Archives par mot-clé : Moyen Âge

Exposition

« L’habit dans les livres anciens (Moyen Âge-XVIIe siècle) : textes et images »

Type de document : Exposition
Date : 18/03/2014
Auteur(s) : D. Duport/P. Mounier/C. Lemoing/J. Titon/M. Friboulet

Exposition L’habit dans les livres anciens (Moyen Âge-XVIIe siècle) : textes et images

Les livres produits au Moyen Âge, au XVIe et au XVIIe siècle font référence par le texte et souvent par l’image à la manière de se vêtir. Œuvres de fiction, poèmes, relations de voyage ou de spectacle, traités d’enseignement, manuels pratiques et règlements civils et ecclésiastiques donnent à voir ce que l’on appelle alors souvent l’« habit » (on dirait aujourd’hui « les habits ») et les objets qui l’accompagnent. Enluminures décoratives, gravures allégoriques ou peintures de genre viennent souvent compléter le texte, entamant un dialogue silencieux avec lui sur ce qui sert à protéger, parer ou cacher le corps.

La présente exposition illustre la richesse des références vestimentaires dans les éditions anciennes par une sélection d’extraits de livres conservés à réserve de la Bibliothèque universitaire de Caen.

Elle fait suite à une exposition physique, qui s’est tenue à la Bibliothèque universitaire de Caen du 18 au 26 mars 2014. Organisation : Pascale Mounier, Danièle Duport (UCBN, EA 4256 LASLAR) ; Jocelyne Titon, Christine Lemoing, Myriam Friboulet (UCBN, SCD-BU). Réalisation des visuels : Pascale Mounier.

Elle s’inscrit également dans la continuité du colloque « Voir l’habit : discours et images du vêtement du Moyen Âge au XVIIe siècle », qui s’est tenu à Caen du 20 au 22 mars 2014. Organisation : Danièle Duport, Pascale Mounier (UCBN, EA 4256 LASLAR). Cette manifestation a proposé une enquête sur un double discours : celui sur l’habit et celui de l’habit. Elle a considéré les textes et les images en tant qu’ils s’attachaient à l’apparence du vêtement (comme objet référentiel) ou en tant qu’ils traitaient l’habit comme un signe vers autre chose (vers un second élément, concret ou abstrait).

Elle s’organise en trois sections :

  • Section 1 : L’habit dans l’espace : récits de voyage et cosmographies

La littérature de voyage est florissante à la Renaissance. Elle recense, parfois de manière quasi-ethnographique, la diversité des mœurs des populations étrangères, de la faune et de la flore, tant au Nouveau Monde qu’au Levant. Ces recueils de curiosités vues et également compilées, pour certaines d’entre elles, sont accompagnés de planches gravées sur bois ou bien à l’eau-forte.

Les voyageurs se montrent curieux vis-à-vis des curiosités. Leurs remarques et les dessins qu’ils font faire prouvent qu’ils s’attachent à ce qui diffère des mœurs occidentales : ils sélectionnent, chez l’étranger, la singularité.

  • Section 2 : La réglementation des usages : lois somptuaires et traités moraux

L’habit livre des informations sur la fonction ou le statut social de la personne qui le porte. Quand des individus se mettent à porter des vêtements plus luxueux que ceux qui caractérisent le groupe social auquel ils appartiennent, ils créent possiblement une confusion des classes. D’où la volonté précoce des autorités civiles de réglementer son usage, en limitant en particulier la soie et le velours pour la noblesse.

Pour sa part l’Église juge défavorablement les excès vestimentaires de certains prélats. Les moralistes chrétiens, catholiques et protestants, appellent aussi le fidèle à la sobriété. Ils poursuivent en cela la condamnation du luxe, et plus largement du paraître, apparue dès l’Antiquité. L’organisation civile et ecclésiastique des groupes s’appuie en outre sur le vêtement. Chaque ordre monastique se voit attribuer une tenue reconnaissable, dont la forme, la couleur et la décoration ont un caractère symbolique.

  • Section 3 : L’histoire du costume

L’historiographie du costume voit le jour au XIXe siècle. Avant les études de Daniel Roche (La Culture des apparences. Une histoire du vêtement. XVIIe-XVIIIe siècle, 1989) ou d’Isabelle Paresys (revue Apparences, 2007 →), Jules Quicherat (1875) et Auguste Racinet (1875-1888) ont ouvert la voie à l’approche globale et sur la longue durée du vêtement occidental.

Outre les ouvrages mentionnés de la BU Droit-Lettres, on peut consulter :

Voir l’habit : discours et images du vêtement (Moyen Âge-XVIIe siècle), dir. D. Duport et P. Mounier, Peter Lang, 2015

Paraître et Apparences en Europe occidentale du Moyen Age à nos jours, dir. I. Paresys, PU du Septentrion, 2008

Paraître et se vêtir au XVIe siècle, dir. M. Viallon, Saint-Étienne, PUSE, 2006

http://apparences.revues.org/

Conception scientifique : Pascale Mounier

Réalisation graphique : Jean-Pierre Le Goff

Prises de vue : Giunia Totaro et Jean-Pierre Le Goff

Mise en ligne : juin 2014

Fichier à télécharger :
Exposition Habit
Expo-habit-affiche.pdf

Conférence

Istituzioni politiche nella Firenze medievale e in Francia

22 ottobre 2014, ore 18,00

© CESR, Tours - BVHGiuliano Pinto (Università degli Studi di Firenze)

Céline Perol (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand)

Organizzazione : SAGAS-Università di Firenze, HiCSA-Université di Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance di Tours in collaborazione con la Villa Finaly e l’Istituto francese di Firenze

Responsabili : Luisa Capodieci (Université Paris 1- HiCSA), Brigitte Cedolin (Villa Finaly), Lucia Felici (Università degli Studi di Firenze), Chiara Lastraioli (CESR-Université de Tours)

Séminaire

Passages : circulation des textes, des mots et des cultures
Mardi 13h30 – 15h30 Bibliothèque de l’UFR de langue française
© CESR, Tours - BVH
Le séminaire s’interrogera sur la notion de passage, en lien avec la circulation des textes, des mots et des cultures au Moyen Âge.

La notion de passage, plus complexe que celle du transfert ou de la translatio médiévale, suppose une dimension spatiale de déplacement, mais aussi une création d’habitus, où des identités culturelles, linguistiques, religieuses ou politiques se font jour. C’est donc autour de la circulation des textes et dans les textes que s’organisera le séminaire, en se focalisant sur des points où la notion de passage est pensable : 1/ questions de la transmission quand des oeuvres circulant sont modifiées, reprises et contextualisées différemment. 2/ question de la frontière dans les textes (encyclopédies, romans…) ou entre les textes à partir de l’analyse de thèmes ou de figures qui « font seuil » et fonctionnent comme les signes d’un passage. 3/ question de l’identité culturelle qui peut se modifier à l’occasion de transferts humains (conversions, voyages, pèlerinages) ou linguistiques (traductions).

Source de l’information : Pauline Lambert (Questes)