voyage italiens au XVIème siècle

15h30 discussion

15h45 pause

16h00 Michel Pretalli (Université de Franche-Comté): Le lexique militaire dans les traductions françaises d’ouvrages italiens au XVIe siècle

16h30 Elise Boillet (CESR, Université de Tours): Les Psaumes de l’italien au français: langage biblique et traduction à la fin du XVIème siècle

17h00 discussion et conclusions

A télécharger :

Le projet EDITEF à l’Institut Néerlandais de Rome

Théories et traductions des épithètes d’Homère en Europe à la Renaissance

Colloque international, 23 November 2016 10:00 – 25 November 2016 17:00, Royal Netherlands Institute in Rome, Via Omero 10-12, Roma
Comité d’organisation : Silvia D’Amico (Univ. Savoie Mont Blanc-CNRS), Anne-Pascale Pouey-Mounou (Univ. Paris-IV-IUF)
Comité scientifique : Christiane Deloince-Louette (Grenoble 3), Perrine Galand (EPHE), Harald Hendrix (Institut Néerlandais de Rome), Mireille Huchon (Paris-Sorbonne), George Hugo Tucker (Reading, UK)

Chiara Lastraioli, responsable du projet EDITEF, y tiendra une intervention : D’un projet à l’autre. Perspectives scientifiques de longue durée à l’ère du “financement par projet”: le cas EDITEF

Programme

Mercredi 23 – Institut Néerlandais de Rome (KNIR)

Matin : débats théoriques
Après-midi : passeurs de textes et traducteurs

Jeudi 24 – Palazzo Spada

Matin : domaine italien et langues romanes
Après-midi : domaine français

Vendredi 25 – Institut Néerlandais de Rome (KNIR)

Matin : lexicographie et Europe du Nord
Après-midi : Table ronde

Le projet EDITEF recherche 2 stagiaires

Offres de stage

« Enrichissement d’une base de données biobibliographique (XV-XVII siècles) »

2 postes pendant 6 mois

 Contexte

Le projet de recherche EDITEF (L’Edition Italienne dans l’Espace Francophone à la première modernité) est financé par l’Agence Nationale de la Recherche et né de la nécessité de renouveler les connaissances sur la production, la diffusion et la conservation d’ouvrages en italien dans les régions francophones à la première modernité, qui ont donné lieu à des corpus indispensables à l’essor de l’Humanisme et de la Renaissance dans l’Europe continentale. Afin de mesurer l’indice de compénétration de la culture italienne en France, dans la Suisse romande et dans la Belgique méridionale, l’équipe effectue :

  • une étude des collections publiques et privées actuellement existantes et dispersés présents au nord des Alpes (XVIe-XVIIIe siècles)
  • l’analyse des inventaires des collections et des legs des collectionneurs, ainsi que les correspondances entre bibliophiles.

Le projet EDITEF a mis en place plusieurs outils numériques permettant l’exploitation des données collectées et leur diffusion tout au long du projet et plus particulièrement une base de données biographique (portant sur les acteurs de l’édition italienne dans l’espace francophone) et bibliographique (consacrée aux collections).

Pour en savoir plus : http://www.editef.univ-tours.fr/

Missions des stages

Sous la responsabilité du responsable scientifique et du project manager, votre stage consistera à :
– alimenter la base de données EDITEF au moyen d’une interface développée par le CESR et sur la base de documents fournis par les chercheurs,

– contrôler, corriger et enrichir les fiches existantes

– effectuer des recherches biobibliographiques

– rédiger des descriptions d’exemplaires patrimoniaux.

Profils recherchés

D’une durée de 6 mois, ces stages s’adressent à deux étudiants(es) en cours de Master 2 en histoire du livre, métiers du livre et du patrimoine écrit.

Savoirs & compétences requis :

  • connaissances approfondies du livre ancien patrimonial ;
  • connaissance de la bibliographie matérielle ainsi que des principaux outils bibliographiques et biographiques ;
  • connaissance des principaux outils informatiques de base (bureautique, web, etc.) et du principe de fonctionnement d’une base de données ;
  • compétences paléographiques ;
  • maîtrise de la recherche archivistique ;
  • connaissance de l’italien souhaitée ;
  • rigueur de travail indispensable.

