Archives par mot-clé : histoire du livre

Vient de paraître: « Poco a poco ». L’apport de l’edition italienne dans la culture francophone

Poco a poco. L’apport de l’édition italienne dans la culture francophone

Actes du LXe Colloque international d’études humanistes (CESR, 27-30 juin 2017)

C. Lastraioli, M. Scandola (eds.)

Turnhout, Brepols Publisher, 2020

386 p., 34 b/w ill., 156 x 234 mm, 2020
ISBN: 978-2-503-59028-8

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503590288-1

La notion d’italianisme est, depuis plus d’un siècle, une étiquette prête à l’emploi sous laquelle la critique a voulu rassembler les phénomènes les plus divers, relevant aussi bien des arts que des lettres, des modèles politiques et des pratiques sociales, ou encore des savoirs philosophiques, scientifiques et techniques. Ce volume porte un regard différent sur cette question, car il a comme point de départ l’étude de l’influence de la culture imprimée en langue italienne dans les aires francophones à la Renaissance, mais aussi la persistance de cette culture tout au long de l’Ancien Régime dans les grandes collections publiques et privées. Fruit des recherches conjointes des chercheurs participants, parfois de façon continue, parfois épisodiquement, au projet de recherche ANR-13-BSH3-0010-01 L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité (EDITEF), ce volume ouvre des nouvelles perspectives méthodologiques et scientifiques sur des aspects méconnus de l’appropriation de la culture italienne dans le monde francophone, tout en suivant la parabole de la diffusion des textes dès leur impression jusqu’à leur conservation, en passant par leur commercialisation, traduction et appropriation dans les contextes sociaux les plus variés.

 

Chiara Lastraioli est professeur des universités au sein du Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) et du département d’Italien de l’Université de Tours. Elle coordonne le programme Bibliothèques Virtuelles Humanistes et le projet EDITEF. Ses recherches portent sur les littératures italienne et française de la Renaissance, sur la propagande au temps de la Réforme et de la Contre-Réforme et sur la diffusion du livre italien hors de la Péninsule.

Massimo Scandola est docteur de recherche en histoire de la documentation de l’Université de Sienne (2012) et chargé d’enseignement d’études italiennes à l’Université de Tours. Il est chercheur associé au CESR et il a été chercheur postdoc sur le Projet EDITEF. Ces recherches portent sur l’histoire des bibliothèques et sur la circulation des savoirs italianisants en France et dans les Balkans pendant le XVIIe et le XVIIIe siècle.

Table of Contents

I- Aux origines d’une enquête. Le livre italien dans les fonds des bibliothèques
1- Chiara Lastraioli (CESR UMR 7323 – Université de Tours), [Avant propos] «Poco a poco» ou des pérégrinations d’une devise
2- Jean Balsamo (Université de Reims), Une Civile conversation entre l’Italie et la France (1574-1648)
3- Lorenzo Baldacchini (Università di Bologna), Tra i fili della rete. Libri e tipografi italiani nelle biblioteche francesi
4- Monique Hulvey (Bibliothèque municipale de Lyon), L’Italie au miroir des bibliothèques lyonnaises de la Renaissance.
5- Renaud Adam (Université de Liège), « Et a questo disiderio d’imparare detta lingua mi hanno indotto essi vostri scritti ». La diffusion du livre italien à Liège à la première Modernité (1500-1630)

II- Transferts culturels : traductions, imitations et formes du livre en italien
6- Bruna Conconi (Università di Bologna), « Demonstrer ce qui est plus clair que le plein midy » : italianisme et traduction d’après les inventaires de la Croix du Maine et Du Verdier
7- Elisa Gregori (Universita di Padova), « Una lingua che gli italiani riuscirono a imporre ». L’amour pour la langue italienne : imitation, traduction, autotraduction
8- Riccardo Benedettini (Università di Verona), Les Lettere de Claudio Tolomei dans la traduction « argentée » de Pierre Vidal
9- Paolo Procaccioli (Università della Tuscia, Viterbo), Da modello a stereotipo. Henri III, Corbinelli, Montaigne e i libri di lettere italiani in Francia

