Archives par mot-clé : featured

Pépites de la base EDITEF [5]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur une profession présentée dans notre base de données :

Les bibliothécaires

C’est au XVIIe siècle, après l’explosion de l’imprimerie, que se constituent des vastes bibliothèques en France. Déjà à partir du XVIe siècle, les bibliothèques changent de taille, d’usage et d’organisation, avec une nécessité conséquente d’organiser différemment les bâtiments et les collections. À l’accroissement par dons et aux confiscations s’ajoutent le dépôt légal et les acquisitions courantes. Parallèlement, du XVIIe au XVIIIe siècle, la définition du bibliothécaire se précise. L’Encyclopédie de 1751 (1690) parle de ce métier comme « celui qui est préposé à la garde, au bon ordre et à l’accroissement d’une bibliothèque. Il y a peu de fonctions littéraires qui demandent autant de talent. Celle de bibliothécaire d’une grande bibliothèque telle, par exemple, celle du roi, suppose la connaissance des langues anciennes et modernes, celle des livres, des éditions et de tout ce qui a rapport à l’histoire des lettres, au commerce de la librairie et à l’art typographique ». Maurice Caillet dresse un portrait-type du bibliothécaire de l’Ancien Régime : de formation classique, « il a des liens avec la République des lettres, comme auteur, érudit, linguiste, membre de sociétés savantes ou d’académies. Ses compétences professionnelles ont été acquises sur le tas, en s’appuyant sur quelques traités et l’exemple des bibliographes de la Bibliothèque du Roi, de Saint-Germain ou de Sainte-Geneviève. C’est un ecclésiastique ou un célibataire, souvent aux marges (janséniste ou philosophe). Ses activités intellectuelles ont une large part dans son statut. Elles concernent en première ligne les disciplines où la transmission écrite a un rôle dominant (histoire, philosophie, philologie). »

Source : Pallier, Denis, Histoire et évolution du métier de bibliothécaire, 1994, http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/index-des-revues?id_article=43977#appelnote_2

A ce jour, 8 bibliothécaires (profession principale ou pas) sont recensés dans la base EDITEF (cliquez sur un nom pour voir sa fiche) :

Baluze Étienne
Condio Laurentio
Fontanini Domenico & Giusto
Galloys Jean
Laire François Xavier
Quirino Angelo Maria
Senebier Jean
Simon Edouard-Thomas

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rends également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

Pépites de la base EDITEF [4]

Toutes les semaines, l’équipe EDITEF vous propose de découvrir un personnage, ou une institution, présent dans la base de données EDITEF. Cette semaine, nous vous proposons un focus sur le fonds ancien en langue italienne de la Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

« Les Archives diplomatiques constituent le plus ancien service d’Archives constituées de France. Si elles sont ouvertes à la recherche depuis 1830, elles trouvent leur origine au XVIIe siècle et ont poursuivi leur mission à travers les aléas de l’histoire, en s’adaptant aux défis de leur époque.

Le secrétariat d’État aux Affaires étrangères est créé en 1589, avec pour premier titulaire Louis de Revol. En 1680, Charles Colbert de Croissy, secrétaire d’État de 1680 à 1696, rassemble ses papiers ainsi que ceux de ses prédécesseurs, Hugues de Lionne et Arnaud de Pomponne. Il les fait relier de maroquin rouge du Levant, portant les armes de sa famille, la couleuvre. En 1716, les armes du roi remplacent celles des Colbert. Par ordonnance royale, les fonds s’enrichissent au cours du XVIIIe siècle des papiers d’État de Richelieu, Mazarin, Saint-Simon et de nombreuses correspondances d’ambassadeurs. En 1761, Choiseul fait édifier à Versailles un dépôt modèle, conçu pour la conservation des archives, devenu depuis l’actuelle bibliothèque municipale. Lors de la Révolution, le gouvernement regagne Paris. Par le décret du 7 septembre 1790, les Archives nationales sont instituées. Cependant, les archives des Affaires étrangères demeurent gérées de façon autonome. Elles sont alors à la disposition exclusive des diplomates. A partir de 1830, sous la direction d’Auguste Mignet, directeur des Archives et historien célèbre, elles s’ouvrent à la recherche historique. A la construction du Palais des Affaires étrangères, à partir de 1845, les archives y trouvent naturellement leur place. En 1874, la IIIe République confie à un groupe de diplomates, d’historiens et de journalistes la tâche de réfléchir à la communication et la mise en valeur des archives. Ce groupe donnera naissance à la commission des Archives diplomatiques qui existe encore aujourd’hui. Épargnées par la guerre de 1914-1918, les archives des Affaires étrangères sont gravement endommagées lors de la seconde guerre mondiale, malgré les mesures prises pour leur préservation. Les archives courantes politiques et économiques ainsi que les dossiers des étrangers en France sont détruits le 16 mai 1940, à l’approche des Allemands. Durant l’occupation, certains documents sont envoyés en Allemagne et ne seront pas récupérés. Au cours des combats pour la libération de Paris, l’incendie de « l’aile des Archives » du Ministère entraîne la perte d’une partie des archives quand les dépôts sont endommagés. De gros travaux de reconstruction sont engagés après la guerre. Le dépôt est réaménagé selon les normes de conservation de l’époque. Parallèlement, la direction des Archives met en place une politique cohérente de contrôle des archives courantes. Le principe de l’ouverture des fonds après un délai de 30 ans est acquis en 1970 sous l’impulsion de Jean Laloy. La direction étend son implantation, jusqu’alors exclusivement parisienne, à Nantes (archives rapatriées des ambassades, consulats et services culturels et des Protectorats Tunisie et Maroc et du Mandat Syrie-Liban) et à Colmar (archives des services d’occupation française en Allemagne et en Autriche). En 2009, à l’étroit dans les locaux du quai d’Orsay, la direction des Archives transfère les collections parisiennes ainsi que celles de Colmar dans un bâtiment neuf à La Courneuve. » (source : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/archives-diplomatiques/a-propos-des-archives-diplomatiques/cinq-siecles-d-histoire/article/les-origines)

La Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères possède une petite vingtaine d’exemplaires en langue italienne (imprimés entre 1450 et 1630).

Parmi les possesseurs de ces exemplaires, l’un d’entre-eux est particulièrement intéressant :

Casimir Pignatelli, comte d’Egmont

« Fils de Procope Marie Antoine, duc de Bisaccia, et d’Henriette Julie de Durfort de Duras, Casimir de Pignatelli, comte d’Egmont, naît à Paris le 6 novembre 1727. Il commence sa carrière en 1742 dans les mousquetaires avant de devenir, en 1744, mestre-de-camp de cavalerie du régiment d’Egmont . Brigadier en 1748, il est  fait maréchal de camp la même année puis lieutenant-général en 1762 . Il lui est confié, en 1781, le gouvernement de l’Anjou et du Saumurois. À la veille de la Révolution, il est chef de division en Champagne. Le 18 mars 1789, il est élu député de la noblesse du bailliage du Soissonnais aux Etats généraux. Il rejoint ensuite l’Assemblée nationale. S’il figure parmi les partisans de l’Ancien Régime, il consent, lors de la nuit du 4 août, à l’égale répartition des impôts. En 1790, il proteste contre l’abolition de la noblesse. Il émigre au commencement de l’année 1792, et, malade, accepte un commandement en second dans l’armée des Princes où on lui confie les corps d’émigrés du pays de Liège, Brabant, Hainaut et Flandre autrichienne. En cette qualité, il fait la campagne de 1792 dans les rangs de l’armée de Bourbon. Il s’installe à Brunswick où il meurt le 1er déc. 1801… » (Auteur : Lionel Chénedé : https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/le_coin_du_bibliophile_egmont_cle8af3c9.pdf)

Il a possédé les éditions suivantes :

Libro del principe, Machiavelli, Niccolò – 1550

Historie fiorentine… al sanctissimo et beatissimo padre signore nostro Clemente VII pont. Massimo, Machiavelli, Niccolò – 1550

Discorsi sopra la prima deca di T. Livio a Zonobi Buondelmonti et Cosimo Rucellai, Machiavelli, Niccolò – 1500

Delle famiglie nobili napoletane di Scipione Ammirato parte prima, le quali per leuar’ogni gara di precedenza sono state poste in confuso, Ammirato, Scipione – 1580

⇒ conservées à la Bibliothèque du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Description de sa marque de provenance :

« Les armoiries du comte d’Egmont, sous la forme d’un ex-libris, figurent au contreplat de ses livres. Écartelé, aux 1 et 4, chevronné d’or et de gueules de 10 pièces (Egmond) ; au 2, d’or, à 3 pots ou pignattes de sable, 2 et 1 (Pignatelli) ; au 3, d’argent, à 2 fasces bretessées et contre-bretessées de gueules (Argrel en Flandres). Sur le tout, de Gueldres et de Juliers. Il porte les insignes de tous ses titres : manteau de pair, collier de la Toison d’Or et couronne de comte du Saint-Empire. Il existe deux vignettes distinctes qui ne diffèrent que par la présence, ou non, du collier de la Toison d’Or. » (Auteur : Lionel Chénedé)

Accéder à la fiche dans la base de données EDITEF

***

La base de données EDITEF est un outil bio-bibliographique permettant l’exploitation de données qui concernent des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne conservées dans l’espace francophone pendant l’Ancien Régime. La base rend également disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, professeurs), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies). EDITEF permet de relier des exemplaires à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments.) ou de l’analyse des imprimés consultés.

La base EDITEF est maintenant en ligne !

L’équipe du projet ANR EDITEF est heureuse d’annoncer la mise en ligne en libre accès de la base de données EDITEF consacrée à l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.