Conditions de recrutement

  • Structure de recrutement : CESR (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Université François-Rabelais de Tours – CNRS, UMR 7323)
  • Gratification : gratification légale en vigueur
  • Durée des stages : 6 mois
  • Prise de fonction : février/mars 2017
  • Modalités de candidatures : Envoyer CV et lettre de motivation avant le 15 janvier 2017 à editef@univ-tours.fr

Contact et informations

Chiara Lastraioli, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours

editef@univ-tours.fr

A télécharger : offre-stage-editef

Retour sur la dernière journée d’étude EDITEF

Fonds italiens et bibliophiles dans l’espace francophone à l’âge moderne

 30 septembre 2016 (CESR)

La recherche sur les provenances des livres anciens s’appuie sur plusieurs indices plus ou moins documentés. La principale difficulté posée par les ex-libris manuscrits consiste, par exemple, non seulement dans leur déchiffrement, mais aussi et surtout sur les renseignements lacunaires qu’ils offrent sur l’histoire des exemplaires et des anciens possesseurs, dont la plupart sont difficilement identifiables. Toutefois, les ex-libris et autres marques d’exemplaires représentent des sources d’information fondamentales lors de la reconstitution des collections anciennes et des réseaux savants de la République des Lettres. D’autres fonds documentaires permettent de compléter les connaissances sur la conservation de l’édition en italien au nord des Alpes, tels que les inventaires post-mortem, les lettres patentes, les legs, et de nombreuses sources imprimées (catalogues de ventes, inventaires de collections privées, religieuses et publiques). Cette journée d’étude a eu vocation à déterminer ce que l’étude des provenances anciennes implique du point méthodologique, mais aussi du point de vue des acquis scientifiques et de leur interprétation. Les interventions se sont limitées à la période de l’Ancien Régime et ont porté sur le livre en italien produit entre la fin du XVe siècle et les premières décennies du XVIIe siècle, qu’il s’agisse de livres manuscrits ou imprimés.

La journée d’étude s’est articulée autour de quatre axes de réflexion principaux:

  • Comment définir une méthodologie de recherche pour les études des provenances ? Problématiques et outils pour les chercheurs.
  • La figure du collectionneur de livres italiens pendant l’Ancien Régime. Qui possédait quoi ? Quelles sont les logiques qui président aux différentes collections ?
  • Les réseaux des collectionneurs. Quel rôle jouent les marchands, les libraires ? Quelle place tiennent les ventes et les échanges entre collectionneurs ? Comment évoluent ces pratiques du début du XVIe à la fin du XVIIIe siècle ?
  • Quel rôle ont joué les legs dans la constitution des fonds institutionnels (musées, bibliothèques, universités, etc.) ?

Une table ronde a clôturé cette journée.

Résumés des interventions

  • Paulette Taieb, Les Challant et leurs livres, XVIe-XVIIIe siècles

« Au point de départ de l’aventure, a été, grâce à Giulio Romero Passarin d’Entrèves et à sa famille, l’accès à un fascicule, distinct de l’inventaire général des biens meubles du château d’Issogne réalisé en 1618, qui recensait les livres retrouvés dans le cabinet de la chapelle du château d’Issogne, auquel on pouvait joindre ceux présents dans la chambre du comte ainsi que quelques exemplaires dispersés ça et là dans les pièces du château. Bien que l’existence de ce fascicule soit mentionnée dans quelques articles, il n’avait fait l’objet d’aucun déchiffrement. Ce travail porte sur des bibliothèques, dont les fonds sont plus tournées vers le nord que vers le sud (sauf pour la bibliothèque trentine du prince évêque Charles-Emmanuel Madruzzo, 1660 et peut-être la bibliothèque romaine de son oncle le cardinal Charles Gaudence Madruzzo, 1630), vers des ouvrages issus de l’édition française, suisse et allemande que ceux issus de l’Italie et qui, sauf en ce qui concerne Jean Frédéric Madruzzo pour lequel on en est sûr, ne sont pas forcément des bibliothèques de bibliophiles, malgré le fait qu’elles comportent, vues de notre époque, des éditions rares. »

  • Francesca Scattola (Università Ca’ Foscari, Venezia), Uno sguardo alle Cinquecentine italiane della bibliothèque Carnegie di Reims

