Archives par mot-clé : featured

Journée d’étude du projet ECRISA (réseau EDITEF)

L’écriture, ses supports, ses archives

27/09/2017, MSH Val de Loire (salle polyvalente), 9h00-17h30

Financé par l’appel à projets d’Initiative académique 2015 de la Région Centre-Val de Loire, le projet ECRISA se propose d’étudier l’écrit et ses supports dans toutes leurs formes par le biais d’une collaboration étroite entre la MSH  Val de Loire et quatre laboratoires SHS des Universités d’Orléans et de Tours (CESR, CITERES, IRAMAT, LLL). EDITEF fait partie de ce réseau de chercheurs (en savoir plus).

Cette journée d’étude proposera des communications ayant pour thématiques les trois axes de recherche du projet :

1) Les formes de l’écrit/ure,

2) Les supports de l’écriture,

3) Les archives de l’écrit et les collections patrimoniales du Val de Loire à l’Europe.

Programme

9h00 Accueil des participants

9h30 Introduction par Chiara Lastraioli, Directrice de la MSH Val de Loire et responsable scientifique du projet ECRISA

I. Les formes d’écriture

9h45 Paul-Alexis Mellet (CESR)

Les remontrances imprimées (1560-1600): étude d’un corpus hétérogène

10h15 Olivier Marlet (CITERES)

Informatisation et interopérabilité des données archéologiques de terrain

10h45 Pause

11h15 Jacqueline Lafont-Terranova (LLL), Flora Badin (LLL), Maurice Niwese (LLL), Guillaume Chevrot (MISC)

Modéliser le processus d’écriture d’un scripteur de haut niveau : intérêt et limites du repérage automatique des opérations de réécriture à l’aide du logiciel  MEDITE

11h45 Maxence Martin (MSH)

La représentation des relations : présentation de l’outil d’exploration des graphes VisualGraphs

12h15 Déjeuner

II. Les supports de l’écriture

14h30 Florence Troin (CITERES)

CartoMédit : de la théorie à la pratique

15h00 Xavier Bisaro (CESR)

Écouter l’écriture : les sources du chant scolaire à l’époque moderne

15h30 Marie-Élisabeth Boutroue (CESR), Patricia Roger-Puyo (IRAMAT)

Aspect de la matérialité du livre : encres et papiers

16h00 Pause

III. Archives de l’écrit et collections patrimoniales

16h30 David Rivaud (CESR)

Le projet RENUMAR : établir, éditer et valoriser les documents d’archives des fonds régionaux

17h00 Toshinori Uetani (CESR)

Corpus « Bibliothèques Humanistes Ligériennes » et données des « Bibliotheques françoises » pour reconstituer les réseaux d’humanistes à la Renaissance

17h30 Discussion

Télécharger le programme

Contact : Giulia Ventrella-Proust (giulia.ventrella@univ-tours.fr)

En savoir plus sur le projet ECRISA.

EDITEF au colloque international «Les Italiens en Europe (…)»

Trois membres du réseau EDITEF participeront au colloque international

« Les Italiens en Europe : perceptions, représentations, échanges littéraires et culturels (XIVe-XVIe siècles) »

qui se tiendra du 9 au 10 novembre 2017 à l’Université Grenoble-Alpes (Amphithéâtre de la MSH Alpes, Grenoble) :

1) Amélie Ferrigno (chercheuse post-doctorale pour le projet EDITEF à la Bibliothèque Mazarine (Janv.2016-juin. 2017) et chercheuse associée au CESR) présentera une communication ayant pour titre :

La circulation du livre italien en France, enquête à partir des fonds de la Bibliothèque Mazarine et de la Bibliothèque Méjanes

2) Ilaria Andreoli​ (Fondazione Giorgio Cini, Venise-ITEM, CNRS) parlera de

Lyon et Venise. Perceptions, représentations, échanges entre deux capitales de l’imprimerie renaissante

3) Concetta Cavallini (Università  di  Bari) présentera une intervention sur

ll   più   perfetto   favellare della  Toscana’: les Italiens et leur langue selon Montaigne

L’objet du colloque est de réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, aux perceptions que les Italiens ont eues des autres peuples d’Europe et réciproquement à la façon dont ces derniers percevaient les Italiens. Par quels canaux culturels passent ces perceptions ? De quoi sont-elles faites ? Comment les différentes formes d’échanges, parmi lesquelles les migrations des artistes, des écrivains et des voyageurs, ont-elles constitué les représentations des uns et des autres ? Ces représentations ont-elles influé sur l’évolution de l’idée d’Europe ? En quoi ces perceptions sont-elles dépendantes des héritages qui ont construit une idée, avec ses transformations et ses permanences, que l’on s’est faite de l’Europe ?

Les échanges envisagés ici, en-dehors des champs spécifiques de l’économie et de la diplomatie, le seront au sens de vecteurs culturels, et pourront ainsi inclure les migrations culturelles et artistiques tels que les voyages (Hale parle de « styles migratoires » dont on trouve une illustration dans le Journal du Voyage de Montaigne), les traductions d’ouvrages et les réceptions, dans ces ouvrages, d’une autre culture (par exemple, le fait de gommer, dans certaines traductions, des références à des lieux étrangers que le public ne connaîtrait pas), mais aussi les poncifs sur les « étrangers » et les antipathies (préjugés, stéréotypes, etc.) que révèlent les correspondances épistolaires, les proverbes populaires, etc., comme les regards de sympathie, d’ouverture, révélateurs de curiosités, du sens d’une culture commune, de solidarités.