III- Une approche comparée au livre et à la typographie : Italie, France et Espagne
10- Edoardo Barbieri (Università Cattolica di Milano), Gli « immortali sudori del Brucciolo ». Le dediche a Francesco I di Francia nella Bibbia di Antonio Brucioli (1532)
11- Roberta Frigeni (Museo delle storie di Bergamo), La Francia vista dall’Italia. Il caso delle Scritture di Francia di Comino Ventura (1593-1594)
12- Natalia Maillard-Álvarez (Universidad Pablo de Olavide), Imprimeurs et libraires italiens dans le monde ibérique (XVIe siècle)
13- Rémi Jimenes (CESR 7323 – Université de Tours), Défense et illustration de la typographie française. Le romain, l’italique et le maniérisme sous les presses parisiennes à la fin du règne de François Ier

IV- Lecteurs, bibliophiles et collectionneurs au fil des siècles
14- Alessandro Turbil (Université de Tours), Les Tre Corone dans la bibliothèque des Bourbons et l’affaire Pétrarque au tournant du XVIe siècle : Moulins-Montbrison l’espace d’un réseau d’italianisants ?
15- Amélie Ferrigno (CESR UMR 7323-Bibliothèque Mazarine), L’« italianisme bibliophilique » dans le fonds de la Bibliothèque Mazarine
16- Dorit Raines (Università Ca’ Foscari, Venezia), Le collectionnisme des Aldine en France aux XVIIe-XVIIIe siècles
17- Massimo Scandola (CESR UMR 7323 – Université de Tours), “Livres curieux” et “livres utiles”. Lire en italien dans les bibliothèques robines à Paris au siècle des Lumières

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503590288-1

VIENT de paraitre

Renaud Adam

Le théâtre de la censure (XVIe et XXIe siècles).

De l’ère typographique à l’ère numérique

Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2020 (ISBN 978-2-8031-0749-0).  Disponible ici en format papier et numérique

 

 

Résumé

Cet essai porte sur la censure des livres et, plus spécifiquement, sur sa mise en scène. Il ambitionne d’apporter des éléments de compréhension à un phénomène résolument contemporain par une mise en perspective avec la situation du XVIe siècle. Loin de verser dans un comparatisme historique simpliste, la volonté est de proposer des pistes de réflexions sur la problématique de la censure au début de l’ère numérique à l’aune d’une grille de lecture élaborée pour le XVIe siècle, qui connut l’un des plus grands épisodes « biblioclastes » de l’histoire européenne.

Historien du livre de la première Modernité, Renaud Adam travaille pour la maison de vente Arenberg Auctions (Bruxelles). Ses travaux portent principalement sur l’économie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle), avec une attention particulière aux questions d’ordre socioéconomique, aux transferts culturels et à la réception de la culture italienne. Il a abordé ces thématiques dans plusieurs livres, dont Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme) (2018).

Compte-Rendu

Bibliothecae.itLe compte-rendu de

Shanti Graheli

du volume

Itinéraires du livre italien à la Renaissance. Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège

 sous le direction de Renaud Adam et Chiara Lastraioli
Paris, Classiques Garnier, 2019
est désormais disponible dans la revue en ligne

Bibliothecae.it

vol. 9, 1 (2020), p. 508-510
 

 

 

Parution: Itinéraires du livre italien à la Renaissance Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège

Vient de paraitre

Itinéraires du livre italien à la Renaissance Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège

Renaud Adam et Chiara Lastraioli (eds.)

Paris, Classiques Garnier, 2019

Travaux du Centre d’études supérieures de la Renaissance: 3

 

  • ISBN: 978-2-406-08556-0
  • DOI: 10.15122/isbn.978-2-406-08558-

 

  • Résumé: Ce volume explore les mécanismes sous-jacents de la diffusion de la Renaissance italienne aux confins de l’espace francophone (Suisse romande, anciens Pays-Bas et Principauté de Liège) par le prisme de la circulation et de la consommation de la littérature italienne, en langue originale ou en français.

Parution: TICONTRE 2019

Le dernier numéro de Ticontre (XI, 2019) est en ligne, avec une section monographique intitulée La letteratura sotto i torchi. Bibliologia, storia del libro e studi filologico-letterari »,  éditée par Flavia Bruni, Matteo Fadini, Chiara Lastraioli.

Articles de Paolo Trovato, Martina Cita, Simona Inserra, Stefano Cassini, Giancarlo Petrella, Lorenzo Baldacchini, Paula Almeida Mendes, Vincenzo Trombetta, Andrea De Pasquale.