« L’intervento proposto riguarda le edizioni stampate in Italia nel XVI secolo attualmente possedute dalla biblioteca Carnegie di Reims, argomento oggetto della mia tesi di laurea triennale. Dopo qualche cenno alla storia delle collezioni cittadine e ai bibliofili, come Pierre Frizon, che hanno arricchito il fondo italiano con le loro donazioni, mi sono concentrata sul metodo della ricerca (la consultazione del catalogo informatico, l’identificazione dei testimoni, la redazione del catalogo short-title). Inoltre, la ricerca ha portato alla scoperta di due edizioni non ancora censite: l’Epulario edito da Matteo Pagano nel 1557 e il Legendario delle santissime vergini uscito dai torchi dei fratelli Guerra nel 1581. Di entrambi i testi si vorrebbero delineare le caratteristiche principali e ripercorrere sommariamente la diffusione all’estero. Infine, ho citato il caso curioso del Brutum Fulmen. L’opera è inclusa in un corpus che parrebbe italiano, dato che nel fregio tipografico si trovano le iniziali di Antonio Blado, ma si tratta, in realtà, di una contraffazione ginevrina. »

  • Amélie Ferrigno (Bibliothèque Mazarine), Le fonds italien de la Bibliothèque Mazarine, possesseurs et circulation du livre en langue italienne : les premières données

« L’origine du fonds italien de la bibliothèque Mazarine est liée à l’histoire de la bibliothèque du cardinal Mazarin, aux achats effectués par son bibliothécaire Gabriel Naudé, mais également aux divers legs de bibliothèques qui ont enrichi la collection. Aujourd’hui, estimé à environ 4000 unités, il fait l’objet d’un chantier exploratoire qui pose plusieurs questions relevant de la méthodologie, d’une organisation et d’une confrontation entre les différentes données collectées qui offrent autant de perspectives de recherche à l’identification des possesseurs qu’à la circulation du livre italien à Paris. Qui étaient les possesseurs ? Et quel genre de livres possédaient-ils ? En plus des informations que peuvent livrer les inventaires de la bibliothèque (l’inventaire de la première bibliothèque de Mazarin à Rome, l’inventaire de 1661 et celui de 1690), les divers ex-libris manuscrits, cachets, estampilles et autres marques de provenance viennent enrichir l’étude de « l’italianisme bibliophilique ». Le début de l’enquête fait ainsi émerger les premières difficultés quant à la méthodologie de recherche à employer, mais permet déjà de formuler quelques hypothèses sur le circuit du livre italien et révèle des indices sur l’identité des possesseurs, collectionneurs, ainsi que le genre de livres qui constituaient leur bibliothèque. »

  • Anders Toftgaard (The Royal Library, Denmark), Les post-incunables italiens dans la bibliothèque du comte Otto Thott (1703-1785)

« Le plus grand homme qu’il y a en Danemark, et un seigneur d’une érudition si peu commune, que cela surprend tout le monde » ; telle était la description par le noble suédois Knut Posse du collectionneur danois de livres comte Otto Thott (1703-1785). Thott avait une très riche bibliothèque, au contenu très largement européen. Une visite à sa bibliothèque était recommandée par le voyageur italien  Isidoro Bianchi, dans une de ses lettres de voyages, écrite en 1775: “Dopo la Real Biblioteca merita di essere da ogni più colto Viaggiatore conosciuta, e visitata quella di S.E. il Sig. Conte de Thott, che ad una squisita dottina, e ad una memoria prodigiosa sa unire le più gentili maniere”. Le catalogue de la bibliothèque d’Otto Thott comporte pas moins de 7 tomes en 12 volumes (Catalogi Bibliothecæ Thottianæ, Copenhague, 1789-1795). Les manuscrits (4154 numéros dans le catalogue) et les livres les plus anciens (au nombre de 6159 numéros d’imprimés avant 1531 au catalogue) rassemblés par Otto Thott ont été légués à la Bibliothèque Royale ; le reste de sa collection a été vendu aux enchères. Dans notre communication nous nous efforcerons de tracer la quantité, la provenance et l’importance des post-incunables italiens dans la collection de post-incunables établie par Otto Thott et les réseaux par lesquels il a acquis ces livres. Grâce à sa voyage de formation en France dans les années 1720, Otto Thott avait une culture française, qui se reflète aussi dans la collection de peintures. Il est donc très probable que les livres italiens proviennent de collectionneurs français. Étant donné l’absence de documents d’archives, nous ne le savons pas, mais que peuvent nous en dire une lecture attentive du catalogue et une inspection des livres en leur matérialité? »