Cet outil bio-bibliographique permet l’exploitation de données concernant des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne et conservées aujourd’hui dans l’espace francophone. La base rend disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, etc.), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies, etc.). Cet outil vise entre autres à reconstituer les réseaux familiers et professionnels (liens familiaux, collaborations professionnelles).

La base EDITEF permet en outre de relier des exemplaires précis à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments) et d’analyse des marques de provenance présentes sur les exemplaires imprimés, ayant été consultés dans les bibliothèques patrimoniales françaises, suisses et belges (voir la liste).

Ce travail est le résultat d’une collaboration fructueuse entre le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours et de nombreuses bibliothèques de l’espace francophone (France, Suisse, Belgique). Nous remercions chaleureusement les bibliothèques patrimoniales pour leur accueil et pour leur précieuse collaboration.

Responsable scientifique : Chiara LASTRAIOLI, Professeur d’études italiennes

(CESR, Tours)

Chargée du projet : Giulia VENTRELLA-PROUST (CESR, Tours)

Chercheur post-doctoral (2015-2016) : Massimo SCANDOLA (CESR, Tours)

Stagiaire (2017) : Juliette LE GALL (CESR, Tours)

Accéder à la base de données EDITEF :

User’s guide : http://www.editef.univ-tours.fr/Base/UserGuide.asp

La base EDITEF se construit autour de trois objets principaux, en relation entre eux : les Personnes, les Collectivités et les Objets.

     Les Personnes

a) les professionnels de la chaine du livre: imprimeurs, libraires, colporteurs, correcteurs…Ces personnalités sont, quand possible, reliées à leurs marques typographiques.

b) les possesseurs des exemplaires imprimés en langue italienne entre 1450 et 1630 dans l’espace francophone (France, Suisse et Belgique) et en Italie.

Voir la liste de personnes ici. 

Les Collectivités

Cette catégorie indique toute association de personnes, qu’elle soit à but commercial, religieux, scolaire ou autre (ateliers d’imprimeurs, couvents et monastères, universités, collèges et académies, etc.).

Voir la liste de collectivités ici.

Les Objets

Les éditions et les exemplaires ayant été étudiés lors des campagnes de recherche effectuées dans les bibliothèques patrimoniales françaises, suisses et belges (voir la liste) sont présents sous la catégorie des Objets. Aux éditions correspondent les « objets typographiques » : les marques d’imprimeur et les ornements typographiques des éditions ; aux exemplaires correspondent les marques de provenance.

Nous remercions tout particulièrement les bibliothèques patrimoniales suivantes de nous avoir accueillis dans leurs établissements et, dans certains cas, de nous avoir fourni des descriptions d’exemplaires, ainsi que des clichés des marques de provenance :

  • Bibliothèque Abbé-Grégoire, Blois
  • Bibliotheca Bodmeriana – Fondation Martin Bodmer, Genève
  • Bibliothèque Cantonale, Porrentruy
  • Bibliothèque Cantonale et Universitaire, Fribourg
  • Bibliothèque cantonale et universitaire de Mons
  • Bibliothèque d’Architecture, Lettres, Philosophie, Histoire et Arts – Université de Liège
  • Bibliothèque d’Art et d’Archéologie, Genève
  • Bibliothèque de Genève
  • Bibliothèque de l’Abbaye, Saint-Maurice d’Agaune
  • Bibliothèque de l’Hospice du Grand-Saint-Bernard, Bourg-Saint-Pierre
  • Bibliothèque de l’Institut d’histoire de la réformation, Genève
  • Bibliothèque de la Fondation Barbier-Mueller, Genève
  • Bibliothèque des Quatre Piliers, Bourges
  • Bibliothèque des pasteurs, Neuchâtel
  • Bibliothèque du Centre d’études Supérieures de la Renaissance, Tours
  • Bibliothèque du Grand Séminaire, Liège
  • Bibliothèque Mazarine
  • Bibliothèque Municipale d’étude et de Conservation, Besançon
  • Bibliothèque municipale, Mâcon
  • Bibliothèque Municipale, Semur-en-Auxois
  • Bibliothèque municipale, Tournus
  • Bibliothèque Publique et Universitaire, Lausanne
  • Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris
  • Bibliothèque Stanislas, Nancy
  • Bibliothèque Universitaire Lettres Arts & Sciences Humaines – Université François Rabelais, Tours
  • Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin, Namur
  • Médiathèque d’Orléans
  • Médiathèque de Châteaudun
  • Bibliothèques de l’Université Rennes 2
  • Médiathèque de la Communauté Urbaine d’Alençon
  • Bibliothèque de Rennes Métropole – Les Champs Libres
  • Médiathèque Jacques Demy, Nantes
  • Médiathèque Jean Lévy, Lille
  • Médiathèque Louis-Aragon, Mans
  • Médiathèque Pierre-Amalric, Albi
  • Médiathèque Valais-Sion

Toute personne souhaitant participer au projet EDITEF peut contacter directement l’équipe-projet à l’adresse editef@univ-tours.fr

Toute remarque, critique ou observation seront les bienvenues!