Dans la section « Saggi » figurent les articles de Luigi Gussago, Brian Zuccala, Ida Grasso, Roberto Binetti, Barbara Juleta Bellini, Valerio Angeletti, Marco Malvestio, Angela Locatelli.

Dans « Teoria e pratica della traduzione » figurent les essais d’Elisa Fortunato et Arianna Autieri, tandis que le « Reprint » d’Alessandro Serpieri est édité par Francesca Di Blasio

Le numéro en pdf est disponible ici

Appel à propositions

Translators and Printers in Renaissance Europe: Framing Identity and Agency

IMLR, University of London , 29–30 September, 2016

RSANewLogoThe European Renaissance witnessed a new significance accorded to the tasks of textual translation, and the printing and dissemination of the resultant works—whether religious tracts, literary or historical works, or popular manuals of instruction. As a consequence, the same period saw a dramatic increase in the importance, even prestige claimed by translators, both women and men, for their skills. Translators and printers made these claims in frontispieces, prefaces, letters of dedication, and the like. In their direct appeal to the reader, such framing devices yield rich information about the material culture of sixteenth-century books, and the scope of translators’ endeavours.

This international conference explores the self-presentational strategies of sixteenth-century European translators and printers, and the tensions and ambiguities therein. Through analysis of paratextual material, this two-day event aims to illuminate the self-views of sixteenth-century translators, and their own accounts of their role as authoritative agents of cultural exchange, national and transnational acculturation.

Keynote Speakers:

Guyda Armstrong (University of Manchester): Materiality, agency, and the book-object in early modern printed translations

Douglas Biow (University of Texas at Austin): Vasari’s Professions

A. E. B. Coldiron (Florida State University): Presenting the Translator: Visibility and the author-function(s) in early modern translators’ portraits

Call for papers

You are invited to submit a paper title, an abstract of 150 words, 3 keywords, and a 300 word curriculum vitae directly to translatorsrenaissance@gmail.com before the 31st of March 2016. The outcome of the submission will be communicated before the 15th of April 2016 and the conference programme will be announced shortly afterwards. Please note that papers should not be longer than 20 minutes.

Registration

More details on the conference and on how to register will soon be posted on this page. Please note that registration will be £25 (regular) or £15 (students).

More…

Série de films sur le livre lyonnais du XVIe siècle

Lyon, une capitale du livre à la Renaissance

CaptureAu XVIe siècle, Lyon fut, avec Paris, Venise, Anvers, Bâle ou Francfort, une des capitales européennes du livre. La ville participait ainsi d’un mouvement européen, par lequel une nouveauté technologique apparue en Allemagne au milieu du siècle précédent (l’impression à caractères mobiles) devenait le vecteur de multiples changements, culturels, linguistiques, artistiques, sociaux, religieux. Mais elle le faisait avec son caractère propre : dynamisme économique d’une ville cosmopolite située au carrefour des voies du commerce européen, absence d’une université ou d’un parlement susceptibles d’exercer un strict contrôle sur la production et la circulation des livres. L’historiographie traditionnelle s’est longtemps contentée de célébrer les noms des grands acteurs de cet « âge d’or du livre lyonnais », imprimeurs, marchands, ou les deux à la fois : Sébastien Gryphe, Étienne Dolet, Jean de Tournes, Guillaume Rouillé. Depuis une cinquantaine d’années, les historiens ont montré comment ces hommes – parfois des intellectuels devenus entrepreneurs, parfois des techniciens devenus hommes de savoir – ont inscrit leur activité dans un tissu social riche et complexe, s’en nourrissant et le nourrissant en retour.

Cette série de films envisage le livre lyonnais du XVIe siècle sous ses différents aspects : ses conditions de production (matérielles, sociales, intellectuelles), sa diffusion, ses usages, sa conservation et sa valorisation à l’ère numérique, les recherches qui lui sont consacrées aujourd’hui. Elle fait ainsi se croiser les interventions de chercheurs de différentes disciplines (histoire du livre, histoire de l’art, histoire culturelle…) et de conservateurs de bibliothèques et de musées.

Conception, scénario et direction scientifique :

  • Michel Jourde (Maître de conférences en littérature française du XVIe siècle, ENS de Lyon – UMR 5037 « Institut d’Histoire de la Pensée Classique »).