Si les sources considérées seront « culturelles », au sens littéraire et artistique, la réflexion ne peut pas faire l’économie d’une analyse plus historique et politique sur la définition même de l’Europe et d’une conscience européenne telles qu’elles se dessinent en Italie. Initialement définie par les Grecs comme une réalité géographique qui la différencie de l’Asie et de l’Afrique, l’Europe devient au Moyen Âge une « unité historique » (Lucien Febvre) qui est faite d’une civilisation marquée par le christianisme, avant de devenir politique à la fin du XVIe siècle.

Les travaux pourront donc constituer, par leur nature même, une réflexion sur l’Europe et les nations, sur l’idée d’Europe se faisant jour à travers aussi bien les attirances que les rejets, les traversées que les frontières, les correspondances épistolaires que les styles artistiques, les textes de fiction que les textes historiques.

Sans que soit nécessairement formalisée une réflexion abstraite sur l’idée d’Europe, on peut se demander si et comment naît une conscience européenne en Italie, et quel rôle a joué pour cette question la façon dont les Italiens sont perçus en Europe.

Axes de réflexion

  • la conscience de soi, la conscience nationale, la conscience européenne chez les Italiens (ressemblances et dissemblances des peuples, poursuite d’un idéal commun, idée et représentation de l’Autre)
  • les stéréotypes (parmi lesquels l’italophobie) : à quoi correspondent-ils ? pourquoi existent- ils ? quelles sont leurs fonctions ?
  • la réflexion sur la délimitation des « nations » dans une Europe qui est un ensemble à la fois cohérent et pluriculturel
  • Les Italiens dans l’union chrétienne contre les Ottomans
  • influence des « guerres d’Italie » dans la conscience de soi et de l’autre européen ; réflexion sur la faiblesse de la péninsule italienne
  • les conséquences de la Réforme protestante à partir de 1520 sur la conscience de soi des Italiens par rapport aux autres nations européennes et vice-versa
  • les déplacements des artistes italiens en Europe et des artistes européens en Italie
  • la circulation des livres italiens en Europe / la réception des livres européens en Italie
  • les pièces de théâtre et les romans qui mettent en scène des Italiens comme sources pour les « représentations » des étrangers (le théâtre élisabéthain et les Italiens tels qu’ils sont représentés à travers les personnages par exemple)
  • la question de la langue : le latin comme langue commune culturelle/ les langues nationales ; importance d’un parler identique pour marquer la cohérence d’un pays
  • le rapport à la langue étrangère : ignorance, refus, apprentissage, modalités de communication ; publications de vocabulaires polyglottes ; rédaction de manuels de conversation plurilingues à destination des marchands ; apparition du métier d’interprète dans la seconde moitié du XVIe siècle…
  • la traduction, à l’origine même de l’Europe pluriculturelle (Europe née de et dans la traduction, Meschonnic). Traduction des œuvres italiennes / traduction des œuvres européennes en Italie ; rapport avec la langue nationale comme outil légitime de l’expression littéraire etc. (source : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article6766)

Comité scientifique

Comité d’organisation

Télécharger le preprogramme

Exposition dans le cadre du projet EDITEF

Libri italiani, Lecteurs français

30 juin – 29 septembre 2017, Bibliothèque Mazarine (Paris)

« En Italie, au cours du premier Âge moderne (1450-1630), la production d’ouvrages en langue vulgaire – toscan essentiellement – concurrence irrémédiablement le latin, et trouve son premier lectorat auprès des lettrés et des élites de la Péninsule. Plusieurs éléments favorisent alors une curiosité croissante des Français pour la langue et la culture italiennes : les campagnes militaires vers Naples ou Milan de Charles VIII à François Ier ; le développement de l’Humanisme et de la Renaissance à partir des modèles transalpins ; le voyage d’Italie des étudiants ; l’accueil par la monarchie française d’alliés, ou bien de proscrits italiens ; les alliances avec les Médicis, les Este ou les Gonzague, maisons princières entourées d’hommes de plume, de savants et d’artistes.

Le livre est l’instrument décisif de ces échanges, d’autant que la fin du XVe et le XVIe siècle constituent une période d’expansion pour l’édition italienne. Traductions, circulation des exemplaires et traces d’appropriation des livres italiens par les lecteurs français en témoignent. La linguistique et la littérature, l’histoire et la religion sont privilégiées. Mais rapidement se fait jour un intérêt pour des répertoires plus spécialisés où les auteurs italiens font autorité, et où l’illustration ajoute à la séduction : mathématiques appliquées aux affaires, ingénierie civile et militaire, fêtes, entretien du corps et divertissement de l’esprit… Toute bibliothèque française possède bientôt sa part d’ouvrages italiens, de François Ier au plus modeste homme de loi, en passant par Ronsard, l’astrologue du roi Antoine Crespin, l’érudit Peiresc, le savant Mersenne, ou encore les grands serviteurs de l’État au premier rang desquels Mazarin. À travers marques de possession et traces d’usage, les fonds de la Bibliothèque Mazarine éclairent de manière exemplaire ce rayonnement, et ce premier mouvement de pénétration de la pensée, des arts et de la langue italienne en France. »

Exposition conçue dans le cadre du projet EDITEF
(L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité)

Commissariat : Amélie Ferrigno,
avec la collaboration de Christophe Vellet

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
23 quai de Conti, 75006 PARIS