  • Massimo Scandola (CESR), Livres anciens et bibliophiles italianisants (XVIIe-XVIIIe siècles)

« Dans cette contribution, on a proposé des réflexions sur les différentes voies d’enquêter les lectures italianisantes pendant l’Ancien Régime. Cette contribution a proposé des acquis scientifiques sur la circulation des livres anciens en italien pendant l’Âge Classique par rapport à la diffusion de la langue italienne pendant le royaume de Louis XIII e Louis XIV. Cet essai a essayé de comprendre le différent rôle joué par les livres anciens en italien dans les réseaux de la République des Lettres et dans ceux des nouveaux lecteurs du début du XVIIe siècle. »

  • Renaud Adam (Université de Liège), Les collections d’imprimés italiens du XVIe siècle dans les fonds patrimoniaux universitaires : le cas de l’Université de Liège

« L’Université de Liège, avec notamment quelque 600 incunables et 5000 livres imprimés au XVIe siècle, possède la troisième collection patrimoniale la plus riche de Belgique, juste derrière celles de la Bibliothèque royale de Belgique et de la bibliothèque de l’Université de Gand. À ce titre, elle détient le fond ancien le plus important de la partie francophone du pays. Les ouvrages en italien représentent plus de 5 % de la collections des éditions du XVIe siècle, le troisième fonds en terme d’importance linguistique après le latin (75 %) et le français (12 %), mais étonnement avant le néerlandais (4,85 %), pourtant première langue du pays. Dans l’ouvrage que nous venons de publier avec Nicole Bingen, Lectures italiennes dans les pays wallons à la première Modernité, nous avons pu montrer que la diffusion des livres en langue italienne fut largement marginale dans la partie francophone des anciens Pays-Bas et de la principauté de Liège[1]. Comment dès lors expliquer que la collection d’éditions en italien occupe la troisième place du fonds XVIe siècle de l’Université de Liège ? Une analyse des ex-libris encore présents sur ces ouvrages permettra de fournir de précieux éléments de réponses non seulement pour comprendre les mécanismes qui ont présidé à la constitution de ce fonds, mais également de revenir plus largement sur la circulation de ces ouvrages de l’Ancien Régime à leur entrée dans les collections de l’Université de Liège. »

[1] Nicole Bingen, Renaud Adam, Lectures italiennes dans les pays wallons à la première Modernité (1500-1630), avec avec des appendices sur les livres en langue italienne et sur les traductions de l’italien en français. Préface de Chiara Lastraioli, Turnhout, Brepols, 2015.

  • Jean Balsamo (Université de Reims Champagne-Ardenne), L’uomo del Petrarca: quelques remarques sur les éditions anciennes (XVe-XVIe siècles) de Pétrarque conservées en France et leurs collectionneurs

« Dans sa communication « Le Petrarcha en France et ses collectionneurs (XVIe – XVIIIe siècles) », M. Balsamo reprend les données d’une enquête qu’il avait menée au début des années 1990, mises à jour sur la base des travaux les plus récents ; celle-ci porte sur les exemplaires des œuvres de Pétrarque, conservés dans les bibliothèques publiques de France.

—Sur 160 bibliothèques visitées, 90 possèdent au moins un exemplaire, selon une répartition très inégale : 15 bibliothèques réunissent à elles seules 470 exemplaires (128 pour la seule BnF, 80 à l’Arsenal, 40 à la Mazarine)…. Un seul exemplaire est conservé à Auxonne, le rarissime Petrarca imprimé à Venise par Alessandro Paganino en 1515.

—Les 640 exemplaires recensés appartiennent à 211 éditions (en 235 émissions) imprimées entre 1501 et 1600. Parmi celles-ci, 125 sont d’origine italienne, dont 114 vénitiennes, représentées par 140 exemplaires. Non seulement plusieurs éditions importantes ne sont pas conservées en France, mais le ratio entre édition et exemplaire est beaucoup plus faible pour les éditions italiennes que pour les éditions imprimées à Lyon ou à Bâle. Dans leur ensemble, les éditions italiennes en Italie sont les plus nombreuses, mais individuellement, les exemplaires en sont plus rares, ainsi on ne recense qu’un exemplaire de la première édition du Petrarcha accompagné du commentaire de Vellutello (1525).