Les films :

Voir les films.

Appel à propositions

La « lettre » de l’estampe.

Les formes de l’écrit et ses fonctions dans l’image imprimée en Europe au XVIe  siècle

Colloque pluridisciplinaire et international

B372615206_11458_0847_Illustration_01Et si l’estampe était aussi une affaire de mots, de compositions écrites, de lectures croisées dans l’espace écrit et figuré d’une image ? Avant que le rapport à l’écrit dans la création artistique ne soit entièrement repensé par les avant-gardes, l’estampe aura été pendant longtemps le seul art de l’image où les mots pouvaient être librement associés aux figures et où les parties de texte, insérées dans la composition, pouvaient former une unité visuelle, logique et sémantique avec le dessin. L’objectif du colloque est d’étudier la place de l’écrit, ses formes et ses fonctions dans l’estampe au XVIe siècle, de la production des images à leur utilisation dans des contextes socio-culturels qui pourront être extrêmement variés.

Thématiques envisagées pour les interventions :

  • La lettre et le graveur : y a-t-il une technique de la lettre dans l’image imprimée à la Renaissance ?
  • Comment et pourquoi désigner les images ? La conception du titre, sa fonction et ses usages dans l’estampe.
  • Signatures, adresses et privilèges: l’affirmation du « nom » (d’artiste, de graveur, d’éditeur, d’imprimeur) et sa signification dans l’estampe.
  • Des textes avec ou sans cadres ? La conception des frontispices, des commentaires et des légendes.
  • Lectures, fonctions, usages : ce que la connaissance de la lettre apporte à la compréhension historique des images.
  • L’adresse au « lecteur » : appel au client, promotion de l’artiste ou de l’auteur, dialogue avec le spectateur et lecteur.
  • La place du commentaire, sa forme littéraire et sa fonction dans l’image imprimée.
  • La lettre cartographique : voir et décrire le monde à la Renaissance (plans, vues, mappemondes).
  • La lettre poétique : poèmes, distiques, dédicaces, emblèmes dans l’image imprimée au XVIe siècle.
  • La lettre dévote : les fonctions de la lettre dans l’image religieuse, l’enseignement et les pratiques dévotionnelles au XVIe siècle.
  • La lettre politique : images et discours de propagande dans la gravure européenne au XVIe siècle.

Conditions de soumission

Les propositions d’intervention (titre et résumé de 1000 signes environ, accompagnées d’un court curriculum vitae, sont à adresser

avant le jeudi 31 mars 2016

aux adresses suivantes :

  • emmanuellurin@yahoo.fr
  • Marianne.Grivel@paris-sorbonne.fr

Ce colloque est organisé dans le cadre des Axes 5 (Matériaux, techniques, métiers) et 6 (Images, dispositifs, lieux) du Centre André Chastel.

Il se tiendra les jeudi 17 et vendredi 18 novembre 2016 à l’Institut national d’Histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne 75002 Paris.

Les actes donneront lieu à une publication.

Responsables scientifiques

  • Marianne Grivel, professeur d’histoire de l’estampe et de la photographie, Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel
  • Emmanuel Lurin, maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel

En savoir plus.

Conférence

L’art de la reliure : l’écrin du livre

lundi 2 mai 2016 18h30-20h00

B372615206_11458_0847_Illustration_01

Qu’elle s’habille de métaux précieux, d’ivoire, de cuir estampé, ou simplement de parchemin, la reliure apparaît avec le codex et forme l’enveloppe du livre tout à la fois protectrice et annonciatrice du texte qu’elle recouvre. Support de l’expression de toutes les écoles artistiques, la reliure constitue aujourd’hui un espace d’expression d’une grande liberté. Pour les curieux et les amateurs, comme pour les initiés ou les professionnels des métiers du livre qui souhaitent mieux connaître l’histoire de la reliure, la Bibliothèque de l’Arsenal propose un cycle de conférences illustrées, dispensées par des spécialistes.
Source de l’information : http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_auditoriums/f.conf_arsenal_reliure.html?seance=1223923709539

Cycle de conférences

ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES, IVe Section,
(Sciences historiques et philologiques)
 
Conférence d’Histoire et civilisation du livre
 
Calendrier des conférences pour l’année universitaire 2015-2016
Honorat fleuron
La conférence régulière d’Histoire et civilisation du livre a lieu tous les lundis à l’École pratique des hautes études, de 16h à 18h.
Elle se déroule au 190 avenue de France, 75013 Paris (1er étage).
Les conférences sont tenues par Monsieur Frédéric Barbier, sauf indication contraire.
Programme (peut subir des modifications)

2015

Lundi 16 novembre 2015
16h-18h Ouverture de la conférence. Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme, par Monsieur Frédéric Barbier, directeur d’études
23 novembre
14h-16h Petites écoles et livres de classe au 18e siècle (1), par Madame Emmanuelle Chapron, chargée de conférences
16h-18h Tableau de l’Europe au milieu du XVe siècle (1), par Monsieur Frédéric Barbier
30 novembre
14h-16h Petites écoles et livres de classe au 18e siècle (2), par Madame Emmanuelle Chapron
16h-18h Tableau de l’Europe au milieu du XVe siècle (2), par Monsieur Frédéric Barbier
7 décembre
16h-18h La première révolution du livre, par Monsieur Frédéric Barbier
13 décembre
16h-18h Ambiguïtés de la Renaissance (1), par Monsieur Frédéric Barbier

2016

Lundi 4 janvier 2016
16h-18h Ambiguïtés de la Renaissance (2), par Monsieur Frédéric Barbier
11 janvier
14h-16h Les livres du « pays latin » : collèges et librairie, XVIIIe siècle (1), par Madame Emmanuelle Chapron
16h-18h Quelques grandes figures (et quelques grands titres) de la Renaissance (1), par Monsieur Frédéric Barbier
18 janvier
16h-18h Quelques grandes figures (et quelques grands titres) de la Renaissance (2), par Monsieur Frédéric Barbier
25 janvier
14h-16h Les livres du « pays latin » : collèges et librairie, XVIIIe siècle (2), par Madame Emmanuelle Chapron
16h-18h Histoire des corporations du livre (1), par Monsieur Jean-Dominique Mellot, conservateur général à la Bibliothèque nationale de France
1er février
16h-18h Un voyage bibliographique, par Monsieur Frédéric Barbier
8 février
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
15 février
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
7 mars
14h-16h Histoire des auteurs (1), par Madame Emmanuelle Chapron
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
14 mars
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
21 mars
14h-16h Histoire des auteurs (2), par Madame Emmanuelle Chapron
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
4 avril
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
11 avril
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
18 avril
16h-18h Histoire des corporations du livre (2), par Monsieur Jean-Dominique Mellot
9 mai
16h-18h Le livre et l’Europe, entre humanisme et Réforme (sujet à préciser), par Monsieur Frédéric Barbier
23 mai
16h-18h Histoire des corporations du livre (3), par Monsieur Jean-Dominique Mellot
13 juin
16h-18h Conclusion de la conférence
Source de l’information : http://histoire-du-livre.blogspot.fr/2015/10/conferences-dhistoire-du-livre.html

Appel à contribution

« Namque ego suetus eram hos libros legisse frequenter » :

Early Medieval Practices of Reading and Writing

 

Honorat fleuron

Place: Den Haag, The Netherlands
Date: 3-4-5 June 2015
Organized by: Mariken Teeuwen, Irene van Renswoude and Evina Steinova, Huygens ING
Contact address: MarginalScholarship@gmail.com
Deadline for abstracts: 15 January 2015

***

 This is a call for papers for a conference on the subject of books, practices of writing, reading, copying and studying in the early middle ages. It is organized by the research project ‘Marginal Scholarship: The Practice of Learning in the Early Middle Ages (c. 800 – c. 1000)’, which seeks to map the phenomenon of writing in the blank space of manuscripts (in the margin, in between the lines, on fly-leaves or inserted leaves) in the early middle ages, in order to gain a better understanding of the way in which books and texts were used in that period. In essence, we aim to understand the intellectual practices of the period as reflected by the manuscripts and to re-evaluate both how traditional the period was, and how innovative. Furthermore, we hope to explore how the developments of the culture of writing in this period led to developments in later periods, and also how they compare to those in other cultures, such as the Byzantine world or the world of Late Antiquity. Confirmed speakers include David Ganz and John Contreni.