—La provenance de ces exemplaires a pu être établie pour la moitié d’entre eux ; elle est disparate. À côté d’un certain nombre de provenances illustres (Montaigne, Rasse de Nœux, De Thou, Marguerite de Valois), on trouve une majorité d’exemplaires courants. La plupart ont été apportés en France tardivement, souvent achetés d’occasion lors  d’un voyage en Italie, en relation à l’apprentissage de la langue italienne. Certains proviennent de bibliophiles modernes. Il est de ce fait difficile de tirer des conclusions précises sur la diffusion réelle des éditions de Pétrarque en France au XVIe siècle.

— L’enquête a permis de mettre au jour l’existence d’une véritable collection pétrarquéenne, systématique, riche d’une vingtaine d’éditions du XVIe siècle, conservés à la Bibliothèque municipale de Montpellier et pour certains d’entre eux, à la Bibliothèque Mazarine. Il s’agit des livres ayant appartenu à Vittorio Alfieri, établi à Paris à la fin des années 1780. Ils proviennent pour une partie d’entre eux d’une confiscation révolutionnaire, et pour les autres, d’un legs tardif du peintre Fabre, lui-même légataire d’Alfieri. Cette collection est surprenante en apparence dans le contexte français. Elle s’explique en termes biographiques et littéraires par admiration d’un poète italien pour le modèle par excellence du lyrisme italien. Mais elle ne se comprend pas moins en relation à des usages bibliophiliques français autant qu’italiens, définis par les libraires parisiens et mis en œuvre par les grands amateurs, de Cisternay du Faÿ (1725) à Floncel (1774), opposant une pratique cumulative à la valorisation de certaines éditions. »

  • Debora Barattin (Université Stendhal-Grenoble 3), Lire en italien à Grenoble au XVIIe siècle

« Au cours de notre M2 et de notre thèse, nos recherches nous ont amenée à nous confronter avec la présence de livres italiens datant de la première modernité dans la ville de Grenoble. Grâce aux ex-libris présents sur les frontispices de ces livres, nous avons pu identifier les noms de certains parmi ces lecteurs ayant vécu en Dauphiné à partir de la fin du XVIe siècle et jusqu’à la création de la bibliothèque municipale de Grenoble en 1772. De plus, grâce au dépouillement de nombreux inventaires conservés aux archives départementales de l’Isère, nous avons pu individualiser différentes collections recelant des livres étrangers, et surtout italiens, de l’époque moderne. À la fin du XXe siècle, Henri-Jean Martin tentait une première analyse de la présence livresque à la fin du XVIIe siècle dans cette ville provinciale, par une série d’études portant sur les registres du libraire Nicolas[1]. À partir de ces travaux, d’autres études ont été proposées afin d’éclairer l’activité typographique et le marché du livre à Grenoble. Certains ont aussi vu dans la ville de Grenoble une communauté apte à une culture littéraire et, par conséquent, tout particulièrement intéressée par les modes littéraires de l’époque, en particulier le théâtre[2]. Dans cette communication nous avons essayé de faire interagir les études existant sur le cas grenoblois avec les premiers résultats de nos recherches concernant plus spécifiquement le cas du livre de théâtre. Nous avons ainsi mis en lumière, d’un côté les collections bibliophiles les plus intéressantes concernant le livre italien en Dauphiné et, de l’autre, les réseaux utilisés par ces amateurs de livres. Nous nous sommes interrogés sur les lieux d’impression italiens les plus représentés dans ces collections, et par conséquent, sur les voies empruntées par ces livres afin d’arriver à leur actuelle destination. »

[1] H.-J. Martin, Livres et lectures à Grenoble. Les registres du libraire Nicolas (1645-1668), Genève, DROZ, 1977.

[2] Maurice Virieux, « L’édition grenobloise et la vie culturelle d’une société » in XVIIe siècle, 1973, n° 101, pp. 15-24 et Günter Berger, « Littérature et lecteurs à Grenoble aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le public littéraire dans une capitale provinciale », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 33, 1986, p. 114-132.

20160930_161832 20160930_161906