The following questions and themes will be addressed in the sessions:

1. Practices of annotating
Who were allowed to make annotations in manuscripts? What can we learn about the hierarchical organization of the writing process in monastic or cathedral environments, and are there ways to say something about the status of scribes and/or scholars working in manuscript margins?

Annotating practices reflect many different functionalities of the appropriation of text: they can, for example, reflect a process of text comparison and textual criticism; they can have the aim to gather information in order to facilitate the composition of a new text; they can offer guidance to the reader, either in the sense of offering explanation or interpretation, or in the sense of warning the reader and delivering criticism; they can engage in a discussion with the author of the text, or with another annotator, or create stepping stones from one text to others, in order to broaden the reading of the text by offering new and different opinions. We would like to discuss these and other functionalities, and replace the mono-dimensional ‘annotated book = school book’ with a richer and more accurate model of interpretation.

2. The profile of annotating practices
Can we see patterns in the relationship between textual genres and the kind of marginal activity encountered in the margin? Were certain textual genres treated differently than others? For example, do theological texts invite other types of critical reflection than scientific texts or historical texts? Are there genres with ‘empty’ margins, and what would be the reason for that?

Can we distinguish sets of annotating practices which are specific to certain intellectual centres or groups of scholars? Can we distinguish individual practices even, which allow us to identify the scholar who worked in the manuscript? It has been argued, for example, that the group around Florus of Lyon had a very particular set of signs to mark patristic texts, in order to prepare florilegia of patristic quotations on certain subjects. Are there other examples of such private practices, and what happened to them after the death of the scholar(s) at their centre?

Some annotating practices are particular to a certain period in history. Tironian notes, for example, seem to have been used in a specific time and space for marginal comments, and are rarely found outside that period. The Nota sign gets company in the shape of a pointing hand at a certain moment in time, is perhaps even replaced by it. Could we mark annotation practices on a chronological scale, just as we can with letter shapes or other physical features of manuscripts?

3. Cultures of writing
Manuscripts, scholars and books travelled, and thus the culture of writing is a dynamic and ever evolving field. Can we map the circles of influence from one scholar, or one school to the next through the eyes of manuscripts? Can we trace specific practices of annotating or writing in general through history, and follow their historical development? And do these practices offer us insight into the intellectual networks of the time? What would be good strategies to map the dynamics of the lives of manuscripts, both in the sense of their actual travels, and in the sense of their changing contents?

A selection of the papers from the conference will be collected in an edited volume, to be published in 2016.

If you are interested in participating in this conference, please send us a title and abstract (ca 400-500 words), your contact information and affiliation to MarginalScholarship@gmail.com. The deadline for sending in abstracts is 15 January 2015. You will hear back from us before 15 February 2015 whether your proposal has been accepted.

The organizers offer to cover your expenses of accommodation. No fee will be asked, lunches will be provided and one conference dinner. For your travel expenses we kindly ask you to rely on the budget of your own university or other academic sponsor. If this is a problem, please indicate this in your correspondence with us.

Mariken Teeuwen, Irene van Renswoude and Evina Steinova: MarginalScholarship@gmail.com

Mariken.Teeuwen@huygens.knaw.nl
Irene.van.Renswoude@huygens.knaw.nl
Evina.Steinova@huygens.knaw.nl

Source de l’information : Voices from the edge

Présentation d’un ouvrage

Giovedi 4 giugno 2015 alle 16.30 presso l’aula Magna della Facoltà di Lettere e Filosofia, via Balbi 2, si terrà la presentazione de libro di
Graziano Ruffini:

 CRISTOFORO ZABATA, librario, editore e scrittore del cinquecento

B372615206_11458_0847_Illustration_01

Porteranno i saluti della sez.Ligure AIB:
Oriana Cartaregia vice presidente AIB Liguria
Enrica Nenci responsabile formazione AIB Liguria

Presenteranno l’opera:

Prof. Alberto Petrucciani, dell’Università Sapienza di Roma
Prof. Stefano Verdino, dell’Università degli studi di Genova.

« La figura di Cristoforo Zabata rappresenta un esempio di irrequieto operatore del libro nell’Italia della seconda metà del XVI secolo. Attivo come cartaio, libraio, scrittore ed editore, il suo nome è spesso ricordato per essere stato il primo editore di un canto della
Gerusalemme liberata di Tasso. Il volume, oltre a fornire notizie certe sulla vicenda biografica del protagonista, ricostruisce la sua attività di libraio e di editore divisa tra Genova, Pavia e Venezia restituendo alla sua iniziativa ben 21 edizioni. »

Ai presenti sarà rilasciato un attestato di partecipazione.

Per ulteriori informazioni : http://www.aib.it/attivita/2015/50042-cristoforo-zabata-genova/

Exposition

De l’argile au nuage :

une archéologie des catalogues

(II millénaire av. J-C – XXI siècle)

 

Index figuré, 15e s. (Mazarine, ms. 313)
13 mars 2015 – 13 mai 2015
Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
Visites de groupe possibles sur réservation.23 quai de Conti, 75006 PARIS

Depuis son apparition au 2e millénaire avant J.-C., le catalogue accompagne le développement de la culture écrite. Si sa construction est en apparence fastidieuse (l’inventaire, l’étiquetage analytique, l’enregistrement uniforme de données innombrables), il témoigne d’une ambition fondamentale, qui est à l’origine de la science et de la culture : celle de nommer, décrire et classer l’univers. Les catalogues ont permis d’imaginer des taxinomies pour inventorier la nature, des nomenclatures pour désigner les étoiles, des dispositifs pour favoriser l’accès aux textes, l’enseignement, mais aussi le commerce et la production des livres.
À l’heure où nos catalogues, après quatre millénaires de migrations de support, connaissent un processus accéléré de dématérialisation, cette exposition aborde les questions, à la fois antiques et très contemporaines, de la collecte, de l’organisation et de la pérennisation des données, à travers une histoire longue des formes et des matérialités du catalogue. Elle interroge les raisons d’être et les contraintes de ses supports (l’argile, le volumen, le codex, la fiche, l’écran…), comme l’évolution de sa mise en page et en espace.
Des tablettes d’argile aux catalogues aujourd’hui dématérialisés dans le « nuage », des inventaires carolingiens aux encyclopédies bibliographiques de la Renaissance, des catalogues commerciaux aux catalogues d’apparat des grandes collections de livres, elle restitue l’histoire d’un outil étendu bien au-delà du monde des bibliothèques. Car les œuvres et objets présentés relèvent d’une typologie complexe. Ils ont été conçus pour servir des fonctions aussi diverses que contradictoires : la recherche des textes, la mémoire et la conservation, le transport d’une collection, la censure des livres, la dissémination d’un fonds, le commerce et la circulation de l’écrit…

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine et la Bibliothèque de Genève,
avec le soutien du laboratoire d’excellence TransferS
(programme Investissements d’avenir ANR-10-IDEX-0001-02 PSL*
et ANR-10-LABX-0099)

Commissaires de l’exposition : Frédéric Barbier (EPHE), Thierry Dubois (Bibliothèque de Genève) et Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine)
Catalogue de l’exposition (coédition Bibliothèque Mazarine / Bibliothèque de Genève /
Éditions des cendres) : 42 €.

L’exposition sera présentée à Genève (BGE) du 18 septembre au 21 novembre 2015

Source de l’information : http://www.bibliotheque-mazarine.fr/fr/evenements/expositions/les-expositions-a-venir/2344-de-l-argile-au-nuage-une-archeologie-des-catalogues-2e-millenaire-av-j-c-21e-siecle

Exposition

“La forma del libro. Dal rotolo al codice

(secc. III a.C-XIX d.C.)”

La mostra illustra al grande pubblico, con pezzi provenienti esclusivamente dalle collezioni laurenziane, i materiali e le forme della scrittura e del libro in particolare, presenti in Occidente e in
Oriente nel periodo compreso tra i secoli III a.C. e il XIX. Saranno esposti ostraka, tavolette (cerata, di legno e di piombo), papiri (in forma di rotolo e di volume) che coprono un periodo
cronologico che va dal III sec. a.C. al VII d.C. A questa sezione seguirà una serie di manoscritti laurenziani significativi, sia per la forma, sia per il contenuto. Si tratta di una scelta di codici di varie
epoche in greco, persiano, latino, volgare prodotti in aree diverse, importanti da un punto di vista testuale, sia di impatto visivo in quanto miniati.

10 febbraio-27 giugno 2015

Orari : lunedì-sabato 9.30-13.30 (chiuso domenica, 6 aprile, 1 maggio, 24 giugno)